Un soldat israélien tué et un autre militaire blessé sur la frontière libanaise
Rechercher

Un soldat israélien tué et un autre militaire blessé sur la frontière libanaise

Cet accident de voiture survient dans un contexte de fortes tensions avec le groupe terroriste du Hezbollah qui accuse l'Etat juif d'avoir tué un de ses membres

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le caporal Sahar Algazar, un soldat de la brigade Nahal, qui a été tué le 22 juillet 2020 dans un accident de véhicule militaire dans la région de Har Dov  (Crédit : autorisation)
Le caporal Sahar Algazar, un soldat de la brigade Nahal, qui a été tué le 22 juillet 2020 dans un accident de véhicule militaire dans la région de Har Dov (Crédit : autorisation)

Un soldat a été tué et un autre blessé dans un accident de voiture survenu à proximité de la frontière libanaise, mercredi, a annoncé l’armée.

Cet incident survient dans un contexte de tensions accrues entre l’Etat juif et le Hezbollah libanais, après que le groupe terroriste a accusé l’armée israélienne d’avoir tué l’un de ses combattants dans une frappe aérienne commise aux abords de Damas, dans la nuit de lundi.

Les militaires ont précisé que l’accident s’était produit dans le secteur du mont Dov, également connu sous le nom de Fermes de Shebaa, qu’Israël, le Liban et la Syrie revendiquent tous trois comme faisant partie de leur territoire.

Le défunt avait 20 ans et il s’appelait Sahar Elgazar. Il était originaire de la ville de Ranen, dans le sud. Ses funérailles auront lieu jeudi à 17 heures au cimetière militaire d’Ofakim.

L’armée a fait savoir qu’une enquête avait été ouverte sur l’accident.

Le blessé, un lieutenant, a été pris en charge dans un hôpital voisin dans un état modéré, a précisé Tsahal.

Suite à l’accident, les soldats ont tiré un certain nombre de fumigènes dans la zone avec pour objectif de créer un écran de fumée permettant de bloquer la vue depuis le côté libanais de la frontière.

Ces fumigènes ont entraîné un petit incendie qui a été éteint par les sapeurs-pompiers israéliens.

Mardi dans la soirée, le Hezbollah avait accusé l’Etat juif d’avoir tué l’un de ses membres dans une frappe aérienne survenue aux abords de Damas, la nuit précédente, soulevant la possibilité de représailles de la part du groupe terroriste chiite à l’encontre de l’Etat juif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...