Une alliée de Netanyahu fustige Yamina et Smotrich, « raciste et homophobe »
Rechercher

Une alliée de Netanyahu fustige Yamina et Smotrich, « raciste et homophobe »

Miri Regev s'en est pris à Bezalel Smotrich alors que son parti de droite fait de l'ombre au Likud dans les sondages ; Yamina l'accuse d'avoir offert des postes à ses sbires

La ministre des Transports Miri Regev et son prédécesseur au poste  Bezalel Smotrich lors de la cérémonie de passation des pouvoirs organisée au ministère des Transports à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La ministre des Transports Miri Regev et son prédécesseur au poste Bezalel Smotrich lors de la cérémonie de passation des pouvoirs organisée au ministère des Transports à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une fidèle alliée du Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié, samedi, de « raciste et homophobe » un député de Yamina, alors que le parti de droite fait de l’ombre, dans les sondages, à la formation du Likud de Netanyahu.

Dans un entretien accordé à la Douzième chaîne, la ministre des Transports, Miri Regev (Likud), a été interrogée sur la nomination de plusieurs membres du Likud à des fonctions gouvernementales, répétant avec emphase qu’ils avaient toutes les compétences nécessaires pour occuper les postes concernés. Elle a ensuite été questionnée au sujet des critiques émises sur son mandat par le parlementaire de Yamina, Bezalel Smotrich, qui l’avait précédée à la tête du ministère des Transports.

« [Smotrich] et [Naftali] Bennett glissent vers la gauche et le centre », a-t-elle dit, se référant au chef de Yamina et accusant les deux hommes de chercher des soutiens au centre et à la gauche de l’échiquier politique.

Regev a affirmé que Bennett tentait « de dissimuler le fait que Smotrich est un raciste et un homophobe », avant d’éreinter son prédécesseur concernant son mandat au sein du ministère.

Elle a aussi écarté d’un revers de main la démonstration de force faite par Bennett dans les récents sondages.

« Il est fort dans les sondages mais il est faible dans les urnes », a dit Regev.

Le député Yamina Bezalel Smotrich s’exprime lors d’une session plénière de la Knesset à Jérusalem le 24 août 2020. (Oren Ben Hakoon / Pool / Flash90)

Smotrich, à la tête de la sous-faction de l’Union nationale au sein de Yamina, est connu pour ses déclarations controversées. Il avait appelé à la mise en place d’unités de maternité séparées pour les femmes Juives et arabes ; il avait expliqué que la communauté LGBT contrôlait les médias et l’agenda public et il s’était vanté d’être un « homophobe fier de l’être », disant que les homosexuels pouvaient afficher leur « anormalité » chez eux mais qu’ils ne devaient pas « avoir des exigences vis-à-vis de l’Etat ».

« Je ne pense pas que quelqu’un soit surpris que des propos d’une telle médiocrité émanant de Miri Regev », a écrit Smotrich sur Twitter en réponse. « Je serais pourtant très heureux de l’aider à se familiariser avec le ministère des Transports de manière à ce qu’elle y commette le moins de dégâts possible ».

Yamina a, de son côté, émis un communiqué critiquant vivement Regev.

« Regev a transformé le ministère des Transports en industrie pourvoyeuse d’emplois à ses acolytes », a indiqué le parti. « Au lieu de s’inquiéter de réduire le nombre d’embouteillages routiers, Miri Regev exploite le ministère à des fins vaines de relations publiques, pour satisfaire des demandes politiques ».

Regev a été accusée d’avoir donné à des responsables du Likud des postes au ministère pour améliorer ses performances lors des prochaines primaires du parti.

Cette prise de bec survient quelques jours après une attaque de Netanyahu à l’encontre de Bennett en raison de la percée de Yamina dans les enquêtes d’opinion. Le Premier ministre a mis en cause les antécédents de droite de son rival – Bennett se situant à la droite de Netanyahu sur de nombreuses questions politiques.

Depuis son entrée dans l’opposition, Bennett a régulièrement émis des critiques cinglantes de Netanyahu concernant la gestion, par ce dernier, de la pandémie de coronavirus.

Il semble depuis avoir émergé comme étant le principal concurrent susceptible de le défier lors de futures élections.

Le ministre de la défense Naftali Bennett de Yamina, (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une réunion des partis de droite, le 4 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Malgré la vive animosité entre les deux hommes, Bennett a constamment recommandé Netanyahu au poste de Premier ministre après toutes les élections auxquelles ce dernier a participé, affirmant qu’il n’y avait aucune alternative réelle à son leadership. Les choses semblent avoir récemment changé, Yamina annonçant que Bennett serait lui-même candidat à la fonction de Premier ministre au cours du prochain scrutin national.

Un scrutin qui devient de plus en plus probable dans le contexte des querelles internes opposant le Likud et Kakhol lavan dans le cadre de leur accord de coalition. Les tensions devraient encore s’accroître dans les prochaines semaines en raison de l’approbation d’un budget d’Etat – une approbation attendue depuis longtemps – la date butoir étant le 23 décembre. Faute de budget, les Israéliens retourneront aux urnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...