Rechercher

Une cyber-attaque serait à l’origine de fausses sirènes à Jérusalem et à Eilat

La Direction nationale israélienne du cyber-espace enquête pour savoir si des pirates informatiques iraniens seraient à l'origine de l'incident

Une capture d'écran d'une sirène. (Crédit: capture d'écran de YouTube)
Une capture d'écran d'une sirène. (Crédit: capture d'écran de YouTube)

Les responsables de la sécurité soupçonnent que les sirènes de roquettes entendues dimanche à Jérusalem et à Eilat soient le résultat d’une cyber-attaque.

La Direction nationale israélienne du cyber-espace (INCD) soupçonne des pirates informatiques d’être à l’origine de l’incident, car les sirènes activées étaient civiles et ne faisaient pas partie du réseau du Commandement du Front intérieur, selon un communiqué publié lundi par Tsahal.

Les autorités locales ont reçu l’ordre de prendre des mesures préventives contre cette menace, a précise le communiqué.

L’INCD examine si des pirates informatiques iraniens seraient à l’origine de l’attaque présumée, selon des informations sans source rapportées dans les médias israéliens.

Des habitants de Jérusalem ont déclaré avoir entendu les sirènes dans les quartiers de Katamonim, Beit HaKerem et Neve Yaakov. Ils ont déclaré que les alertes ont duré près d’une heure.

Dans une première déclaration dimanche, Tsahal a affirmé que le déclenchement des sirènes étaient le résultat d’un dysfonctionnement technique, mais a ensuite déclaré qu’elles avaient retenti sur des haut-parleurs civils et non sur le réseau militaire.

Illustration : Un expert en cybersécurité se tient devant une carte de l’Iran alors qu’il parle aux journalistes des techniques de piratage iranien, le 20 septembre 2017, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. (Crédit: AP/Kamran Jebreili)

Les tensions entre Israël et l’Iran se sont considérablement accrues ces dernières semaines, suite à l’assassinat d’un officier iranien à Téhéran le mois dernier, aux frappes aériennes contre des cibles liées à l’Iran en Syrie, au discours menaçant des dirigeants iraniens et aux violations croissantes des accords nucléaires par l’Iran.

Ces tensions ont conduit Israël a exhorté ses citoyens en Turquie à quitter immédiatement le pays, craignant que des agents iraniens ne prévoient de tuer ou d’enlever des Israéliens. Ces mises en garde ont été lancées alors que des informations non vérifiées parues dans la presse indiquaient que les services de renseignement israéliens et turcs avaient déjoué ensemble plusieurs projets d’attentats planifiés par un vaste réseau d’agents iraniens et arrêté certains des suspects.

La société israélienne de cybersécurité Check Point Research a signalé la semaine dernière que des pirates iraniens avaient récemment mené une opération de spear phishing contre des cibles israéliennes de haut rang ou liées à Israël, dont l’ancienne ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et un ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’État juif.

Emanuel Fabian a contribué à cet article. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...