Rechercher

Une nouvelle étude israélienne révèle que les vaccins COVID ne nuisent pas aux FIV

Réfutant les "affirmations non fondées dans les médias populaires", une quatrième recherche montre que 25 % des FIV aboutissent à une grossesse

Image d'illustration : une femme enceinte pendant la pandémie (Crédit : iStock via Getty Images)
Image d'illustration : une femme enceinte pendant la pandémie (Crédit : iStock via Getty Images)

Les vaccins contre le coronavirus ne nuisent pas aux taux de réussite de la fécondation in vitro, donnant une nouvelle garantie aux couples sujets à l’infertilité que la vaccination ne leur fera pas de mal, ont déclaré jeudi les auteurs d’une nouvelle étude israélienne au Times of Israel.

Les chances de grossesse par FIV ne sont pas non plus affectées par le fait que les personnes attrapent le COVID-19, a révélé la recherche, dans une conclusion qui réconfortera beaucoup après les infections à Omicron vertigineuses de ces dernières semaines.

Les médecins ont constaté qu’il n’y avait pas de différence dans les taux de grossesse par FIV qui avaient reçu des vaccins Pfizer contre le coronavirus ou non, ni entre les femmes qui ont été – ou non – infectées par le COVID.

Ils ont contrôlé 428 femmes âgées de 38 ans ou moins, certaines d’entre elles vaccinées avec des injections Pfizer et d’autres non, entre janvier 2021 et août 2021. Au total, les femmes ont subi 672 transferts d’embryons. Que les femmes aient été vaccinées ou non et qu’elles n’aient pas été affectées par l’infection au COVID, environ un quart des cas ont abouti à des grossesses.

Il n’y avait « aucune différence dans les résultats cliniques, ne reflétant aucun effet néfaste sur une infection ou une vaccination antérieure », a écrit une équipe dirigée par le professeur Raoul Orvieto, directeur de l’institut d’infertilité et de FIV au Sheba Medical Center, dans une recherche évaluée par des pairs, publiée récemment dans la revue Fertility and Sterility.

Diverses études ont réfuté les rumeurs selon lesquelles les vaccins nuisent à la fertilité, y compris une grande analyse du sperme israélien, mais les affirmations persistent.

L’équipe d’Orvieto pense qu’en prouvant que les femmes confrontées à des problèmes de fertilité ne sont pas affectées négativement par les vaccins, cela rassurera non seulement les personnes qui subissent une FIV, mais également celles qui ont des préoccupations générales concernant la fertilité qui ne suivent pas de traitement et qui ont été exposés à des allégations selon lesquelles les vaccins provoquaient l’infertilité.

Un agent de santé administre une dose du vaccin Pfizer-BioNtech COVID-19 à une femme enceinte dans une clinique Clalit Health Services, à Tel Aviv, le 23 janvier 2021. (Crédit : AFP)

Orvieto a déclaré au Times of Israel : « Cette étude est la quatrième que nous menons sur l’impact du vaccin COVID sur la fertilité et elles montrent toutes la même chose : il n’y a pas de différence perceptible dans les taux de fertilité entre ceux qui ont reçu un vaccin et ceux qui n’en ont pas reçu. »

« Cela semble être un fait généralisé, tant pour les taux de fertilité masculine que féminine et pour les grossesses naturelles et les traitements de FIV. Jusqu’à présent, nous n’avons rien vu qui suggère un quelconque impact négatif sur la fertilité. De nombreuses femmes et mères inquiètes nous ont approchés à ce sujet, et nous effectuons des recherches. »

Son équipe a écrit dans l’étude : « Des affirmations non fondées dans les médias liaient une corrélation possible entre le vaccin contre le SRAS-CoV-2 et l’infertilité potentielle. Ces fausses déclarations des militants anti-vaccins visent à susciter la peur et à dissuader l’opinion publique de se faire vacciner, compromettant ainsi le plan de vaccination et la fin de la pandémie. »

« Nos résultats réfutent de telles affirmations et renforcent l’idée que le vaccin contre le SRAS-CoV-2 est sûr et devrait être recommandé aux couples en quête de fertilité. De futures études plus importantes avec un suivi plus long seront nécessaires pour valider nos observations. »

Orvieto a commenté : « De nombreuses femmes et mères inquiètes nous ont contactés à ce sujet. Cette étude révolutionnaire montre que le vaccin n’affecte pas les chances d’une femme de tomber enceinte en utilisant des traitements de fertilité. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...