Rechercher

Une enquête de Tsahal révèle que des « erreurs » ont conduit à la mort de Bar Falah

L'armée a fait l'éloge des soldats malgré le "prix douloureux" de la mort du major ; des ordres de démolition des maisons des tireurs ont été émis

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le major Bar Falah, 30 ans, commandant-adjoint de l'unité d'élite Nahal, tué dans un échange de coups de feu avec des terroristes à la barrière de sécurité de la Cisjordanie, le 14 septembre 2022. (Autorisation : Famille)
Le major Bar Falah, 30 ans, commandant-adjoint de l'unité d'élite Nahal, tué dans un échange de coups de feu avec des terroristes à la barrière de sécurité de la Cisjordanie, le 14 septembre 2022. (Autorisation : Famille)

Une enquête militaire sur la mort d’un officier de haut rang le mois dernier lors d’une fusillade par deux Palestiniens dans le nord de la Cisjordanie a mis en évidence des « erreurs » commises par les troupes, a déclaré jeudi l’armée israélienne.

L’officier, le major Bar Falah, 30 ans, commandant adjoint de l’unité de reconnaissance d’élite Nahal, a été tué lors d’un affrontement à la barrière de sécurité de Cisjordanie, près du village palestinien de Jalamah, le 14 septembre, alors qu’il tentait d’arrêter les deux hommes armés.

Selon l’enquête finale de Tsahal, les deux hommes armés ont été détectés peu avant minuit par des soldats utilisant des caméras de surveillance, à une quinzaine de mètres d’un poste militaire dans la zone dite de jointure entre la Cisjordanie et Israël.

Les soldats stationnés dans la zone ont entamé une procédure d’arrestation, qui consistait à crier en direction des suspects, à tirer des coups de semonce et à lancer dans leur direction une grenade paralysante.

Les suspects n’ont pas répondu aux soldats, qui ne savaient pas non plus qu’ils étaient armés et préparaient une attaque.

Pendant ce temps, le commandant de la brigade Menashe de Tsahal, le colonel Arik Moyal, ainsi que Falah et ses soldats ont été dépêchés sur les lieux.

Les soldats de Tsahal sur les lieux d’un échange de coups de feu qui a fait trois morts, un officier de l’armée israélienne et les deux Palestiniens qui avaient ouvert le feu sur lui, à proximité de la clôture de sécurité de Cisjordanie, le 14 septembre 2022. (Crédit : Israel Defense Forces)

Lorsque les deux hommes ont été repérés aux premières heures du matin, l’équipe de Moyal a avancé depuis la zone de la clôture et l’équipe de Falah a commencé à ramper derrière eux, afin de les appréhender.

Les deux hommes armés ont alors ouvert le feu sur les troupes, qui se trouvaient à quelques mètres seulement. Falah a été touché et grièvement blessé, mais a tout de même réussi à tirer plusieurs coups de feu avant de mourir, selon l’enquête.

Les deux hommes armés ont été tués dans la fusillade qui a suivi. Ils étaient armés d’une mitraillette de fortune Carlo et d’une autre arme semi-automatique de fortune, selon l’armée israélienne.

Les deux hommes ont été identifiés par les médias palestiniens comme étant Ahmed Abed et Abdul Rahman Abed, originaires du village de Kafr Dan près de Jénine. Ahmed était un officier des services de sécurité de l’AP.

Ahmed Abed, à droite, et Abdul Rahman Abed, qui ont ouvert le feu sur les troupes de Tsahal, faisant un mort, ont été tués dans la fusillade qui a suivi, le 14 septembre 2022. (Crédit : Twitter)

L’armée a soupçonné les deux hommes de vouloir tendre une embuscade aux troupes stationnées au poste voisin et d’avoir attendu d’être détectés pour trouver un moment plus propice à l’attaque.

L’enquête militaire a félicité les troupes pour avoir « réussi leur mission de défense et déjoué une attaque sur le front intérieur israélien, au prix douloureux de la mort du major Bar Falah. »

L’enquête de Tsahal a également salué la rapidité de la prise en charge médicale de Falah par l’opérateur de signaux sur les lieux alors qu’il était sous les tirs, ainsi que les équipes médicales qui sont arrivées plus tard sur les lieux. « Le traitement sur place a été professionnel et rapide, mais en raison de la nature de sa blessure, sa vie n’a pas pu être sauvée », a déclaré l’armée.

Toutefois, Tsahal a noté que des « erreurs » ont été commises en ce qui concerne « la méthode choisie par la force pour isoler la zone où se trouvaient les terroristes. »

« Malgré ces résultats malheureux, il s’agit d’un événement au cours duquel une attaque a été déjouée et des dommages aux civils ont été évités », a déclaré le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, dans des remarques publiées par l’armée.

« Le comportement des forces pendant l’incident, depuis les commandants, dont le défunt major Bar Falah, en passant par le commandant de brigade, jusqu’au dernier des soldats, est un exemple de courage et de détermination », a déclaré Kohavi.

« Cependant, au cours de la bataille, plusieurs erreurs ont été commises, qui doivent être étudiées en profondeur et utilisées afin d’éviter que de tels cas ne se reproduisent », a-t-il ajouté.

Le major Bar Falah, 30 ans, commandant adjoint de l’unité de reconnaissance d’élite Nahal, a été tué lors d’une fusillade avec deux terroristes près de la barrière de sécurité de Cisjordanie, le 14 septembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Mercredi, l’armée a informé les familles des tireurs qu’elle avait l’intention de démolir leurs maisons.

Elles peuvent faire appel de l’ordre de démolition auprès de la Haute Cour de justice d’Israël, mais ces tentatives aboutissent rarement. Toutefois, dans certains cas, la cour peut limiter l’ordre de démolition aux seules parties de la maison utilisées par les assaillants.

Israël défend cette pratique jugé controversée par certains qui consiste à raser les maisons familiales des agresseurs afin de les dissuader de commettre d’autres agressions, et les responsables ont fait valoir que la rapidité est essentielle, affirmant que le facteur de dissuasion se dégrade avec le temps.

Au fil des ans, cependant, un certain nombre de responsables de la défense israélienne ont mis en doute l’efficacité de cette pratique, et les militants des droits de l’homme l’ont dénoncée comme une punition collective injuste.

Les tensions en Cisjordanie sont montées en flèche ces derniers mois, l’armée ayant lancé d’importantes opérations d’arrestation après une série d’attaques palestiniennes qui ont tué 19 personnes au début de l’année.

Une autre Israélienne a été tuée dans une attaque présumée le mois dernier, et quatre autres soldats – dont Falah – ont été tués en Cisjordanie lors d’attaques et d’opérations d’arrestation.

Ces derniers mois, des tireurs palestiniens – pour la plupart membres du groupe La Fosse aux Lions, basé à Naplouse – ont pris pour cible à plusieurs reprises des postes militaires, des troupes opérant le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes et des civils sur les routes.

L’offensive antiterroriste lancée au début de l’année a permis de procéder à plus de 2 000 arrestations lors de raids quasi quotidiens dans les villes et villages palestiniens. Elle a également fait plus de 120 morts parmi les Palestiniens, dont beaucoup – mais pas tous – en train de commettre des attentats ou lors d’affrontements avec les forces de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...