Rechercher

Un système israélien de recharge de voitures électrique déployé dans l’UE et les USA

Le système de Zooz Power, qui recharge un véhicule en 15 minutes, vise à combler un vide dans les zones mal desservies par le réseau électrique

Le booster de puissance Zooz pour les véhicules électriques. (Capture d'écran/Zooz)
Le booster de puissance Zooz pour les véhicules électriques. (Capture d'écran/Zooz)

Une société israélienne qui a mis au point un système de recharge rapide des véhicules électriques basé sur la technologie du volant d’inertie cinétique est en train de conclure ses premiers contrats commerciaux en Europe, aux États-Unis et en Israël.

Le système, développé par Zooz Power, anciennement connu sous le nom de Chakratec (zooz signifie « bouger » en hébreu), utilise l’énergie du réseau pour faire tourner huit roues en acier par unité, 17 000 fois par minute. Chaque roue pèse environ une demie tonne. Le processus convertit l’énergie électrique en énergie cinétique. Lorsqu’un véhicule vient se recharger, la rotation est ralentie pour retransformer cette énergie cinétique en énergie électrique et l’injecter dans la batterie du véhicule à une intensité telle que la batterie se recharge complètement en 15 minutes environ.

Boaz Weizer, PDG de Zooz Power, compare l’intensité de la recharge fournie par le système de l’entreprise à celle d’une chasse d’eau qui libère rapidement une grande quantité d’eau.

En utilisant la physique plutôt que la chimie, la recharge cinétique évite les problèmes environnementaux tels que l’utilisation massive d’eau et la pollution associée à l’extraction du lithium. Le lithium, un minéral, est utilisé pour les batteries lithium-ion, l’appareil de stockage le plus courant aujourd’hui.

Et contrairement aux batteries au lithium, qui s’affaiblissent avec le temps (pensez aux smartphones), le système cinétique continue à produire le même niveau d’électricité, a déclaré Weizer.

Selon un analyste en développement durable, l’empreinte carbone du système Zooz Power, de la production et des chaînes d’approvisionnement à l’exploitation et au recyclage ou à l’enfouissement, produit 23 fois moins d’émissions d’équivalent dioxyde de carbone par kilowattheure (kWh) qu’une batterie lithium-ion – 0,0027 kilogramme d’équivalent CO₂ contre 0,0620 kilogramme pour la batterie.

Illustration montrant l’intérieur d’une unité de recharge Zoozter-100 EV. (Crédit : Zooz Power)

Sur un cycle de vie de 15 ans, le Zooster-100 tire 666 667 kWh du réseau pour créer 600 000 kWh d’énergie cinétique et libère 540 000 kWh de recharge. Weizer a expliqué que tous les systèmes de stockage d’énergie avaient des pertes et qu’une perte de 80 % était « assez bonne ».

Zooz Power vise à fournir une recharge rapide des véhicules électriques dans les zones où le réseau électrique n’est pas encore suffisamment puissant pour donner ce coup de pouce rapide.

Weizer a comparé la période actuelle de transition des véhicules à moteur à combustion aux véhicules électriques à celle qui a accompagné l’introduction des téléphones portables. Dans ce dernier cas, le réseau était de mauvaise qualité en dehors des principaux centres urbains jusqu’à ce que des antennes puissent être installées dans tout le pays, un processus qui a pris du temps.

« En Israël, vous pouvez trouver des superchargeurs Tesla au centre commercial Azrieli à Tel Aviv », a-t-il déclaré. « Mais il n’y en a pas entre Tel Aviv et Beer Sheva[dans le sud d’Israël]. Nous avons besoin de plusieurs solutions à mesure que le réseau se modernise. »

L’unité de recharge Zoozter-100 EV. (Crédit : Zooz Power)

Cinq unités Zooster-100 seront installées sur cinq sites commerciaux et touristiques en Allemagne : deux près de Francfort, deux à Herrenberg, à quelque 30 kilomètres au sud de Stuttgart, et une cinquième à un endroit qui reste à déterminer. Ils seront financés par une société d’investissement allemande qui considère que la vente de l’électricité produite par ces unités est plus rentable que celle des installations solaires.

Actuellement, Zooz Power est à un stade avancé de l’enregistrement du brevet européen. Elle espère commencer le déploiement en Allemagne d’ici la fin de l’année.

La première unité de recharge Zooz Power d’Israël sera installée dans une station-service Dor Alon à Segula, à Petah Tikva, dans le centre du pays, également vers la fin de cette année. Cette installation est réalisée en coopération avec Dor Alon et Afcon Electric Transportation.

Aux États-Unis, deux projets pilotes sont prévus pour le début de l’année prochaine – l’un à Rock Hill, en Caroline du Sud, avec la société Arko, un grand opérateur de magasins de proximité, et l’autre avec Blink Charging sur un site près de Miami.

Illustration d’un système de recharge de véhicules électriques Zooz Power in situ. (Crédit : Zooz Power)

Le premier pilote de Zooz Power fonctionne à l’aéroport de Vienne à titre de preuve de concept depuis 2018.

Plus tôt cette année, les États-Unis ont adopté la loi bipartisane sur les infrastructures, qui consistera à injecter 7,5 milliards de dollars dans la recharge des véhicules électriques, ainsi que plus de 7 milliards de dollars pour soutenir la chaîne d’approvisionnement minérale pour la production nationale de batteries de véhicules électriques.

Conformément à l’engagement du président américain Joe Biden de créer un réseau national de 500 000 chargeurs de véhicules électriques d’ici 2030, tous les États américains ont déjà soumis des plans de déploiement de l’infrastructure des véhicules électriques.

Selon Weizer, quatre stations de recharge ultra-rapides de 150 kilowatts seront disponibles tous les 80 kilomètres sur toutes les routes inter-États américaines entre cette année et 2026.

Le PDG de Zooz Power, Boaz Weizer. (Crédit : Zooz Power)

En Israël, selon le centre de recherche et d’information de la Knesset, on comptait 15 000 véhicules électriques à la fin de 2021, mais seulement 791 unités de recharge.

Parmi celles-ci, 61 % se trouvaient dans le centre du pays et, selon Weizer, la plupart d’entre elles requièrent entre une heure et trois heures pour recharger complètement la batterie d’une voiture. Les chargeurs ultra-rapides de 150 kilowatts ne se comptent que par dizaines, a-t-il précisé.

« À un moment donné, nous aurons trop de véhicules électriques sur la route et beaucoup de conducteurs mécontents qui diront à leurs amis et à leur famille de ne plus acheter de véhicules électriques [parce qu’il est si difficile de les recharger] », a-t-il déclaré.

« Les premiers propriétaires de véhicules électriques avaient leur propre place de parking et pouvaient les recharger depuis leur domicile« , poursuit Weizer.

Une voiture Tesla est rechargée par le biais d’un système artisanal de câbles provenant de l’intérieur d’une habitation de Ramat Gan jusqu’à une place publique de stationnement, le 8 décembre 2021. (Autorisation : Sharon B.)

« Aujourd’hui, s’il y a 15 propriétaires de véhicules électriques dans un pâté de maisons équipé de chargeurs de véhicules électriques, les cinq premiers pourront charger pendant la nuit, mais le sixième risque de se retrouver avec son véhicule non chargé le matin. Il faut une station de recharge publique ultra-rapide comme la nôtre pour ceux qui ne peuvent pas charger la nuit et qui ont besoin d’une solution rapide le matin. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...