Israël en guerre - Jour 293

Rechercher

Un soldat israélien et de nombreux terroristes tués à Gaza ce week-end

Le militaire tué se nomme Eyal Shuminov, 24 ans ; le chef d'état-major affirme que la pression militaire est "la plus efficace" pour pousser à un accord sur les otages

Les troupes en opération dans la bande de Gaza sur une photo non-datée diffusée par l'armée le 24 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes en opération dans la bande de Gaza sur une photo non-datée diffusée par l'armée le 24 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Des combats intenses ont continué, ce week-end, opposant les soldats israéliens aux terroristes palestiniens dans toute la bande de Gaza et notamment à Khan Younès, au sud ; dans le quartier Zeitoun de Gaza City, dans le nord et dans le centre de l’enclave.

L’armée israélienne a annoncé que de nombreux hommes armés avaient été abattus au cours des dernières vingt-quatre heures et sur tous les théâtres d’opération.

Dans la soirée de samedi, Tsahal a par ailleurs annoncé la mort d’un militaire qui a perdu la vie dans les combats qui ont eu lieu dans le nord de Gaza, ce week-end. Avec ce décès, ce sont dorénavant 238 militaires israéliens qui sont tombés au champ d’honneur depuis le début de la guerre.

Il se nomme Eyal Shuminov et était âgé de 24 ans. Major, il était commandant d’une compagnie du Bataillon Shaked, au sein de la Brigade Givati. Il était originaire de Karmiel.

Le major Eyal Shuminov, tué lors de combats dans le nord de Gaza, le 24 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Pendant une visite effectuée dans le nord de Gaza, le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi a indiqué que la pression militaire était l’outil « le plus efficace » pour pousser le Hamas à conclure un accord sur les otages avec l’État juif, alors même que des négociations étaient en cours, à Paris, sur les dernières propositions d’accord.

« Il y a un lien entre toutes ces choses », a-t-il dit lors d’une évaluation avec les commandants. « Vos réussites – un nouveau bataillon démantelé ; un plus grand nombre d’infrastructures souterraines démolies ; un autre quartier où les infrastructures du Hamas sont détruites et où la population est évacuée, mise en sécurité – tout cela nous rapproche, je l’espère véritablement, d’un accord portant sur la libération des otages. »

« C’est un objectif de guerre. Nous avons l’intention de faire tout notre possible pour l’atteindre et le combat est ce qu’il y a de plus efficace pour venir en aide à ceux qui négocient actuellement la libération de nos otages », a ajouté Halevi.

Le chef d’état-major Herzi Halevi avec des officiers dans le nord de la bande de Gaza, le 24 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée a diffusé des images montrant des frappes aériennes et des attaques lancées par des chars sur des terroristes du Hamas repérés initialement par des drones de la Brigade des parachutistes à Khan Younès, dans la bande de Gaza.

À l’ouest de Khan Younès également, les militaires ont indiqué que les parachutistes avaient localisé un dépôt d’armes dans lequel se trouvaient un grand nombre d’explosifs, des mines, des grenades, des munitions, des roquettes et autres équipements militaires.

De plus, toujours à Khan Younès, les troupes de la 7e Brigade des Blindés de l’armée israélienne ont mené un raid dans l’habitation d’un agent des renseignements du Hamas de premier plan et ont découvert une ouverture de tunnel et des armes à proximité. Le tunnel a été détruit, a fait savoir Tsahal.

Dans le même secteur, les troupes ont trouvé une cache de mortiers dans des sacs recyclés de l’UNRWA, avec d’autres armes et équipements militaires.

Dans le cadre des opérations de la 7e Brigade à Khan Younès, l’armée a indiqué que les soldats avaient remarqué huit membres du Hamas en train de se rapprocher d’eux. Les terroristes ont été tués à l’aide d’un obus de mortier de précision. Des images de la frappe ont été diffusées.

Par ailleurs, les inquiétudes sont devenues plus fortes, samedi, face à la crise humanitaire qui déchire l’enclave ravagée par la guerre. Les agences chargées des aides humanitaires ont déploré un niveau sans précédent de désespoir et averti que la famine menaçait.

Alors que les civils, sur le territoire déchiré par les combats, rencontrent des difficultés s’agissant de se procurer des produits alimentaires et autres approvisionnements, l’UNRWA a annoncé que les Gazaouis « encouraient un péril extrême et le monde se contente de regarder ».

Dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans le nord de Gaza, des enfants en haillons se sont précipités, présentant des conteneurs en plastique ou des marmites en mauvais état, pour rafler le peu de nourriture disponible à la distribution.

Un employé transporte des sacs d’aide humanitaire entrés par camion à Gaza à travers le poste-frontière de Kerem Shalom, le 17 février 2024. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Les vivres s’épuisent rapidement, les agences d’aide affirmant qu’elles se trouvent dans l’incapacité d’entrer dans le secteur à cause des frappes israéliennes tandis que les camions sont la cible de pillages.

Les résidents en sont réduits à manger des déchets de maïs pourri, ou des aliments pour animaux impropres à la consommation humaine – voire des feuilles.

Le Programme alimentaire mondial a fait savoir, cette semaine, que ses équipes avaient fait état « d’un niveau de désespoir sans précédent » et les Nations unies ont indiqué que 2,2 million de personnes risquaient la famine.

Israël défend ses politiques en matière d’aides humanitaires à Gaza, affirmant que près de 14 000 camions transportant une assistance précieuse sont entrés sur le territoire depuis le début de la guerre.

Une femme palestinienne pleure après une frappe israélienne sur une habitation de Rafah, dans la bande de Gaza, le 24 février 2024. (Crédit : AP Photo/Hatem Ali)

Israël déclare aussi que les organisations humanitaires qui travaillent à Gaza ne parviennent pas à suivre le rythme de l’acheminement de l’aide humanitaire, déplorant la présence de centaines de camions encore immobilisés du côté palestinien du poste-frontière de Kerem Sahlom. Les Nations unies, de leur côté, disent ne pas toujours pouvoir déplacer les camions à cause du danger des frappes aériennes.

De surcroît, cela fait longtemps qu’Israël accuse le Hamas de voler les aides destinées à une population civile de plus en plus désespérée.

La guerre a éclaté à Gaza après le massacre du groupe terroriste du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre – des milliers d’hommes armés ont tué environ 1 200 personnes et kidnappé plus de 250 personnes, des civils en majorité, prises en otage dans la bande de Gaza. Ils ont semé la désolation dans les communautés et commis des atrocités – notamment des viols et des violences sexuelles à grande échelle ainsi que des actes de torture et de mutilation.

Israël a riposté en lançant une campagne militaire dont l’objectif est de détruire le Hamas, de l’écarter du pouvoir à Gaza et de garantir la libération des otages.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a affirmé samedi matin que 92 personnes avaient été tuées dans l’enclave au cours des dernières 24 heures, portant le bilan palestinien de la guerre à presque 30 000 personnes. Ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante et incluraient à la fois les civils et les membres du Hamas tués à Gaza, notamment à la suite de tirs ratés de roquettes par les groupes terroristes. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 12 000 membres à Gaza, en plus d’environ 1 000 terroristes en Israël le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.