Yaalon : Nous savons qui a perpétré l’attaque de Duma
Rechercher

Yaalon : Nous savons qui a perpétré l’attaque de Duma

Les autorités ne veulent pas exposer les sources qui ont aidé à identifier ceux qui sont derrière l'attentat terroriste

Le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, le 10 mars 2015 (Crédit : Ohad Zwigenberg, Pool)
Le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, le 10 mars 2015 (Crédit : Ohad Zwigenberg, Pool)

Les autorités israéliennes connaissent l’identité de l’auteur d’une attaque terroriste commise fin juillet dans laquelle trois Palestiniens ont péri à Duma, a déclaré mercredi le ministre de la Défense Moshe Yaalon.

La personne n’est pas traduite en justice afin d’éviter d’exposer les sources de renseignement devant le tribunal.
 
Le ministre de la Défense a revélé mercredi lors d’une réunion à huis clos d’environ 20 jeunes membres du parti Likud que l’appareil de défense savait qui avait incendié la maison des Dawabsha dans le village de Duma en Cisjorsanie, a rapporté jeudi le journal Haaretz.

L’attaque du 31 juillet dans le village de Duma dans le nord de la Cisjordanie, avait tué Ali Dawabsha, âgé de 18 mois. Son père Saad et sa mère Riham ont respectivement succombé à leurs graves brûlures la semaine suivante et début septembre. Ahmed, 4 ans, toujours hospitalisé au centre médical Sheba à Tel Hashomer près de Ramat Gan avec des brûlures sur une grande partie de son corps, est le seul survivant de la famille.

Un officier supérieur de Tsahal a déclaré mardi que les services de sécurité n’avaient «aucun doute» que l’attaque de Duma avait été perpétré par des Juifs.

« Ce fut un acte de terrorisme juif, cela ne fait aucun doute », a déclaré l’officier.

Il n’a pas révélé les éléments de l’enquête en cours, mais a insisté sur le fait que « toutes les conjectures et spéculations sur cette question n’ont pas de fondement dans la réalité. »

L’officier a également répondu aux allégations des membres de la famille des victimes – reprises cette semaine par un fonctionnaire de l’ONU – selon lesquelles l’armée israélienne ferait preuve de laxisme dans la recherche des agresseurs présumés.

Bien qu’il n’ait pas donné d’informations sur l’avancement de l’enquête, notamment s’il y avait des suspects, il a affirmé que les forces de securité consacraient toutes les ressources nécessaires pour résoudre l’affaire et attraper les auteurs.

L’officier a également répondu à des plaintes de membres de la famille des victimes – a réitéré cette semaine par un fonctionnaire de l’ONU – à savoir, que l’armée israélienne était laxiste à localiser les agresseurs présumés.

Bien qu’il ne donnerait pas une mise à jour sur l’enquête, y compris s’il y avait des suspects, il dit que les agences de sécurité ont consacré toutes les ressources nécessaires pour résoudre l’affaire et attraper les auteurs.

Des témoins oculaires sur les lieux de l’attaque du 31 juillet avaient dit que quatre personnes avaient fui le village en direction de l’implantation voisine de Maale Efraim en Cisjordanie après avoir mis le feu à la maison des Dawabsha et avoir peint « Vengeance » et « Vive le roi Messie » sur des maisons dans le village.

Saad et Riham Dawabsha, avec leur bébé Ali (Capture d'écran Deuxième chaîne)
Saad et Riham Dawabsha, avec leur bébé Ali (Capture d’écran Deuxième chaîne)

L’attaque a choqué le pays, amenant les dirigeants de tout le spectre politique, dont le président Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à condamner l’attaque et à exiger une répression accrue contre le mouvement d’extrémistes juifs dit du « Prix à payer » qui mène des attaques contre des civils palestiniens.

Le cabinet de sécurité, composé des ministres les plus importants du gouvernement israélien, a décidé d’octroyer aux services de sécurité d’Israël le pouvoir de détenir des suspects terroristes juifs sans procès, une mesure utilisée en général contre des Palestiniens, mais rarement contre les citoyens juifs israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...