Une expo à Tel Aviv sur les victimes masculines d’agressions sexuelles
Rechercher

Une expo à Tel Aviv sur les victimes masculines d’agressions sexuelles

"Le silence des victimes et leur honte, est le carburant le plus puissant des agresseurs," confie une victime

La mairie de Tel Aviv sur la place Rabin, le 5 juillet 2015. (Crédit : Matt Hechter/Flash90)
La mairie de Tel Aviv sur la place Rabin, le 5 juillet 2015. (Crédit : Matt Hechter/Flash90)

Une exposition de la photographe israélienne Alicia Shahaf, ayant pour thème les victimes masculines d’agressions sexuelles a actuellement lieu jusqu’au 16 juillet prochain au centre Enav à Tel Aviv, en collaboration avec la ligne d’urgence des victimes d’agressions sexuelles pour Hommes et Garçons.

Cette exposition a pour objectif de révéler la réalité des hommes qui sont victimes d’agressions sexuelles à travers des photographies d’hommes israéliens ayant subi ce type d’agressions.

Dans nos sociétés occidentales, un homme sur six a été victime d’agressions sexuelles rapporte Ynet.

Chaque année, la ligne d’urgence des victimes d’agressions sexuelles pour Hommes et Garçons répertorie 1 000 appels de nouvelles victimes.

Des hommes de la société civile israélienne ont accepté de dévoiler leur identité et de poser pour Alicia Shahaf. En tout une vingtaine d’hommes ont participé à cette initiative à l’image d’Eyal qui a été violé par un inconnu à l’âge de 15 ans ou Manny qui a été agressé à l’âge de 14 ans dans une synagogue.

Aujourd’hui adultes, ils subissent les conséquences de leur traumatisme dans leur vie quotidienne. Crises d’angoisse, douleurs, difficultés à faire confiance aux autres sont d’autant de troubles auxquels ils doivent faire face.

« Nous, en tant qu’hommes, nous identifions la divulgation comme une faiblesse, mais exposer son histoire est fort et courageux. Le silence des victimes et leur honte, est le carburant le plus puissant des agresseurs. Parler des agressions sexuelles est le moyen de guérir », confie Nachum, une victime d’agression sexuelle pendant son service militaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...