Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Une ex-otage décrit comment un garde du Hamas l’a violée

Dans un nouvel extrait d'un documentaire à paraître, Amit Soussana évoque le sentiment de fatalité qui l'habitait alors qu'elle était enchaînée dans une pièce sombre, avant que son ravisseur ne l'agresse sexuellement

L'otage libérée Amit Soussana parlant des abus sexuels du Hamas dans une séquence publiée le 3 avril 2024, tirée du prochain documentaire "Screams Before Silence", produit par Kastina Communications. (Crédit : Capture d'écran : X/Israel Hayom ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
L'otage libérée Amit Soussana parlant des abus sexuels du Hamas dans une séquence publiée le 3 avril 2024, tirée du prochain documentaire "Screams Before Silence", produit par Kastina Communications. (Crédit : Capture d'écran : X/Israel Hayom ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Une Israélienne détenue à Gaza, qui est devenue en mars la première ex-otage à parler publiquement des abus sexuels qu’elle a subis lors de son enlèvement, a décrit les avances de ses ravisseurs et les circonstances désastreuses de sa captivité dans une courte vidéo diffusée mercredi.

Dans un témoignage filmé, Amit Soussana, une avocate enlevée à son domicile du kibboutz Kfar Aza par des terroristes palestiniens du Hamas le 7 octobre, a déclaré qu’elle avait été été détenue seule et enchaînée, dans une chambre d’enfant pendant de longues périodes et qu’elle avait vécu dans la crainte constante d’être violée par ses gardiens, pendant près de deux mois de captivité.

« J’ai été enchaînée pendant trois semaines à Gaza. J’ai été enfermée dans une pièce très sombre sans pouvoir bouger. Et chaque fois que j’avais besoin d’aller aux toilettes, je devais demander la permission », a-t-elle raconté dans ces images rendues publiques mercredi.

La séquence de trois minutes est un extrait de « Screams Before Silence », un documentaire à venir sur les crimes sexuels commis par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre et après cette date, lorsque des milliers de terroristes ont pris d’assaut le sud d’Israël, tuant près de 1 200 personnes, prenant 253 otages et commettant d’autres atrocités, alors qu’ils se déchaînaient pendant des heures à travers les communautés israéliennes.

Amit Soussana en train de se battre contre des ravisseurs du Hamas qui la traînent à Gaza le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Le 7 octobre, Soussana, qui a été libérée dans le cadre d’un échange de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël fin novembre après 55 jours de captivité, a été filmée par une caméra de surveillance en train de se battre contre ses ravisseurs.

« Il y avait dix hommes autour de moi », se souvient-elle dans la vidéo récemment publiée. « J’avais l’impression qu’ils me prenaient, que j’étais une sorte d’objet […] Je ne pouvais pas le supporter. Mon instinct m’a poussée à me battre, à faire ce que je pouvais. »

« J’avais vraiment peur qu’ils me violent, qu’ils me traînent dans les rues de Gaza et qu’ils exhibent mon corps, j’avais plus peur de cela que d’être tuée », a-t-elle ajouté.

À Gaza, Soussana a indiqué qu’elle était gardée par un homme qu’elle a identifié comme étant Mohammed, qui « avait l’habitude de s’asseoir sur le lit, en face de moi, vêtu d’un short, allongé ».

Un soldat de l’armée regardant les destructions faites par les terroristes du Hamas au kibboutz Kfar Aza, à proximité de la frontière avec Gaza, le 15 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

« Je me souviens que je ne pouvais pas le regarder, dit-elle, je détournais le regard et me couvrais avec la couverture pour ne pas avoir à le regarder. Je me sentais vraiment mal à l’aise. »

Mohammed, dit Soussana, s’intéressait avec insistance à sa vie sexuelle. Chaque fois qu’il en parlait, je gloussais et je disais « Oh, allez, arrêtez, arrêtez », essayant de changer de sujet.

« Je savais qu’il préparait quelque chose. Je savais que quelque chose de grave allait se produire », a-t-elle ajouté.

« Un jour, Mohammed est venu et m’a donné des serviettes hygiéniques pour femmes », dit-elle dans la vidéo. Il lui a dit qu’après ses règles, « tu prendras une douche et tu laveras tes vêtements ». « Et il a répété cela plusieurs fois par jour. »

Pour éviter les avances sexuelles du terroriste, elle lui a fait croire que ses règles duraient plus longtemps qu’elles ne duraient en réalité, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus maintenir la ruse.

Amit Soussana, en violet, libérée des geôles du Hamas après 54 jours de captivité, retrouvant sa mère et sa sœur, à l’hôpital Wolfson, à Holon, le 30 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Wolfson)

« Il m’a détachée, m’a emmenée dans la cuisine et m’a montré une casserole, et je me souviens d’avoir pensé : ‘Comment puis-je éviter cela ? Il n’y a rien que je puisse faire », a déclaré Soussana.

Soussana a parlé pour la première fois publiquement de son calvaire dans une interview au New York Times publiée le 26 mars, dans laquelle elle raconte avoir été forcée, sous la menace d’une arme, à commettre des actes sexuels pour Mohammed.

Elle raconte qu’il lui a apporté une casserole d’eau bouillante pour se doucher, puis qu’il l’a attaquée dans la salle de bains, où elle a tenté de résister, avant d’être battue et traînée jusqu’à la chambre d’un enfant, où elle a été agressée sexuellement.

En mars, les Nations unies ont publié un rapport indiquant que des viols et des viols collectifs ont probablement eu lieu lors de l’assaut barbare mené par le Hamas du 7 octobre, et ont déclaré qu’il existe des preuves « claires et convaincantes » montrant que des otages ont été violés alors qu’ils étaient détenus à Gaza, et que ceux qui sont actuellement détenus en captivité sont toujours confrontés à de tels abus.

Amit Soussana s’adressant aux journalistes au kibboutz Kfar Azza le 29 janvier 2024. (Crédit : Paulina Patimer/Forum des familles des otages et disparus)

Fin mars, le président Isaac Herzog a salué le fait qu’Amit Soussana ait choisi de témoigner, déclarant qu’elle « parle au nom de tous ceux qui ne peuvent pas s’exprimer », dans un message publié sur X. « Elle parle au nom de toutes les victimes de la guerre civile », a souligné le président Herzog.

« Elle parle pour toutes les victimes des crimes et abus sexuels ignobles du Hamas. Elle parle au nom de toutes les femmes du monde entier. Le monde entier a le devoir moral de soutenir Amit – et toutes les victimes – en condamnant le terrorisme brutal du Hamas et en exigeant le retour immédiat de tous les otages », a-t-il écrit.

Selon le New York Times, le récit de Soussana sur ce qui s’est passé est cohérent avec les informations qu’elle a données à des professionnels de la santé et à une assistante sociale immédiatement après sa libération et qui ont été consultées par le journal.

Dr. Julia Barda, l’assistante sociale qui s’est entretenue avec Soussana après sa libération, a déclaré au journal qu’elle « a parlé immédiatement, avec fluidité et en détail, non seulement de son agression sexuelle, mais aussi des nombreuses autres épreuves qu’elle a subies ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.