Une fille résout l’incroyable énigme de la survie de son père pendant la Shoah
Rechercher

Une fille résout l’incroyable énigme de la survie de son père pendant la Shoah

Dans "When Time Stopped", Ariana Neumann décrit l'enquête sur la double vie de son père, chimiste pour les nazis, qui lui a permis de découvrir son identité - et son héritage

  • Carte d'identité berlinoise datée d'octobre 1943 trouvée par Ariana Neumann alors qu'elle était une jeune fille. La photo est celle de son père Hans Neumann lorsqu'il était jeune, mais le nom indiqué est Jan Šebesta. (Avec l'aimable autorisation d'Ariana Neumann)
    Carte d'identité berlinoise datée d'octobre 1943 trouvée par Ariana Neumann alors qu'elle était une jeune fille. La photo est celle de son père Hans Neumann lorsqu'il était jeune, mais le nom indiqué est Jan Šebesta. (Avec l'aimable autorisation d'Ariana Neumann)
  • Ariana Neumann et son père Hans Neumann dans les années 1970. (Avec l'aimable autorisation d'Ariana Neumann)
    Ariana Neumann et son père Hans Neumann dans les années 1970. (Avec l'aimable autorisation d'Ariana Neumann)
  • Le jeune Hans Neumann (à gauche) avec son oncle Richard Neumann, et ses parents Otto et Ella Neumann. (Avec l'aimable autorisation d'Ariana Neumann)
    Le jeune Hans Neumann (à gauche) avec son oncle Richard Neumann, et ses parents Otto et Ella Neumann. (Avec l'aimable autorisation d'Ariana Neumann)
  • Mariage de Hans Neumann (troisième à partir de la droite) avec sa première femme Mila (quatrième à partir de la droite) à Prague, le 2 juin 1945. À l'extrême gauche, le frère de Hans, Lotar, et sa femme Zdenka, se trouvent à côté de Mila. (Avec l'aimable autorisation d'Ariana Neumann)
    Mariage de Hans Neumann (troisième à partir de la droite) avec sa première femme Mila (quatrième à partir de la droite) à Prague, le 2 juin 1945. À l'extrême gauche, le frère de Hans, Lotar, et sa femme Zdenka, se trouvent à côté de Mila. (Avec l'aimable autorisation d'Ariana Neumann)

Quand Ariana Neumann avait environ neuf ans, elle a découvert une boîte dans l’élégante maison où elle vivait avec ses parents à Caracas, au Venezuela. Elle a ouvert la boîte et y a trouvé une carte d’identité rose avec une photo de son père, quand il était beaucoup plus jeune. La carte, délivrée à Berlin et datée d’octobre 1943, portait également un tampon avec Adolf Hitler. Neumann ne comprenait pas, d’autant plus que le nom sur la carte – « Jan Šebesta » – lui était totalement inconnu.

Cette troublante découverte a fait comprendre qu’il y avait beaucoup de choses que Neumann ignorait sur son père, Hans. Mais quand elle a essayé de poser des questions, on lui a dit qu’il ne fallait pas.

Neumann n’a revu la boîte qu’après la mort de son père en 2001.

Hans Neumann, qui avait ordonné à sa secrétaire de détruire presque tous ses papiers après son décès, s’est assuré que sa fille reçoive la boîte et son précieux contenu. Il avait donné à sa fille tous ses documents et effets personnels des années de guerre pour lui permettre de fouiller enfin dans son passé et de découvrir non seulement qui il était, mais aussi qui elle est.

Carte d’identité berlinoise datée d’octobre 1943 trouvée par Ariana Neumann alors qu’elle était une jeune fille. La photo est celle de son père Hans Neumann lorsqu’il était jeune, mais le nom indiqué est Jan Šebesta. (Avec l’aimable autorisation d’Ariana Neumann)

Il a fallu deux décennies à Neumann pour percer le mystère révélé dans la boîte de son père. Le résultat est : « When Time Stopped : A Memoir of My Father’s War and What Remains », un livre magnifiquement écrit qui est à la fois un roman policier et une histoire de famille.

Neumann, 49 ans, emmène les lecteurs dans son voyage de recherche d’une année pour découvrir qui était son père, né à Prague, avant de devenir un industriel et un philanthrope vénézuélien respecté. En parallèle, elle nous fait remonter le temps, en recréant de façon vivante la vie de la famille Neumann avant et pendant la Shoah – notamment comment son père a remarquablement échappé aux nazis en se cachant à la vue de tous dans la capitale du Reich. C’est l’histoire d’un courage et d’une ingéniosité étonnants, mais aussi de la loyauté et de l’altruisme exceptionnels d’amis et de parents non juifs qui ont risqué leur propre vie pour sauver les Neumann juifs.

« When Time Stopped » par Ariana Neumann. (Simon & Schuster)

« Mon père et moi aimions résoudre des énigmes. Je pense qu’il a laissé [la boîte] parce qu’elle pouvait me fournir les réponses qu’il n’était pas capable de me donner… C’était un homme remarquable, mais aussi très affecté émotionnellement », a déclaré Neumann au Times of Israel lors d’une récente conversation téléphonique depuis son domicile à Londres, où elle vit avec son mari, avocat spécialisé dans les affaires criminelles, et ses trois enfants adolescents.

Hans Neumann a tellement vécu dans l’ici et le maintenant qu’il a très rarement parlé du passé, et n’a jamais discuté de religion ou mentionné qu’il était juif. Lui et sa deuxième femme, Maria Cristina, beaucoup plus jeune, ont élevé leur seule fille, théoriquement catholique. Ce n’est que lorsque l’auteur est arrivée à l’université de Tufts en tant qu’étudiante de premier cycle que quelqu’un lui a suggéré qu’elle était probablement d’origine juive à cause de son nom de famille. « J’ai été très choquée par cette révélation », a déclaré Mme Neumann.

Neumann a hérité de la boîte de son père à un moment inopportun pour tenter de donner un sens à son contenu. Jeune mère, elle s’est concentrée pendant la décennie suivante sur l’éducation de ses enfants et le travail à temps partiel dans le journalisme et l’édition.

« Je gardais la boîte dans ma maison à Londres et je la consultais de temps en temps, et si quelqu’un qui connaissait l’allemand ou le tchèque venait, je lui posais des questions en la passant au peigne fin », explique-t-elle.

Ariana Neumann et son père Hans Neumann dans les années 1970. (Avec l’aimable autorisation d’Ariana Neumann)

Il y a dix ans, elle a décidé qu’elle ne pouvait plus attendre, et pour se préparer à essayer de comprendre son père et ses motivations, elle a passé une maîtrise en psychologie de la religion à l’Université de Londres.

« Je pensais (sans avoir encore fait aucune recherche sur l’histoire de mon père), que si ça avait été moi, j’aurais voulu embrasser le judaïsme de toute mon âme comme une vengeance, pour vraiment marquer un point. Je n’avais pas compris pourquoi mon père n’avait pas fait cela. J’étais très curieuse de savoir quels processus sont impliqués dans la raison pour laquelle certaines personnes sont religieuses et d’autres non, et comment la religion nous aide à faire face aux traumatismes », a déclaré Mme Neumann.

« Ce n’est que lorsque j’ai vraiment commencé à faire des recherches que je me suis rendue compte que cette approche pour essayer de comprendre mon père était incroyablement naïve… Mon père a non seulement traversé une guerre, mais il a aussi passé deux ans à se faire passer pour quelqu’un d’autre. Il a aussi grandi dans une culture d’antisémitisme extrême, et sa famille était assimilée et n’aimait pas les étiquettes », a-t-elle déclaré.

Le jeune Hans Neumann (à gauche) avec son oncle Richard Neumann, et ses parents Otto et Ella Neumann. (Avec l’aimable autorisation d’Ariana Neumann)

La boîte de Hans Neumann a été suivie de trois autres trouvailles de matériel historique inestimable qu’elle a rassemblées à partir de diverses sources. En 2010, la veuve de Lotar, le frère aîné de Hans, a donné à Neumann une boîte de lettres que les frères avaient reçues de leurs parents Otto et Ella, incarcérés à Theresienstadt, ainsi que des documents relatifs à l’usine de peinture de la famille à Prague. (Lotar a survécu dans la clandestinité à Prague grâce à son mariage avec sa première femme non juive Zdenka, ainsi qu’à sa richesse et à ses relations considérables).

Puis, en 2016, un cousin perdu de vue en Californie a fourni une collection de lettres et de cartes postales qu’Otto, Ella et d’autres parents avaient envoyées au frère d’Otto, Victor Neumann, qui avait immigré aux États-Unis avant la guerre.

Et enfin, en 2017, Neumann a retrouvé le propriétaire actuel de la maison de campagne de Libčice, dans la banlieue de Prague, qui avait appartenu à Otto et Ella Neumann. Petit-fils des personnes à qui Hans Neumann a vendu la propriété en 1947, il a fourni à l’auteur des documents personnels appartenant à la famille Neumann qui avaient été enfermés dans un coffre-fort pendant des décennies. Parmi ces documents figuraient les requêtes infructueuses d’Otto et d’Ella auprès du gouvernement américain pour obtenir le statut de réfugié.

Mariage de Hans Neumann (troisième à partir de la droite) avec sa première femme Mila (quatrième à partir de la droite) à Prague, le 2 juin 1945. À l’extrême gauche, le frère de Hans, Lotar, et sa femme Zdenka, se trouvent à côté de Mila. (Avec l’aimable autorisation d’Ariana Neumann)

En donnant un sens à tous ces documents, en construisant un arbre généalogique, en interviewant des parents nouvellement découverts, en visitant Prague et Berlin, et en consultant des archives en Europe, en Israël et aux États-Unis, Neumann a pu progressivement brosser un tableau détaillé de l’identité de ses grands-parents et des autres membres de sa famille élargie, et de ce qui leur est arrivé. Au total, 25 des proches de Hans Neumann, dont ses parents, ont été assassinés pendant la Shoah.

Quand tout est devenu vraiment pénible, j’ai essayé de me concentrer sur la lumière et l’amour dans les lettres

En particulier, les lettres de Theresienstadt (dont les experts ont informé Neumann qu’elles sont exceptionnelles par leur nombre et par la manière dont elles décrivent les aspects financiers et économiques de la vie dans le camp de concentration du ghetto) ont permis à l’auteur de faire connaissance avec les grands-parents qu’elle n’a jamais rencontrés.

« Quand tout est devenu vraiment pénible, j’ai essayé de me concentrer sur la lumière et l’amour dans les lettres. Ils sont morts d’une mort horrible. Les gens ont essayé de les déshumaniser, mais ils n’ont pas laissé cela se produire. Dans ses lettres, ma grand-mère se concentrait sur les petites joies, les fleurs, se rappelant les arbres de Libčice, et demandant du rouge à lèvres. Ce sont les petits rituels qui nous gardent humains et nous maintiennent en vie », a déclaré Neumann.

Le certificat de déportation de Hans Neumann. Il s’est enfui et ne s’est pas présenté à la gare de Bubny à Prague comme on le lui avait ordonné. (Avec l’aimable autorisation d’Ariana Neumann)

En plus des nombreux papiers et photographies recueillis par l’auteur, elle a également trouvé plusieurs objets. Parmi eux, une bague qu’Otto Neumann a fabriquée pour sa belle-fille bien-aimée Zdenka, qui a fait preuve d’ingéniosité pour obtenir de la nourriture et d’autres articles demandés par lui et Ella dans leurs lettres du ghetto. Otto avait surtout besoin de teinture noire ou de cirage à chaussures pour assombrir ses cheveux blancs. Zdenka s’est même introduite clandestinement à Theresienstadt à deux reprises pour établir des contacts personnels avec ses beaux-parents.

Aujourd’hui, Neumann porte fièrement l’anneau, fabriqué grossièrement à partir d’un morceau de tuyau de cuivre et décoré des initiales de Zdenka. C’est son bien le plus précieux.

Ariana Neumann. (Bryan Adams)

La partie la plus fascinante de « When Time Stopped » est la fuite de Hans Neumann de Prague vers Berlin, où il a réussi à vivre pendant deux ans sous l’identité supposée d’un chrétien tchèque nommé Jan Šebesta. (Le fait qu’il n’était pas circoncis – ce qui est inhabituel pour un Juif – a contribué à rendre cette supercherie possible).

À Berlin, il a travaillé comme chimiste dans une usine cruciale pour l’effort de guerre allemand et dirigée par des membres avérés du parti nazi. Forcé par l’entreprise à être pompier volontaire, il a vécu de près les horreurs du bombardement de Berlin, en échappant de justesse à la mort.

Ce voyage difficile dans le passé a changé Neumann.

« Cela m’a rendu beaucoup plus consciente de l’antisémitisme et de la façon dont il imprègne tous les aspects de notre société, et cela m’horripile… Je pense que nous sommes des animaux racistes et si on ne fait pas attention… Je pense que c’est insidieux et qu’il faut être très prudent », a-t-elle déclaré.

Il y a aussi beaucoup de choses qui sont positives. Elle a découvert une famille qu’elle ne connaissait pas, et elle a également acquis une connaissance incroyable de ses grands-parents. « Je vois des parcelles de mes grands-parents en moi et en mes enfants. C’est agréable de retrouver ces fils qui nous lient au passé et nous font avancer », a déclaré Mme Neumann.

« Je ressens une incroyable fierté de savoir qu’au moins la moitié de moi vient de cette lignée de personnes très fortes et érudites qui ont tant souffert et qui sont toujours là. Je suis très fière d’avoir ces ancêtres. Je ne suis pas vraiment religieuse, mais si je devais l’être, je voudrais sans hésiter être juive », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...