Un sénateur républicain attribue la Shoah au contrôle des armes
Rechercher

Un sénateur républicain attribue la Shoah au contrôle des armes

Le représentant de l'Alaska Don Young, membre de longue date de la NRA, affirme que des millions de Juifs auraient été sauvés des chambres à gaz s'ils avaient été armés

Les étudiants réagissent à la suite d'une fusillade au lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, à environ 80 kilomètres au nord de Miami, le 14 février 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Michele Eve Sandberg)
Les étudiants réagissent à la suite d'une fusillade au lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, en Floride, à environ 80 kilomètres au nord de Miami, le 14 février 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Michele Eve Sandberg)

Un républicain membre du Congrès et originaire de l’Alaska a rejeté, la semaine dernière, les appels à un contrôle des armes plus stricts en affirmant que des Juifs avaient été assassinés durant la Shoah parce qu’ils n’étaient pas armés.

Don Young, membre de la NRA de longue date, a déclaré devant ses électeurs dans une salle de la mairie de Juneau, la semaine dernière, que des millions de Juifs européens auraient pu éviter les chambres à gaz si l’Allemagne nazie n’avait pas désarmé les civils.

« Combien de millions de personnes ont été tuées par balles parce qu’elles n’étaient pas armées ? Cinquante millions en Russie », a dit Young. « Combien de Juifs ont donc été placés dans des fours parce qu’ils n’étaient pas armés ? »

Un article paru dans Alaska Public Media a noté que Young répondait à une question posée par Dimitri Shein, un démocrate se présentant pour prendre le fauteuil de Young au cours des prochaines élections de la mi-mandat, au sujet des efforts renouvelés visant à établir des lois plus strictes sur le contrôle des armes suite à une fusillade meurtrière survenue en Floride.

Cette affirmation selon laquelle des Juifs auraient pu être sauvés de l’extermination nazie s’ils avaient été armés circule depuis des années dans les cercles américains conservateurs.

En 2015, l’ancien candidat à la présidentielle républicain Ben Carson — qui est actuellement le secrétaire d’Etat américain au logement et au développement urbain – avait repris les mêmes arguments dans son livre A More Perfect Union.

« Les citoyens allemands ont été désarmés par leur gouvernement à la fin des années 1930 et jusqu’au milieu des années 1940, Hitler a massacré sans pitié six millions de Juifs et de nombreuses autres personnes qui étaient considérées comme inférieures », avait-il alors écrit.

Cette affirmation avait causé certaines réactions violentes, mais Carson avait toutefois répété cet argument dans deux interviews ultérieures, disant que « de nombreux » Juifs, notamment des rabbins, partageaient ce point de vue.

Adolf Hitler et les nazis avaient utilisé une force écrasante pour occuper de larges territoires de l’Europe et assassiner six millions de Juifs. Tandis que son ascension au pouvoir dans les années 1920 et au début des années avait engendré une résistance violente, elle s’était néanmoins déroulée sans entrave relative, la vaste majorité des Allemands ayant choisi de ne pas résister au nazisme et une large partie de la population ayant épousé cette idéologie.

L’ADL (Anti-Defamation League) avait appelé dans le passé les conservateurs à ne pas faire d’analogies en liaison avec les nazis dans le débat sur le contrôle des armes et, en 2015, le chef de l’organisation, Jonathan Greenblatt, avait qualifié ce type d’affirmations « d’époustouflantes ».

« C’est époustouflant de suggérer que les armes personnelles entre les mains d’un petit nombre de Juifs allemands (environ 214 000 Juifs étaient restés en Allemagne en 1938) auraient pu stopper l’assaut totalitaire de l’Allemagne nazie quand les armées de Pologne, de France, de Belgique et d’un grand nombre d’autres pays ont été débordés par le Troisième Reich », avait-il déclaré dans une lettre ouverte parue dans le Huffington Post.

« Quand on manipule l’histoire de la Shoah et qu’on tente de l’utiliser pour marquer des points politiques, c’est très largement inapproprié et offensant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...