Rechercher

Une militante néo-nazie espagnole reçoit une bourse pour se former en Allemagne

Le Centre Simon Wiesenthal affirme craindre que ce programme nazi de "bourses d'études" ne se développe

Isabel Peralta, jeune militante néo-nazie espagnole, a exprimé son soutien au Hamas. (Crédit : VisáVis via Centre Simon Wiesenthal)
Isabel Peralta, jeune militante néo-nazie espagnole, a exprimé son soutien au Hamas. (Crédit : VisáVis via Centre Simon Wiesenthal)

Dans un communiqué envoyé fin octobre, le Centre Simon Wiesenthal a mis en garde contre une militante espagnole d’extrême droite âgée de 18 ans nommée Isabel Peralta.

Celle-ci a récemment reçu une bourse d’étude de 10 mois pour pouvoir aller se former à Dusseldörf, en Allemagne, aux « techniques de propagande et de combat ».

Peralta y a été accueillie par le groupe néo-nazi allemand « Der III Weg » (Troisième voie). Depuis son arrivée, le groupe a organisé des « patrouilles citoyennes » afin d’intimider les réfugiés politiques. « Bien équipés, nos militants parcourent les régions frontalières pour retrouver des clandestins. Cette fois, nous ne resterons pas assis les bras croisés, alors que des millions d’étrangers arrivent dans notre pays », a écrit le groupe.

La jeune militante a auparavant étudié à l’Université Complutense de Madrid, où elle a été politiquement active au sein du groupuscule néo-nazi espagnol « Bastion Frontal ». Elle est la fille d’un militant du Partido Popular (centre droit), qui aurait rejeté ses activités.

Le 13 février dernier, Peralta avait participé à un hommage à la Division Bleue de Franco, brigade fasciste espagnole mise à la disposition d’Hitler pour aller combattre sur le front de l’est. Lors de son discours, la jeune femme était montée sur le podium et avait défendu son « obligation absolue à se battre pour l’Espagne, se battre pour l’Europe, désormais affaiblie et bradée à l’ennemi ».

« Seul le déguisement différera, l’ennemi sera toujours le même, le Juif… Les Juifs sont à combattre, et la Division Bleue s’est battue pour cela », avait-elle déclaré.

Le Dr. Shimon Samuels, directeur des relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, a condamné ces propos.

« Elle s’est fait un nom lors de la marche de février avec ses commentaires antisémites. Pour ces déclarations, la police de Madrid était sur le point de l’accuser de discours de haine », a noté Samuels.

Le Centre Wiesenthal estime que, « désormais en Allemagne, elle devra faire face à un problème avec sa ‘bourse’ : les donateurs détestent particulièrement les réfugiés musulmans, or Isabel est une grande partisane du Hamas et a brandi des banderoles appelant à une ‘3e Intifada’. Le plus intéressant est cette connexion avec le Hamas. Considéré comme un allié de l’extrême gauche, il se révèle [que le groupe terroriste de Gaza] peut également être soutenu dans le camp nazi ».

« Attention à Isabelle ! Le danger est que ce programme nazi de ‘bourses d’études’ se développe », a conclu Samuels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...