Eizenkot : si la crise humanitaire à Gaza empire, une guerre est possible
Rechercher

Eizenkot : si la crise humanitaire à Gaza empire, une guerre est possible

Le chef d'état-major préconise une augmentation des aides à l'enclave palestinienne sous blocus pour prévenir les conflits

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le chef d'Etat-major de l'armée israélienne Gadi Eizenkot lors d'une cérémonie de remise des diplômes au collège national de sécurité, le 13 juillet 2016 (Crédit : FLASH90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le chef d'Etat-major de l'armée israélienne Gadi Eizenkot lors d'une cérémonie de remise des diplômes au collège national de sécurité, le 13 juillet 2016 (Crédit : FLASH90)

Le chef d’état-major Gadi Eizenkot a averti les ministres durant une réunion du cabinet dimanche qu’Israël pourrait bientôt affronter une autre guerre avec le groupe terroriste du Hamas, basé à Gaza, au regard de la dégradation de la situation humanitaire et économique au sein de l’enclave côtière, selon des informations retransmises par la télévision israélienne.

Dans son exposé, Eizenkot a pointé du doigt le manque d’électricité, d’eau potable et de denrées alimentaires dans la bande de Gaza, selon la Dixième chaîne.

Le chef d’état-major s’est montré en faveur d’un renforcement des aides à l’enclave, selon la chaîne Hadashot.

Mais Eizenkot a conditionné la pleine réhabilitation de la bande au rapatriement des dépouilles des soldats israéliens Oron Shaul et Hadar Goldin, tués lors de la guerre de 2014 avec le Hamas et dont les corps sont retenus par le groupe terroriste, a fait savoir le reportage diffusé sur la chaîne Hadashot.

Si la crise humanitaire venait à empirer, a ajouté Eizenkot, Israël pourrait se retrouver attiré dans un nouveau conflit contre le Hamas, a fait savoir Hadashot.

Les responsables israéliens de la sécurité envisagent d’envoyer des produits alimentaires et des médicaments dans la bande de Gaza pour la toute première fois, tentant d’empêcher le fait que la situation dramatique ne tourne à la violence, a fait savoir samedi Hadashot.

Gadi Eizenkot, à gauche, chef d’état-major, et le directeur du Commandement de la région Sud, le général Eyal Zamir, au centre, inspectent le « tunnel terroriste » creusé par le Hamas depuis la bande de Gaza jusque dans le sud d’Israël, le 18 avril 2016. (Crédit : unité des portes-paroles de l’armée israélienne/Flash90)

Lors d’une évaluation sécuritaire remise récemment au Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’establishment de la défense a répété sa certitude que le groupe terroriste du Hamas qui gouverne actuellement Gaza n’est pas tenté par un autre conflit avec Israël. Un effondrement économique rendrait toutefois inévitable un tel scénario.

Le Hamas, qui a pris le contrôle de Gaza des mains de l’Autorité palestinienne en 2007, subit une pression croissante alors que l’enclave côtière se trouve en marge d’un effondrement économique et d’infrastructures qui a été décrit la semaine dernière par l’envoyé pour la paix au Moyen Orient des Nations unies Nickolay Mladenov comme allant « bien au-delà » de la crise humanitaire.

Au début du mois, la Maison Blanche a gelé environ 100 millions de dollars de contribution à l’UNRWA, l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, après que l’Autorité palestinienne a annoncé qu’elle n’accepterait plus que les Etats-Unis jouent le rôle d’intermédiaire dans les négociations de paix avec Israël. Les Palestiniens n’ont toujours pas décoléré depuis la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale israélienne, le 6 décembre.

Le groupe terroriste du Hamas et d’autres groupes gazaouis ont averti les résidents de l’enclave palestinienne de se préparer à une incursion israélienne qui, selon eux, devrait survenir au cours des prochains jours, a indiqué dimanche un journal arabophone.

Citant des « sources palestiniennes fiables », le reportage paru dans le journal Al-Hayat, basé à Londres, a indiqué que les dirigeants palestiniens, notamment le chef du Hamas à Gaza Yahya Sinwar, ont prédit qu’Israël utilisera les prochaines manœuvres militaires conjointes avec l’armée américaine dans le sud d’Israël comme couverture à un passage à l’offensive.

Sinwar et d’autres responsables palestiniens à Gaza ont estimé la probabilité d’une agression à 95 %, a ajouté Al-Hayat.

Les responsables israéliens ont pour leur part réfuté ces informations, disant que le Hamas tente d’attirer l’attention internationale sur l’enclave.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...