Un tiers des incendies serait criminel
Rechercher

Un tiers des incendies serait criminel

50 personnes interrogées, 24 arrêtées ; aucun signe de coordination nationale dans la série d’incendies

Des pompiers israéliens éteignent un incendie dans la ville du nord de Haïfa, le 24 novembre 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)
Des pompiers israéliens éteignent un incendie dans la ville du nord de Haïfa, le 24 novembre 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)

La police a annoncé dimanche qu’un tiers des incendies qui ont ravagé le pays la semaine dernière auraient été délibérément allumés.

Dans un communiqué, la police a déclaré qu’elle suspectait entre 30 et 40 des 90 incendies qui ont jusqu’à présent été examinés d’avoir été déclenchés par des pyromanes.

La police a également ajouté que bien que la plupart des preuves aient été détruites dans le feu, elle utilisait des échantillons médico-légaux pour déterminer si les incendies avaient été volontairement allumés.

La police n’a cependant trouvé aucune preuve que les incendies volontaires aient été coordonnés au niveau national, ou anticipés. Elle pense que les mises à feu ont été locales et opportunistes, selon le communiqué.

« Beaucoup des incendies ont été causés par des causes normales, comme la météo ou un court-circuit électrique. Mais un nombre important d’entre eux sont criminels », a déclaré un porte-parole. Beaucoup de départs de feu dans une petite zone sont une indication d’un possible incendie volontaire, a-t-il ajouté.

Le Boeing 747 Supertanker pendant les incendies du Carmel en 2010. (Crédit : ShacharLA /CC BY-SA 3.0/Wikipedia)
Le Boeing 747 Supertanker pendant les incendies du Carmel en 2010. (Crédit : ShacharLA /CC BY-SA 3.0/Wikipedia)

« Nous mettons en place une équipe à l’échelle nationale pour centraliser les informations locales, et nous tentons de trouver un lien, a déclaré le porte-parole. Nous essayons de comprendre qui est responsable des incendies criminels, et de les retrouver. »

La police a annoncé avoir interrogé 50 personnes en lien avec les incendies, et en avoir arrêté 24.

Dix-huit des personnes arrêtées sont des Arabes israéliens, a annoncé la Deuxième chaîne. Deux d’entre eux, qui sont originaires des villes arabes d’Umm al-Fahm et de Deir Hanna, dans le nord d’Israël, ont avoué avoir allumé un incendie. Cinq personnes ont été arrêtées sur des soupçons d’incitation à l’incendie sur les réseaux sociaux, et 45 ont été interrogées pour des présomptions de mise à feu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...