Une députée israélienne définit le “syndrome de l’Etat islamique”
Rechercher

Une députée israélienne définit le “syndrome de l’Etat islamique”

Bien que le Hamas ait salué l'attaque de Milhem, aucune organisation ne l’a revendiquée ; le tueur est toujours en fuite

Ksenia Svetlova (Crédit : Facebook)
Ksenia Svetlova (Crédit : Facebook)

Le syndrome de l’Etat islamique (EI) est un terme utilisé par la députée de l’union Sioniste Ksenia Svetlova, qui est expert du Moyen-Orient et de l’islam, pour définir la fascination que le groupe terroriste sunnite brutal exerce sur les musulmans moyens, particulièrement les jeunes et les plus impressionnables.

Dans un article publié sur le site internet de la Deuxième chaîne, Svetlova a écrit qu’il y a déjà deux ans des petits enfants couraient dans les rues des villes arabes en Israël en criant « Daech », l’acronyme arabe du groupe, et appelaient l’enfant le plus fort du groupe Baghdadi – le nom d’Abu Bakr al Baghdadi, dirigeant de l’EI.

Svetlova a déclaré qu’un « enseignant inquiet de Lod [une ville mixte] m’a dit que pour certains enfants des petites classes, les membres de l’EI étaient une sorte de Superman. Ils voient des enfants de leur âge dans les vidéos de l’EI et sont impressionnés. Ils achètent les poupées importées de Chine qui ont un couteau dans la main [une livraison de ces poupées avait été saisie par la douane israélienne le mois dernier]. » Parce que l’EI a quelque chose que l’Iran n’aura jamais, avait écrit Svetlova : d’impressionnantes qualités de communication.

L’article de Svetlova a été publié il y a deux jours après une fusillade fatale à Tel Aviv par un arabe israélien nommé Nashat Milhem.

Alors que la famille de Milhem affirme qu’il n’est pas sain d’esprit, l’attaque montre des similarités frappantes, bien qu’à une plus petite échelle, avec les attentats du 13 novembre à Paris, revendiqués par l’EI.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...