Le maire d’Ofakim : Nashat Milhem est « tout à fait sain d’esprit »
Rechercher

Le maire d’Ofakim : Nashat Milhem est « tout à fait sain d’esprit »

Itzik Danino a prononcé l'oraison funèbre en mémoire de Shimon Ruimi, tué vendredi à Tel Aviv

Les parents de Shimon Ruimi le jour des funérailles de leur fils tué (Crédit : Capture d’écran Walla)
Les parents de Shimon Ruimi le jour des funérailles de leur fils tué (Crédit : Capture d’écran Walla)

Lors des funérailles de Shimon Ruimi, tué alors qu’il fêtait vendredi après-midi l’anniversaire d’un ami dans un bar de la rue Dizengoff, le maire de sa ville natale Ofakim, Itzik Danino, a déclaré que le tireur de la fusillade de Tel Aviv était tout à fait sain d’esprit.

Le maire d’Ofakim a fait l’éloge de Shimon Ruimi, qui a été assassiné dans un attentat vendredi à Tel-Aviv.

La famille de l’assassin, Nashat Milhem, affirme qu’il est n’est pas sain d’esprit. Danino a clairement rejeté cette allégation.

« Une personne qui planifie un assassinat d’une façon si ordonnée, en cédant d’autres possibilités [de tuer], échappe à la scène de la terreur, et peut faire en sorte de s’assurer que les gens qu’il tue sont des Juifs, est une personne tout à fait saine d’esprit. Le meurtrier de Arara est complètement stable de l’esprit », a dit Danino.

La famille de Milhem a affirmé en effet qu’il souffrait d’une grave maladie mentale. Pourtant, la méthode de l’attaque témoigne d’une planification de sang-froid au-delà de ce qu’on pouvait attendre de quelqu’un qui souffre prétendument d’une grave maladie mentale : le choix de la cible, le vol de l’arme de son père, la fusillade, le vol, l’éventuelle course meurtrière qui a suivi (avec le meurtre possible du chauffeur de taxi Ayman Shaaban environ une heure après l’attaque), et sa survie jusqu’à maintenant.

Shimon Ruimi (Crédit : Facebook)
Shimon Ruimi (Crédit : Facebook)

Pour sûr, le motif de l’attaque aurait pu être plus complexe qu’une simple inspiration idéologique.

La combinaison de la maladie mentale, de la radicalisation religieuse et d’un passé trouble (une peine de cinq ans de prison pour avoir tenté de voler l’arme d’un soldat, un cousin tué par des policiers, l’usage de drogue) a peut-être créé un mélange particulièrement dangereux.

Mais toutes ses actions ne peuvent être expliquées simplement comme une maladie mentale ou d’un épisode psychotique.

Avi Issacharoff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...