Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Un survivant du festival Nova parle de 50 suicides ; le ministère de la Santé dément

Le médecin responsable des services de santé mentale a déclaré que le ministère avait vérifié auprès des groupes qui ont pris en charge les survivants du festival et qu'il n'avait trouvé aucun élément permettant de corroborer cette allégation

Des Israéliens visitant le site du massacre du festival de musique Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, dans le sud d'Israël, le 28 février 2024. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des Israéliens visitant le site du massacre du festival de musique Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, dans le sud d'Israël, le 28 février 2024. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Un survivant du massacre perpétré par le groupe terroriste islamiste du Hamas au festival Supernova, a affirmé, lors d’une audition mardi ldevant une commission de contrôle de l’État à la Knesset, qu’une cinquantaine d’autres survivants se seraient suicidés depuis le 7 octobre. Cette affirmation a été fermement démentie par le ministère de la Santé.

Dans un communiqué, le ministère a déclaré que les « chiffres largement diffusés concernant le nombre de suicides et le nombre de personnes placées en institution parmi les survivants du festival Supernova ne sont connus ni du ministère de la Santé ni du système médical et ne sont pas corrects ».

Le Dr. Gilad Bodenheimer, responsable des services de santé mentale au ministère de la Santé, a déclaré dans un communiqué que les « rumeurs » d’un tel phénomène « sont fausses, et cela a également été précisé pendant et à la fin de l’audition [à la Knesset] ».

Il a ajouté que le ministère avait vérifié auprès des groupes qui ont pris en charge les survivants du festival, ainsi qu’auprès de la Fondation Tribe of Nova, créée à la suite du massacre, et qu’il n’avait trouvé aucun élément permettant de corroborer cette allégation.

Plus de 360 festivaliers ont été assassinés par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Lors d’une audition en novembre, un responsable de la santé avait déclaré qu’une dizaine de survivants avaient été internés d’office dans des hôpitaux psychiatriques suite à ces évènements.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.