Une femme accusée d’avoir volé 600 000 shekels à un survivant de la Shoah
Rechercher

Une femme accusée d’avoir volé 600 000 shekels à un survivant de la Shoah

L'acte d'inculpation dit que cette résidente d'Ashkelon de 47 ans a profité de sa position - elle aidait l'homme à gérer ses affaires - auprès de cet homme âgé et aveugle

Photo d’illustration d'une femme âgée avec une canne (oneinchpunch, iStock by Getty Images)
Photo d’illustration d'une femme âgée avec une canne (oneinchpunch, iStock by Getty Images)

Les procureurs ont inculpé une femme d’Ashkelon qui aurait volé des centaines de milliers de shekels à un survivant de la Shoah, un homme aveugle.

La suspecte, qui a été identifiée dimanche sous le nom d’Anat Dayan, 47 ans, avait été employée à temps partiel chez cet homme âgé pendant trois ans. Elle l’aidait notamment à gérer ses finances, à faire ses courses et à payer ses soins médicaux.

Selon l’acte d’inculpation qui a été lu à la cour des magistrats de Beer Sheva dans la journée de dimanche, Dayan a utilisé son accès au compte bancaire et aux cartes de crédit du vieil homme pour dérober la somme de 623 000 shekels en trois ans. Elle doit répondre de vol, tromperie, fraude aggravée et de faux et usage de faux.

Elle aurait dépensé au moins 200 000 shekels, sur cet argent, pour des achats pour elle-même dans des commerces de détail – vêtements, produits alimentaires et produits pour animaux. Elle aurait également retiré d’importantes sommes de son compte en liquide pour son usage personnel, ont expliqué les procureurs.

L’inculpation accuse également Dayan de fraude aux chèques, en expliquant qu’elle a tenté de couvrir son vol en imitant la signature du vieil homme sur au moins 13 chèques volés afin de retirer plus de 73 000 shekels de son compte bancaire, pour payer les dettes contractées par sa carte de crédit.

Les agissements de la femme ont été découverts au mois de novembre par le fils du survivant, qui l’a renvoyée et qui a porté plainte auprès de la justice. Les procureurs ont demandé à ce que la femme reste en détention pendant l’enquête et tout au long du procès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...