Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Une activiste anti-gouvernement de Family’s Tent brièvement placée en garde à vue

Ayelet Katzir a été libérée après avoir été interrogée au commissariat ; des policiers ont aussi confisqué, momentanément, la pancarte d'une mère endeuillée

Yaël Alon tenant une pancarte sur laquelle on peut lire "Mon père a été tué dans la débâcle de 73. Mon fils a été tué dans la débâcle de 23", lors d'une manifestation contre le gouvernement, devant la Knesset, à Jérusalem, le 29 novembre 2023. Poursuivez Bibi et son gouvernement de la ruine. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Yaël Alon tenant une pancarte sur laquelle on peut lire "Mon père a été tué dans la débâcle de 73. Mon fils a été tué dans la débâcle de 23", lors d'une manifestation contre le gouvernement, devant la Knesset, à Jérusalem, le 29 novembre 2023. Poursuivez Bibi et son gouvernement de la ruine. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

La police a arrêté mercredi une femme devant le bâtiment de la Knesset lors d’une manifestation de familles endeuillées appelant le gouvernement à démissionner.

Selon la police, Ayelet Katzir, figure de proue du mouvement Family’s Tent, association dont les membres ont perdu des proches lors des massacres perpétrés par le Hamas le 7 octobre, a été arrêtée pour avoir bloqué l’entrée de la Knesset et empêché les députés d’entrer en voiture dans l’enceinte du bâtiment.

Katzir a été arrêtée et interrogée au poste de police de Moriah à Jérusalem avant d’être relâchée.

La députée Naama Lazimi (Avoda) s’est rendue en voiture au commissariat pour protester contre l’arrestation de Katzir, la décrivant comme « une arrestation embarrassante et scandaleuse ».

La police a également confisqué une pancarte à une manifestante dont le père a été tué pendant la Guerre de Kippour, en 1973, et le fils le 7 octobre. La pancarte de Yaël Alon appelait à poursuivre Netanyahu et son gouvernement pour la « débâcle » du 7 octobre.

La police a déclaré qu’Alon avait frappé les voitures des membres de la Knesset qui étaient bloquées à l’aide de la pancarte. Les manifestants ont nié cette allégation et la police a déclaré que la pancarte lui avait été rendue quelques minutes après avoir été confisquée.

Plusieurs dizaines de personnes ont participé à la manifestation pour exiger la démission du gouvernement en raison des échecs de l’armée et des agences de renseignement qui ont permis au Hamas de commettre ses atrocités du 7 octobre.

Cette « débâcle » a entraîné la mort d’environ 1 200 personnes le 7 octobre, dont la plupart étaient des civils, tandis qu’au moins 240 autres ont été prises en otage et enlevées dans la bande de Gaza. Israël a déclaré la guerre au Hamas dans le but de renverser le régime du groupe terroriste palestinien à Gaza, qu’il contrôle depuis qu’il en a pris le contrôle lors d’un coup d’État sanglant en 2007.

Plusieurs organisateurs importants des manifestations contre le plan de refonte du système judiciaire du gouvernement, désormais suspendu, ont prêté leur voix à la cause des familles des otages et des disparus.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.