Rechercher

Une fausse alerte envoie les Israéliens du sud du pays dans les abris

Les sirènes ont retenti dans la région de Hof Ashkelon, au nord de la bande de Gaza, quelques jours après une poussée de fièvre entre Tsahal et le Hamas

Illustration: Des Israéliens se mettent à l'abri pendant l'avertissement d'une sirène d'attaque à la roquette dans le kibboutz Kfar Aza près de la frontière entre Israël et Gaza, le 29 décembre 2017. (Crédit : AP / Tsafrir Abayov)
Illustration: Des Israéliens se mettent à l'abri pendant l'avertissement d'une sirène d'attaque à la roquette dans le kibboutz Kfar Aza près de la frontière entre Israël et Gaza, le 29 décembre 2017. (Crédit : AP / Tsafrir Abayov)

Des sirènes caractéristiques des tirs de roquettes ont retenti dans les communautés israéliennes au nord de la bande de Gaza dimanche soir; l’armée a parlé de fausse alerte.

Les sirènes d’alarme ont envoyé des milliers de résidents des communautés de Netiv Ha’asara et de Yad Mordechai dans des abris, quelques jours après le tir d’une roquette depuis la bande de Gaza vers une maison située dans la ville de Beer Sheva, dans le sud du pays.

Les forces de défense israéliennes ont déclaré qu’elles enquêtaient sur ce qui a déclenché le système.

Les sirènes ont brisé le calme relatif qui régnait depuis mercredi dernier quand la tension est montée d’un cran entre Tsahal et le Hamas, groupe terroriste au pouvoir à Gaza.

La roquette a percuté le dernier étage d’une maison de Beer Sheva, ce qui a causé des dégâts considérables sans faire de blessés. La mère de famille qui se trouvait à l’intérieur s’est précipitée avec ses trois fils dans un abri anti-bombes. En réponse, l’armée israélienne a bombardé une vingtaine de cibles dans l’enclave côtière, y compris un tunnel d’attaque du Hamas qui traversait la frontière, a annoncé l’armée.

Le lendemain, l’Égypte et les Nations Unies auraient négocié un cessez-le-feu entre les deux parties – bien que ni Israël ni le Hamas ne l’aient officiellement reconnu.

Après une baisse des violences à la frontière ce week-end, Israël a rouvert ses deux points de passage vers la bande de Gaza dimanche.

Le bureau du ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a déclaré qu’une décision n’avait pas encore été prise pour autoriser un approvisionnement en carburant acheté par le Qatar dans la bande de Gaza.

Des camions israéliens transportant du carburant diesel entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le jeudi 11 octobre 2018. ( Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

« La décision (…) a été reportée à cette heure et sera examinée dans quelques jours, en fonction des incidents survenus le long de la frontière », a déclaré le bureau de Liberman.

Le ministre de la Défense avait ordonné la fermeture du passage d’Erez et du passage de marchandises de Kerem Shalom mercredi dernier à la suite du tir de roquette.

Le week-end dernier, les violences ont considérablement diminué le long de la barrière de sécurité à Gaza par rapport aux semaines précédentes, tant en termes de nombre de personnes participant aux émeutes qu’en termes d’intensité des affrontements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...