Un véhicule palestinien incendié – deuxième crime raciste présumé de la semaine
Rechercher

Un véhicule palestinien incendié – deuxième crime raciste présumé de la semaine

L'expression en hébreu "la nation d'Israël vit" a été taguée alors qu'une voiture a été incendiée dans un village cisjordanien

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Un mur taggué avec l'expression en hébreu "la nation d'Israël vit" dans une attaque présumée du "prix à payer" qui a eu lieu dans la localité palestinienne de Jammain dans le nord de la Cisjordanie, le 11 juin 2020.  (Municipalité de Jamma'in)
Un mur taggué avec l'expression en hébreu "la nation d'Israël vit" dans une attaque présumée du "prix à payer" qui a eu lieu dans la localité palestinienne de Jammain dans le nord de la Cisjordanie, le 11 juin 2020. (Municipalité de Jamma'in)

Jeudi matin, les Palestiniens du village du nord de la Cisjordanie de Jammain se sont réveillés pour découvrir que leur ville avait été la cible d’une attaque raciste présumée. Une voiture a été incendiée et des graffiti ont été tagués en hébreu sur le mur d’une maison située à proximité.

Il s’agissait de la deuxième attaque du genre cette semaine. Elle s’est déroulée trois jours après que 12 voitures de la localité voisine d’As-Sawiya ont été vandalisées. La même expression en hébreu « la nation d’Israël vit » a été taguée sur un mur à côté d’une étoile de David.

Dans le précédent incident, une caméra de sécurité avait filmé un suspect en capuche avec un sac à dos en train de s’approcher du véhicule, de se baisser et de crever ses pneus. Une maison située à proximité a été retrouvée tagguée avec une étoile de David et l’expression « la nation d’Israël vit ». La police a ouvert une enquête, mais n’a procédé à aucune arrestation.

La police n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur l’incident de jeudi.

Une voiture incendiée dans une attaque présumée de « prix à payer » dans le village palestinien de Jammain dans le nord de la Cisjordanie, le 11 juin 2020. (Municipalité de Jammain)

Ces crimes racistes présumés sont intervenus dans le contexte de ce que le groupe de défense de droits de l’homme Yesh Din a décrit comme trois mois particulièrement violents de mars jusqu’à mai. Des villages palestiniens ont été ciblés 44 fois dans ce que l’on surnomme des attaques « du prix à payer ».

De ces cas, 21 impliquaient des violences contre les Palestiniens alors que le reste des attaques ciblait des biens, selon Yesh Din.

14 incidents ont eu lieu dans la région de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, 10 incidents ont été recensés dans la zone de Ramallah au centre de la Cisjordanie et huit incidents ont été signalés dans la zone de Hébron, au sud de la Cisjordanie.

Malgré des dizaines de crimes racistes ciblant les Palestiniens et leurs biens au cours de l’année dernière, les arrestations ont été extrêmement rares.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...