Une femme mise en examen pour avoir administré de l’insuline à son fils sain
Rechercher

Une femme mise en examen pour avoir administré de l’insuline à son fils sain

La mère de dix enfants issue du milieu ultra-orthodoxe, a été accusée au tribunal d'abus sur mineur ou personne vulnérable par un tuteur sur son fils âgé d'un an

Une femme ultra-orthodoxe comparait devant un tribunal de Jérusalem, accusée d'avoir administré des médicaments à son enfant sain, pour toucher des subventions, le 3 juillet 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une femme ultra-orthodoxe comparait devant un tribunal de Jérusalem, accusée d'avoir administré des médicaments à son enfant sain, pour toucher des subventions, le 3 juillet 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une femme a été mise en examen dimanche pour avoir injecté des doses d’insuline à son enfant d’un an, alors qu’il ne souffre pas de diabète.

La mère de dix enfants issue du milieu ultra-orthodoxe, a été accusée au tribunal de Jérusalem d’abus sur mineur ou personne vulnérable par un tuteur et de cinq chefs d’accusation pour agression sur mineur ou personne vulnérable.

L’acte d’accusation ne porte que sur la maltraitance. Le mois dernier, quand la divulgation de détails de l’histoire a été autorisée, la police a indiqué que la femme était soupçonnée de prétendre que cinq de ses enfants étaient diabétiques pour obtenir des prestations.

La police avait alors déclaré que la femme et son époux, qui avait été arrêté puis relâché, avaient perçu 800 000 shekels au total et que ces versements feraient l’objet d’une enquête. Selon le quotidien Haaretz, l’aspect financier de l’enquête était encore en cours.

Selon l’acte d’inculpation, après que l’enfant, qui souffre de plusieurs pathologies, a été hospitalisé dans un état grave, la mère a déclaré au médecin de famille que son fils souffrait d’hypoglycémie.

Le médecin a alors prescrit des examens, et le lendemain, la femme a amené son enfant au centre médical Shaare Tsedek avec un faible taux de sucre dans le sang.

Quand l’enfant a été hospitalisé, la mère lui a injecté de l’insuline, à au moins cinq reprises entre le 16 et le 27 juin, selon l’acte d’accusation, ce qui a eu pour conséquence de faire chuter le taux de sucre dans le sang.

Après cela, les médecins ont mis l’enfant sous intraveineuse, mais la mère a éteint l’appareil et fait un trou dans le tube qui le reliait à son fils pour empêcher qu’il ne fonctionne, selon l’acte d’accusation.

« Dans les actions sus-mentionnés, l’accusée à commis des actes d’abus sur un mineur dont elle a la responsabilité, a attaqué le mineur vulnérable et a causé des blessures qui ont causé des lésions graves ou qui sont susceptibles de blesser de manière permanente la victime », indique l’acte d’accusation.

Les procureurs ont demandé à ce que la mère reste en détention jusqu’à la fin du procès.

La mère a nié tout méfait, assurant qu’elle a soigné ses enfants en pensant qu’ils étaient diabétiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...