Rechercher

Un soldat en permission arrêté pour jet de pierres sur des soldats en Cisjordanie

Les activistes ont nié tout acte de violence à proximité d'un avant-poste illégal dans la région de Hébron ; Gantz et Kohavi ont condamné cet incident qu'ils ont qualifié de "grave"

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un soldat en permission, arrêté par des soldats de Tsahal après leur avoir jeté des pierres à proximité de l'avant-poste d'Avigayil, dans le sud de la Cisjordanie, le 28 octobre. 2022. (Crédit : Twitter)
Un soldat en permission, arrêté par des soldats de Tsahal après leur avoir jeté des pierres à proximité de l'avant-poste d'Avigayil, dans le sud de la Cisjordanie, le 28 octobre. 2022. (Crédit : Twitter)

Un soldat, qui n’était pas en service, a été arrêté vendredi par l’armée israélienne dans le sud de la Cisjordanie, après avoir prétendument lancé des pierres sur des soldats conjointement avec un groupe de Palestiniens et de militants de gauche, a affirmé l’armée.

Selon Tsahal, plusieurs suspects, dont des Palestiniens et des Israéliens, ont « violemment attaqué et jeté des pierres » sur des troupes opérant près de l’avant-poste illégal d’Avigayil en Cisjordanie, dans la région des collines du sud de Hébron.

L’armée a déclaré que l’un des suspects, qui aurait jeté des pierres sur les troupes, est un soldat qui était en permission. Il a été arrêté par les troupes et remis à la police pour un interrogatoire plus approfondi.

Un activiste impliqué a toutefois fermement démenti avoir attaqué les soldats.

S’adressant au Times of Israel, le militant a déclaré que lui et un autre homme aidaient un berger palestinien dans la région. À un moment donné, les soldats sont apparus et ont déclaré qu’ils se trouvaient dans une zone militaire fermée, et ont tenté de faire évacuer les trois hommes.

L’activiste a déclaré qu’il n’y avait eu aucun acte de violence à l’encontre des soldats alors qu’ils quittaient la zone militaire fermée, lorsque l’autre militant a été arrêté. Selon l’activiste, des pierres ont été lancées en direction des moutons, afin de les diriger vers l’extérieur de la zone, et non vers les soldats.

Une vidéo filmée par l’activiste montre que le suspect semble avoir été arrêté sans résister.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré qu’il « condamnait fermement » l’attaque présumée.

« Il s’agit d’un incident grave, qui sera traité de la manière la plus stricte. Nous ne permettrons à personne de faire du mal aux soldats de Tsahal qui accomplissent leur mission pour garantir la sécurité d’Israël », a écrit Gantz sur Twitter.

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a qualifié l’incident de « comportement criminel » dans une déclaration publiée par l’armée.

Le communiqué indique que Kohavi « condamne fermement l’attaque contre les soldats de Tsahal et considère ce comportement comme violent et criminel, et qu’il sera traité avec une grande sévérité ».

« Il s’agit d’un incident très grave. C’est un comportement criminel, honteux et déshonorant, qui nécessite une justice rapide et stricte », a déclaré Kohavi. « Les soldats de Tsahal agissent avec détermination contre le terrorisme afin de protéger les citoyens israéliens, et il est illogique que ces citoyens les attaquent », a-t-il ajouté.

L’incident est survenu une semaine après que des résidents d’implantations israéliens et des activistes d’extrême-droite ont attaqué des troupes de Tsahal près de Naplouse, suscitant une large condamnation de la part des responsables de tout l’éventail politique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...