Une firme de biotechnologie israélienne s’attaque aux bactéries mangeuses de chair
Rechercher

Une firme de biotechnologie israélienne s’attaque aux bactéries mangeuses de chair

Si les essais se déroulent correctement, le médicament d'Atox Bio pourrait être disponible d'ici 2020 ; la société a levé 30 M $ afin d’étendre la portée du traitement à l’insuffisance rénale aiguë

Illustration d'un technicien médical travaillant sur une culture bactérienne (Crédit : 10174593_258, iStock by Getty Images)
Illustration d'un technicien médical travaillant sur une culture bactérienne (Crédit : 10174593_258, iStock by Getty Images)

Le médicament, appelé Reltecimod, est en cours d’essai clinique et en est actuellement à la phase 3. Il permettra de lutter contre l’infection bactérienne qui entraîne la mort des tissus mous du corps – y compris la peau, la graisse, les tendons et les ligaments. L’infection est rare chez les personnes en bonne santé mais elle progresse très rapidement lorsqu’elle se développe.

Généralement, les bactéries peuvent pénétrer dans le corps par une simple incision, une éraflure ou une plaie chirurgicale. Les premiers symptômes de la maladie peuvent être une peau rouge et enflée, de la fièvre, des frissons, des nausées, des vomissements et de la diarrhée. Ceux-ci conduisent à une douleur puis des cloques, des bosses ou à d’autres lésions cutanées qui apparaissent autour de la zone infectée.

« Chez les bactéries mangeuses de chair, le principal danger vient du système immunitaire qui peut réagir excessivement et provoquer une destruction tissulaire importante et parfois aussi une maladie systémique, celle-ci entraînant des dysfonctionnements multiples, des défaillances et même la mort », a déclaré Dan Teleman, PDG d’Atox, dans un échange de courriels.

Le médicament développé par la société bassée à Ness Ziona, en Israël, et à Chapel Hill, en Caroline du Nord, est un peptide – une petite protéine – qui se lie à une protéine exprimée par les cellules T – un type de cellules sanguines qui jouent un rôle central dans le système immunitaire – et permet de restaurer la réponse immunitaire appropriée du patient face aux infections sévères.

En modifiant, « mais sans entraver la réponse inflammatoire aiguë du corps, Reltecimod est conçu pour aider à contrôler les cytokines qui pourraient autrement conduire à la mortalité », explique Teleman. Les cytokines sont les petites protéines libérées par le système immunitaire qui signalent une infection.

Reltecimod a reçu le statut de médicament orphelin par la Food & Drug Administration (FDA) aux Etats-Unis et par l’Agence européenne des médicaments. Le produit a aussi reçu la désignation Fast Track, qui vise à accélérer le développement du médicament.

Actuellement, explique Teleman, « il n’y a pas de thérapies disponibles pour cette maladie grave et potentiellement mortelle ». Pour combattre l’infection, les antibiotiques et la chirurgie sont souvent utilisés, cette dernière « afin d’enlever le tissu détruit, qui peut parfois conduire à une amputation. Le problème avec les antibiotiques, c’est que cela prend du temps avant qu’ils commencent à faire effet et, pendant ce temps, les bactéries mangeuses de chair continuent à se répandre dans le corps. »

Le produit d’Atox Bio cible non pas les bactéries, mais la réponse immunitaire du patient, qui est la principale raison d’une aggravation de la maladie, explique-t-il.

L’essai en cours, actuellement en phase 3, a pour but d’évaluer l’efficacité et l’innocuité de Reltecimod par rapport à un placebo chez les patients atteints d’infections nécrosantes des tissus mous – le terme médical pour les bactéries mangeuses de chair. L’étude est menée sur 60 sites de traumatologie à travers les Etats-Unis et fera appel à 290 patients au total. Les résultats de l’étude de la phase 3 sont attendus pour 2019, a indiqué l’entreprise.

La phase 2 d’étude du médicament a été menée sur sept sites de traumatologie aux Etats-Unis. Lors de celle-ci, une dose unique de Reltecimod ou de placebo a été administrée chez les patients dans les six heures suivant un diagnostic clinique. Le test a montré un effet « statistiquement significatif dans le soin d’une insuffisance organique », affirme Teleman.

Si la phase 3 se déroule bien, le médicament pourrait être disponible dès la fin 2020.

Plus tôt ce mois-ci, Atox a annoncé avoir levé 30 millions de dollars, avec des investisseurs comme Arix Bioscience plc, Adams Street Partners, Asahi Kasei Corporation – et d’autres dont le nom n’a pas été divulgué.

L’investissement servira à développer davantage Reltecimod afin qu’il s’attaque aux lésions rénales aiguës – une condition qui, à ce jour, est incurable et laisse les patients gravement malades et touchés par des infections graves voire même une réduction permanente de la fonction rénale. La maladie, pour laquelle les seules options de traitement sont la dialyse et les soins de soutien, compte un fort risque de décès, d’hospitalisation prolongée et de coûts médicaux élevés. Elle affecte annuellement environ 3 millions de patients aux Etats-Unis, en Europe et au Japon, a estimé la société.

« L’entreprise prévoit d’initier une étude clinique de phase 2 concernant cette seconde fonction du médicament en 2018, et les résultats de la phase 2 seront attendus pour 2019 », a déclaré Teleman.

Atox a été fondée en 2003, sur la base des recherches du professeur Raymond Kaempfer et du docteur Gila Arad de l’Université hébraïque de Jérusalem. A ce jour, le cabinet a réuni 60 millions de dollars de financement privé.

Les investisseurs existants sont SR One, OrbiMed, Lundbeckfonden Ventures, Becker et Integra Holdings.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...