Rechercher

Une fresque peinte à Umm al-Fahm honore des terroristes originaires de la ville

Le père d'un policier assassiné par un habitant de la ville en 2017 demande que la fresque soit effacée; des députées arabes ont été chahutées pour leur appartenance à la coalition

Vue d'Oum al-Fahm, le 22 juin 2017. (Amanda Borschel-Dan/Times of Israel)
Vue d'Oum al-Fahm, le 22 juin 2017. (Amanda Borschel-Dan/Times of Israel)

Une fresque murale récemment peinte dans la ville d’Umm al-Fahm rend hommage aux résidents de la ville qui ont mené une attaque terroriste dans la Vieille Ville de Jérusalem en 2017, tuant deux policiers.

Le 14 juillet 2017, les trois hommes arabes israéliens – Mohammed Ahmed Mafdal Jabrin, Mohammed Hamed Abed Eltif Jabrin et Mohammed Ahmed Mohammed Jabrin – ont ouvert le feu sur les policiers Haiel Sitawe, 30 ans, et Kamil Shnaan, 22 ans, à l’une des entrées du mont du Temple, tuant les deux hommes. D’autres policiers présents sur les lieux ont riposté, tuant les trois attaquants.

La fresque représente les auteurs de l’attaque, ainsi que deux autres hommes, dont l’un a été identifié comme Ahmed Muhammad Mahameed, qui a tenté de poignarder un policier à Jérusalem en 2018 et a été abattu.

Sous les visages des hommes, l’artiste a écrit : « Le sourire de demain sera plus large », citant ce que deux des attaquants ont posté sur Facebook quelques heures avant la tuerie.

Le père de Kamil Shnaan, l’ancien député travailliste Shachiv Shnaan, a déclaré à Kan News qu’il avait été scandalisé d’apprendre l’existence de cette peinture murale honorant les meurtriers de son fils et qu’il avait demandé au Premier ministre Naftali Bennett de veiller à ce qu’elle soit retirée.

« Il est inconcevable que nous perdions la souveraineté du pays », a-t-il déclaré. « J’exige que ce mur soit supprimé ».

Kan a indiqué que la police enquêtait sur cette affaire.

Le maire d’Umm al-Fahm, Samir Mahamid, a déclaré à la chaîne que la peinture murale avait été peinte sur une maison privée, mais « nous vérifions avec notre conseiller juridique comment nous pouvons agir. »

Jeudi, Bennett avait reporté un déplacement prévu dans la ville pour promouvoir la vaccination, prévu pour vendredi matin. Le parti Raam de la coalition a affirmé que cette décision était due à l’anniversaire des émeutes d’octobre 2000 au cours desquelles 13 manifestants arabes israéliens ont été tués dans des affrontements avec la police au début de la deuxième Intifada.

Bennett a nié que c’était le cas, affirmant que la visite avait été annulée en raison des manifestations prévues et des considérations de sécurité, et le leader de Raam, Mansour Abbas, a lui-même publié par la suite une déclaration en hébreu réfutant la revendication de son parti.

Deux députées arabes de la coalition ont été chahutées samedi alors qu’elles assistaient à une cérémonie en mémoire des personnes tuées lors des événements d’octobre 2000.

Des activistes présents au mémorial de Nazareth ont crié à Iman Khatib-Yasin (Raam) et Ghaida Rinawie Zoabi (Meretz) qu’elles devraient avoir « honte » de faire partie du gouvernement, tandis que certains les ont accusées d’être des « sionistes », a rapporté la Douzième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...