Rechercher

Une directrice d’école d’Arraba, blessée par balle

Une femme d'une quarantaine d'années a été blessée aux jambes près de l'entrée de son école, alors qu'elle quittait sa voiture

La scène où une directrice d'école a été blessée par balle dans la ville d'Arraba, dans le nord du pays, le 22 novembre 2021 (Crédit : capture d'écran/Kan)
La scène où une directrice d'école a été blessée par balle dans la ville d'Arraba, dans le nord du pays, le 22 novembre 2021 (Crédit : capture d'écran/Kan)

Une directrice d’école a été blessée par balle lundi matin dans la ville d’Arraba, dans le nord du pays, a indiqué la police.

La femme, âgée d’une quarantaine d’années, a été ciblée près de l’école.

La police a déclaré qu’elle avait ouvert une enquête et qu’il n’était pas clair si l’attaque était liée à son emploi.

Une chasse à l’homme est en cours pour retrouver l’auteur de l’agression.

Selon le site d’information Ynet, la femme a reçu une balle dans le bas du corps alors qu’elle sortait de sa voiture près de l’école.

Au moins deux autres attaques par balles contre des éducateurs ont eu lieu ces derniers mois.

L’année dernière, Khatam Abu Qeider, le directeur primé d’une école élémentaire desservant la communauté bédouine dans le sud du pays, avait été modérément blessé.

En août, le conseiller de la ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton pour les affaires arabes, Sahar Ismail, 50 ans, avait été abattu juste devant son domicile.

Les communautés arabes ont connu une flambée de violence ces dernières années, alimentée principalement, mais pas seulement, par le crime organisé.

Depuis le début de l’année 2021, au moins 111 Arabes ont été tués dans des homicides présumés, selon l’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives. Parmi eux, 93 étaient des citoyens arabes d’Israël et 18 autres étaient des Palestiniens, originaires de Jérusalem-Est ou résidant en Israël.

Les Arabes israéliens accusent la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre les puissantes organisations criminelles et ignore en grande partie la violence, qui comprend des querelles familiales, des guerres de territoire mafieuses et des violences contre les femmes. La communauté a également souffert de décennies de négligence.

En août, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que la violence et la criminalité dans les communautés arabes israéliennes étaient une « calamité nationale. »

Aisha Abadi (Crédit : autorisation).

La fusillade de lundi est survenue quelques heures après qu’une femme a été poignardée à mort à son domicile dans la ville arabe du nord de Jadeidi-Makr dimanche soir. La femme de 55 ans – identifiée comme étant Aisha Abadi – a été retrouvée inconsciente par les secours, a indiqué le service de secours du Magen David Adom. La police a arrêté le mari de la défunte en relation avec son meurtre.

Peu après que son corps a été transporté à l’hôpital de Galilée à Nahariya, une bagarre a éclaté entre les proches d’Aisha Abadi dans l’enceinte de l’hôpital. Deux agents de sécurité ont été légèrement blessés alors qu’ils tentaient d’empêcher la foule d’entrer dans le bâtiment de l’hôpital, a déclaré l’hôpital dans un communiqué.

« Il s’agit d’une situation insupportable. Il n’est plus possible de rester silencieux face à des cas graves de violence, qui se produisent fréquemment dans divers hôpitaux », a déclaré le Dr Masad Barhoum, directeur de l’hôpital.

Une bagarre armée a eu lieu entre deux familles devant l’hôpital Soroka à Beer Sheva la semaine dernière, et il y a eu un certain nombre d’autres bagarres mineures dans d’autres hôpitaux au cours de la semaine dernière.

Dimanche, le gouvernement a annoncé l’allocation de 155 millions de shekels pour un plan national de lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Des activistes protestent contre les récents cas de violence contre les femmes à Tel Aviv, le 7 mars 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Selon un rapport publié par l’Organisation sioniste internationale des femmes (WIZO) la semaine dernière, 26 femmes ont été assassinées en Israël en 2020, dont 13 par leur partenaire. C’est une augmentation par rapport aux 17 femmes assassinées en 2019, dont cinq ont été tuées par leur partenaire.

Jusqu’à présent en 2021, 21 femmes ont été assassinées en Israël, selon la WIZO. L’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives affirme que 14 de ces femmes étaient arabes.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...