Une firme chinoise de valve cardiaque achète une entreprise israélienne médicale
Rechercher

Une firme chinoise de valve cardiaque achète une entreprise israélienne médicale

La startup de Césarée développe et fabrique des dispositifs qui réduisent le risque d'atteintes neurologiques après des interventions cardiovasculaires

Une illustration de la manière dont fonctionne le dispositif  TriGUARD 3 développé en Israël par l'entreprise de Caesarea Keystone Heart Ltd. (Capture d'écran : YouTube)
Une illustration de la manière dont fonctionne le dispositif TriGUARD 3 développé en Israël par l'entreprise de Caesarea Keystone Heart Ltd. (Capture d'écran : YouTube)

Un développeur de valves cardiaques, Venus Medtech (Hangzhou) Inc., a indiqué mercredi avoir signé un accord pour acheter Keystone Heart Ltd, une entreprise israélienne basée à Césarée et spécialisée dans la fabrication de dispositifs médicaux. Aucun détail financier n’a été dévoilé.

Keystone développe et fabrique des dispositifs médicaux permettant de réduire les atteintes neurologiques consécutives aux interventions chirurgicales cardiovasculaires, comme l’implantation de valves aortiques par voie transcathéter (TAVI), le remplacement chirurgical de valve ou l’ablation de la fibrillation atriale.

Au cours de ce type d’interventions risquées, des débris de la valve aortique, en remontant l’aorte et d’autres sources, peuvent entraîner une embolie et causer un infarctus cérébral. Des lésions neurologiques résultant de ces interventions peuvent entraîner des conséquences potentiellement dévastatrices, des accidents vasculaires cérébraux, une démence et un déclin cognitif.

Le dispositif mis au point par Keystone aide à protéger le cerveau de ces embolies.

L’acquisition offrira à Venus Medtech les droits à l’international du TriGUARD 3 de Keystone, son tout premier dispositif de protection face aux embolies cérébrales, qui vise à offrir une couverture complète à toutes les zones du cerveau des malades subissant des procédures cardiaques.

Le dispositif est introduit via un cathéter et il est conçu pour s’adapter à l’arche aortique. Un maillage en polymère – une structure ressemblant à un filet – sert à protéger des débris les trois artères majeures qui fournissent du sang au cerveau. Il est ôté après l’intervention.

« Il est de la plus haute importance pour nous pour que nos dispositifs puissent améliorer la qualité de vie des patients qui en bénéficient », a déclaré Eric Zi, co-fondateur et directeur-général de Venus Medtech dans un communiqué émis conjointement par les entreprises, mardi.

« Nos systèmes de valves cardiaque transcathéter offrent aux patients un soutien vital – et acquérir Keystone Heart nous donne l’opportunité de ne pas seulement réduire les risques de séquelles neurologiques pendant les interventions cardiaques, mais nous permet également d’établir notre présence aux Etats-Unis et dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), une présence grâce à laquelle nous pourrons présenter notre portefeuille entier de produits ».

Keystone est actuellement en train d’enrôler des malades pour un essai clinique d’évaluation du TriGUARD 3 aux Etats-Unis, un recrutement qui devrait s’achever au début du premier trimestre de 2019. L’examen du produit par la FDA (Food and Drug Administration) devrait être réalisé dans les six premiers mois de 2019. L’approbation régulatoire européenne – la marque CE – est pour sa part attendue à la fin de l’année, a ajouté le communiqué.

« Offrir une protection du cerveau à tous les malades subissant un TAVI fera la différence pour Venus Medtech, positionnant l’entreprise comme leader des thérapies cardiaques structurelles », a commenté Chris Richardson, président et directeur-général de Keystone Heart.

« Ce partenariat nous offre l’opportunité unique d’améliorer l’existence des patients qui subissent des interventions cardiaques structurelles grâce à une protection contre les embolies cérébrales, ainsi que la capacité d’amener aux Etats-Unis et dans la zone EMEA des thérapies de pointe ».

La fusion devrait s’achever au troisième trimestre 2018, ont fait savoir les entreprises.

Fondée en 2004, la start-up a levé jusqu’à présent environ 14 millions de dollars, selon des données collectées par Start-Up Nation Central.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...