Rechercher

Une colonne témoignerait de la plus ancienne synagogue du sud-est de l’Inde

Une inscription datant du 13e siècle a été découverte non loin de Chennai, où les Juifs séfarades qui ont fui l'Inquisition espagnole ont formé une communauté

Illustration : Des Juifs priant pendant  Yom Kippour à la synagogue Magen Abraham d'Ahmedabad, en Inde, le 28 septembre 2020. (Crédit : Sam Panthaky/AFP)
Illustration : Des Juifs priant pendant Yom Kippour à la synagogue Magen Abraham d'Ahmedabad, en Inde, le 28 septembre 2020. (Crédit : Sam Panthaky/AFP)

JTA – Une inscription sur une colonne de pierre découverte dans un petit village du sud de l’Inde pourrait révéler de nouvelles informations sur la plus ancienne synagogue de la région et peut-être apporter de nouvelles informations sur le passé et l’activité commerciale des Juifs dans la région.

D’après le style d’écriture, les chercheurs affirment que l’inscription date du 13e siècle. Elle a été découverte dans le district de Ramanathapuram, dans l’État du Tamil Nadu, au sud-est de l’Inde, ont rapporté les médias locaux.

Les inscriptions sur la colonne mentionnent plusieurs lieux de culte appelés palli en tamoul, dont Suthapalli, Tharisapalli et Pizharpalli, tous situés à Periyapattinam, une ville située dans le district de Ramanathapuram. Selon les chercheurs, Suthapalli était un lieu de culte juif, tandis que Tarisapalli et Pizharpalli étaient respectivement une église chrétienne syrienne et un lieu de culte musulman.

La présence de groupes juifs en Inde remonte à l’Antiquité et les premiers documents faisant état de la présence de commerçants juifs locaux remontent aux 9e et 10e siècles. La plus ancienne communauté était les Juifs de Cochin, qui revendiquent une ascendance remontant à l’époque du roi hébreu Salomon. Les communautés Bnei Menashe et Bnei Ephraim affirment descendre des 10 tribus perdues d’Israël.

Les Juifs de Bagdad sont arrivés en Inde au milieu du 18e et du 19e siècle en tant que commerçants, et les Juifs européens sont arrivés au 20e siècle, fuyant la Seconde Guerre mondiale.

L’inscription sur la colonne a été découverte non loin de l’actuelle ville de Chennai (anciennement Madras), où les Juifs séfarades qui avaient fui l’Inquisition espagnole avaient formé une communauté aux 15e et 16e siècles.

Bien que l’inscription date de centaines d’années avant leur arrivée, David Levy, un Juif de Chennai, a trouvé des documents appartenant à sa famille qui situent ses ancêtres à Ramanathapuram  – où l’inscription en pierre a été trouvée – au début du 20e siècle.

La famille de Levy était la dernière famille juive de Chennai jusqu’à ce qu’elle soit forcée de partir en 2020 à la suite d’un conflit de propriété, a-t-il déclaré à la Jewish Telegraphic Agency.

Levy s’occupait du cimetière juif de Chennai, que le gouvernement indien avait déplacé plusieurs fois. Aujourd’hui, alors que lui et sa famille cherchent une maison en dehors de l’Inde, une femme de ménage s’occupe du cimetière, a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...