Une députée arabe dénonce « l’autorisation de la prochaine attaque »
Rechercher

Une députée arabe dénonce « l’autorisation de la prochaine attaque »

Touma-Sliman s'inquiète du message envoyé aux terroristes juifs par l'absence d'arrestation de l'auteur de l'attaque de Duma

Aida Touma-Sliman à côté du chef de file de la Liste  arabe unie Ayman Odeh (au centre) à une cérémonie 
 marquant l'anniversaire de la Nakba à l'Université de Tel-Aviv  le 20 mai 2015  (Crédit photo: Tomer Neuberg / Flash90)
Aida Touma-Sliman à côté du chef de file de la Liste arabe unie Ayman Odeh (au centre) à une cérémonie marquant l'anniversaire de la Nakba à l'Université de Tel-Aviv le 20 mai 2015 (Crédit photo: Tomer Neuberg / Flash90)

La députée Aida Touma-Sliman (Liste arabe unie) a critiqué le ministre de la défense, Moshe Yaalon, pour ne pas avoir arrêter les auteurs de l’incendie criminel de Duma.

Le ministre de la Défense a déclaré lors d’une réunion à huis clos avec des membres du parti du Likud mercredi que l’establishment de la Défense sait qui a bombardé la maison Dawabsha, tuant trois membres de la famille, dans le village de Cisjordanie, mais que la personne n’a pas été d’arrêtée afin d’éviter d’exposer les sources des renseignements au tribunal.

« Le ministre de la Défense a fermé les yeux sur les extrémistes qui sont à l’origine de la mort de la famille Dawabshe. Maintenant, il continue à maintenir cette politique laide et méprisante, et déclare que, même s’il sait qui est derrière l’assassinat – les atroces criminels ne seront pas poursuivis. Serait-ce également le cas si une famille juive avait été assassinée ? », s’est interrogée Touma-Sliman dans un communiqué.

« La déclaration de Yaalon révèle l’attitude tolérante du système vis-à-vis de la terreur des résidents d’implantation, autorisant ainsi le prochain assassinat. Yaalon et le système, dont il est responsable, sont entièrement responsables de l’assassinat atroce de la famille Dawabshe et de l’actuelle terreur des résidents contre les Palestiniens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...