Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Une cycliste canadienne, ex-soldate de Tsahal, désinvitée d’un événement féministe

Leah Goldstein a été exclue de la Journée internationale de la femme à Ottawa après que des activistes pro-palestiniens ont découvert son passé militaire vieux de trente ans

Leah Goldstein, gagnante de Race Across America en 2021, a vu son invitation à prendre la parole lors d'une manifestation canadienne pour l'émancipation des femmes annulée après le 7 octobre en raison de son passé militaire au sein de l'armée israélienne. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Leah Goldstein, gagnante de Race Across America en 2021, a vu son invitation à prendre la parole lors d'une manifestation canadienne pour l'émancipation des femmes annulée après le 7 octobre en raison de son passé militaire au sein de l'armée israélienne. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

JTA – Leah Goldstein, 54 ans, semblait toute désignée pour être l’oratrice principale d’un événement organisé à l’occasion de la Journée internationale de la femme dans l’Ontario, au Canada, le mois prochain. Cycliste canadienne, elle est entrée dans l’histoire en devenant la première femme à remporter une course épuisante de plus de 4 800 km à travers les États-Unis.

Mais en janvier, cinq mois après avoir accepté l’invitation, Goldstein a appris qu’elle n’était plus invitée à prendre la parole.

Selon les organisateurs de l’événement, la cause en était « un petit groupe en pleine expansion et extrêmement bruyant » qui reprochait à Goldstein son service dans l’armée israélienne il y a trente ans.

« Notre objectif à INSPIRE a été et sera toujours de créer des espaces sûrs pour honorer, partager et célébrer les histoires remarquables des femmes et des personnes non binaires », a déclaré le groupe d’autonomisation des femmes dans un communiqué. « Compte tenu de la situation actuelle et de la sensibilité du conflit au Moyen-Orient, le conseil d’administration d’INSPIRE changera d’oratrice principale. »

L’annulation de l’invitation survient dans un contexte d’agitation généralisée autour de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, y compris dans des communautés locales éloignées du Moyen-Orient. La guerre a éclaté à la suite de l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, qui a fait 1 200 morts, pour la plupart des civils, et 253 personnes ont été enlevées. La plus jeune victime avait 10 mois tandis que le plus jeune otage a un an.

Marina Rosenberg, première vice-présidente des affaires internationales de l’Anti-Defamation League (ADL), a déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que le cas de Goldstein reflétait une tendance inquiétante.

Leah Goldstein (à droite) pendant son service dans les rangs de l’armée israélienne. (Crédit : Leah Goldstein via JTA)

« Nous voyons de plus en plus de cas d’orateurs israéliens qui ne sont pas invités en raison de leur nationalité ou de leur service dans l’armée israélienne », a déclaré Rosenberg. « Soyons clairs : le boycott des orateurs israéliens est blessant, contraire à la liberté d’expression et, en fin de compte, contre-productif. Il ne tient pas compte de la complexité de la situation. »

Goldstein est née à Vancouver de parents israéliens. Elle a vécu en Israël pendant son enfance et a fait son service militaire, comme c’est le cas pour la plupart des citoyens. Elle a fait ses premiers pas sur la scène sportive internationale en tant que kickboxeuse, remportant en 1989 le championnat du monde de kickboxing des poids coqs. En tant que cycliste, Goldstein a surmonté une chute qui aurait pu mettre fin à sa carrière en 2005 et s’est tournée vers les ultra-marathons.

En 2011, elle a remporté la catégorie féminine solo de la Race Across America. En 2019, elle a terminé deuxième dans le groupe des femmes et cinquième au classement général. En 2021, elle est entrée dans l’histoire en remportant le classement général en solo. Goldstein a terminé la course de plus de 4 800 km en onze jours, trois heures et trois minutes, devançant son adversaire le plus proche de 17 heures.

Goldstein est une conférencière qui explique comment la force mentale l’a aidée à surmonter les blessures, la discrimination et les brimades au cours de ses expériences sportives et en Israël, où elle dit avoir été à la fois la première instructrice de commando d’élite dans Tsahal et une policière israélienne sous couverture.

Goldstein a déclaré à la JTA qu’elle avait prévu de s’en tenir à son message habituel pour l’événement du 8 mars.

« Je ne fais pas de politique quand je parle », a-t-elle déclaré par téléphone depuis son domicile de Vernon, en Colombie-Britannique. « Honnêtement, mon intervention n’a rien de politique. Je parle simplement de la merde que j’ai vécue et de la merde que la plupart des femmes vivent, et qu’elles vivent encore, et de la façon dont je l’ai gérée. »

Mais les activistes pro-palestiniens ont contesté son histoire personnelle après l’annonce de sa participation. Heather Doughty, fondatrice d’INSPIRE, a déclaré à la JTA que les détracteurs de Goldstein avaient ciblé d’autres intervenants associés à l’événement, qui devrait attirer une centaine de participants, afin de faire pression pour qu’elle en soit exclue.

« Nous sommes tout aussi bouleversés », a déclaré Doughty à la JTA. « Nous sommes une toute petite association à but non lucratif qui essaie de faire quelque chose de bien, et nous avons été littéralement attaqués. Des intervenants [d’INSPIRE] ont été attaqués verbalement. Ils sont allés faire leurs courses, et des gens sont venus et les ont attaqués. »

Doughty a déclaré que les détracteurs de Goldstein « exigeaient de connaître la position de Leah » sur la guerre entre Israël et le Hamas et qu’INSPIRE a cherché à leur apporter des réponses. Le groupe, n’ayant pas reçu de réponse immédiate, a annulé l’invitation à s’exprimer.

« Nous avons cherché à poser ces questions », a déclaré Doughty, une photographe qui dirige INSPIRE en tant que bénévole. « Nous ne pouvons pas parler au nom d’un autre être humain. »

Goldstein a qualifié de « ridicule » la demande d’INSPIRE de faire une déclaration – et a indiqué qu’elle ne pensait pas que ses détracteurs seraient satisfaits de ce qu’elle aurait à dire.

« Si je devais faire une déclaration, je dirais que je suis très fière de ma formation au sein de Tsahal, étant la première femme à former les soldats commandos », a-t-elle déclaré. « Alors oui, s’ils veulent ce genre de déclaration, je serais heureuse de le faire. Mais désavouer Israël et dire qu’il s’agit d’un génocide, que nous tuons 20 000 enfants et femmes innocents et tout le reste, c’est une putain de guerre. C’est ce qui se passe. »

Goldstein poursuit : « Je ne voulais pas m’engager dans cette voie parce que ce n’est pas ce que je fais. On ne m’a pas engagée parce que j’étais une soldate de Tsahal. Ils m’ont engagée parce que je suis une source d’inspiration. Je motive. Ils en font une affaire politique alors qu’elle ne devrait pas l’être. Ma présentation ne porte pas sur la guerre. Il s’agit de la vie. »

Depuis le 7 octobre, de nombreuses équipes et athlètes israéliens subissent des conséquences sur le terrain et en dehors en raison de manifestations anti-Israël ou de leur propre soutien public à Israël.

Une équipe nationale israélienne de hockey a récemment été temporairement exclue d’un championnat mondial de jeunes, avant d’être réinvitée au tournoi. Le mois dernier, en Turquie, un joueur de football israélien a été brièvement arrêté pour avoir écrit sur son poignet un message marquant les 100 jours écoulés depuis le 7 octobre. En Afrique du Sud, une star juive du cricket a été démise de ses fonctions de capitaine de l’équipe nationale par crainte de manifestations anti-Israël.

Le joueur de football israélien Sagiv Jehezkel affichant un message de solidarité avec les otages détenus à Gaza alors qu’il célèbre un but pour le club turc Antalyaspor, le 14 janvier 2024. (Crédit : Antalyaspor/X ; utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Goldstein a déclaré que, depuis le début du conflit, elle a remarqué une légère diminution du nombre de conférences qu’elle a pu organiser, mais que jusqu’à cet incident, elle n’avait pas tenu compte du sentiment anti-Israël pour expliquer cette situation.

Goldstein affirme ne pas être en colère contre la décision de l’organisation ; elle est simplement choquée et déçue et aurait apprécié d’avoir l’occasion de parler directement avec les organisateurs de l’événement.

Si un tel dialogue avait eu lieu, Goldstein dit savoir quelle question elle poserait en premier : « Vous ne m’avez pas embauchée parce que je suis Juive, alors pourquoi me renvoyer parce que je suis Juive ? »

Dorénavant, l’événement du 8 mars d’INSPIRE mettra en vedette une joueuse de hockey féminine canadienne. Doughty a déclaré que ce changement était essentiel pour répondre au mandat du groupe, qui est d’offrir un « espace sûr » aux femmes de la région. Elle a également souligné que cette affaire avait été un véritable défi pour elle sur le plan personnel.

« Cela a été tellement traumatisant pour moi », a déclaré Doughty. « Je voulais simplement organiser un événement agréable pour les femmes de la région, et cela s’est transformé en quelque chose que je ne comprends même pas. »

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.