Une juge relance l’enquête bloquée sur la mort d’Alberto Nisman
Rechercher

Une juge relance l’enquête bloquée sur la mort d’Alberto Nisman

La décision a été prise après que la famille du procureur en charge de l'explosion du centre AMIA ait demandé que sa mort soit considérée comme un assassinat

Une femme tenant un panneau sur lequel on peut lire 'Justice, justice, justice pour la mort du procureur Nisman' lors d'une manifestation à Buenos Aires, le 19 janvier 2015 (Crédit : Juan Vargas / AFP)
Une femme tenant un panneau sur lequel on peut lire 'Justice, justice, justice pour la mort du procureur Nisman' lors d'une manifestation à Buenos Aires, le 19 janvier 2015 (Crédit : Juan Vargas / AFP)

BUENOS AIRES – Un juge argentin a repris l’enquête sur la mort non résolue d’Alberto Nisman le procureur spécial sur l’explosion du centre juif AMIA.
 
La juge Fabiana Palmaghini a retiré jeudi le cas des mains de la procureure Viviana Fein, qui avait mis l’enquête en attente après que la mère de Nisman et l’ex-épouse aient demandé que l’affaire soit envoyée à un tribunal fédéral afin d’être instruite comme un assassinat.

Palmaghini résoudra le différend entre les proches de Nisman, qui estiment que Nisman a été assassiné, et la procureure, qui enquêtait également sur la possibilité que sa mort était un suicide.

La juge a suspendu les audiences du tribunal pour tout le mois de aanvier et a exigé plus de 40 nouvelles étapes dans l’enquête, dont l’interrogatoire de l’ancien responsable des services de renseignements Antonio « Jaime » Stiusso, qui avait travaillé en étroite collaboration avec Nisman et qui serait aux États-Unis, et du journaliste israélo-argentin Damian Pachter, qui est le premier a avoir rapporté la mort de Nisman et a fui en Israël suite à des menaces.

La juge a également demandé un examen de tous les ordinateurs utilisés par Nisman et de nouvelles analyses de l’appartement du procureur, dans lequel il a été retrouvé mort.

Bien que Palmaghini mènera l’enquête, Fein restera procureure et pourra demander à la juge de prendre d’autres mesures.

Nisman a été retrouvé mort dans son appartement le 18 janvier avec une blessure par balle à la tête. Fein n’a pas encore publié de décision finale sur la cause du décès.

« Je ne peux pas déterminer pour le moment s’il s’agit d’un suicide ou d’un homicide, » a-t-elle dit plus tôt cette année, quand elle a convoqué les auteurs du rapport médico-légal indépendant chargé d’examiner les preuves.

En juillet, un médecin légiste américain avait déclaré que Nisman avait été probablement été assassiné.

Le corps de Nisman a été trouvé quelques heures avant qu’il était censé présenter des preuves aux parlementaires argentins que la présidente Cristina Fernandez de Kirchner a couvert le rôle de l’Iran dans l’attentat de 1994 contre le centre juif AMIA à Buenos Aires, dans lequel ont péri 85 personnes et des centaines d’autres ont été blessées.

Certains analystes estiment que le changement d’attitude est lié au changement de pouvoir en Argentine.

Mauricio Macri, qui est président d’Argentine depuis le début du mois, a annulé dans sa première semaine dans sa fonction l’accord avec l’Iran d’enquêter conjointement sur l’attentat. Macri a dit pendant la campagne électorale que les enquêtes sur la mort de Nisman et l’explosion criminelle du centre juif AMIA doivent être poursuivies pour établir la vérité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...