Une tribune rédigée par des Français musulmans omet les victimes juives des attentats
Rechercher

Une tribune rédigée par des Français musulmans omet les victimes juives des attentats

"Que 'l'oubli' ait été conscient ou non, l'absence de mention des drames de Toulouse et de l'Hyper casher est grave et douloureuse", déclare Haïm Korsia

Un policier montant la garde le 21 janvier 2015 devant le magasin HyperCacher à Paris où quatre Juifs ont été  assassinés par Amédy Coulibaly, le 9 janvier 2015. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)
Un policier montant la garde le 21 janvier 2015 devant le magasin HyperCacher à Paris où quatre Juifs ont été assassinés par Amédy Coulibaly, le 9 janvier 2015. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)

Hier, le Journal du Dimanche a publié une tribune intitulée « Nous, Français et musulmans, sommes prêts à assumer nos responsabilités » signée par 42 personnalités musulmanes.

Cette tribune aborde l’organisation de l’islam de France, la responsabilité que doivent prendre les musulmans sur la scène publique face au terrorisme islamique et la réactivation de la Fondation pour l’islam de France, entre autres sujets.

Cette initiative a cependant fait l’objet d’une polémique en omettant de citer les actes terroristes perpétrés contre la communauté juive française, notamment les attentats de l‘Hyper cacher à Vincennes où Yoav Hattab, Yohan Cohen, Francois-Michel Saada, Philippe Braham ont perdu la vie et les attentats de Toulouse où Mohammed Merah a tué le rabbin Jonathan Sandler et deux de ses enfants, Gabriel, 3 ans, et Aryeh, 6 ans ainsi qu’une autre petite fille de 8 ans, Myriam Monsonégo en mars 2012 à l’école Ozar HaTorah de Toulouse.

Pourtant, dans son introduction, la tribune mentionne l’ensemble des attaques terroristes dont a été victime la France depuis début 2015.

« Après l’assassinat de caricaturistes, après l’assassinat de jeunes écoutant de la musique, après l’assassinat d’un couple de policiers, après l’assassinat d’enfants, de femmes et d’hommes assistant à la célébration de la fête nationale, aujourd’hui l’assassinat d’un prêtre célébrant la messe… L’horreur, toujours plus d’horreur et la volonté très claire maintenant de dresser les ­Français les uns contre les autres. Pour ­détruire la concorde nationale qui tient encore. Nous musulmans étions silencieux parce que nous avions appris qu’en France la religion est une affaire privée. Nous devons parler maintenant parce que l’islam est devenue une affaire publique et que la situation actuelle est intolérable. »

Cette omission a été relevée notamment par l’UEJF et le CRIF sur Twitter et par le Grand Rabbin de France Haïm Korsia.

« Que l' »oubli » ait été conscient ou non, l’absence de mention des drames de Toulouse et de l’Hyper casher dans la tribune « Nous, Français et musulmans » publiée dans le Journal du Dimanche d’hier est grave et douloureuse. J’ai appelé dès hier plusieurs des signataires pour leur faire part de la blessure qui fut la mienne et celle de la communauté juive à la lecture de ce texte et tiens à saluer les réactions individuelles de certains des signataires qui ont tenu à clarifier leurs propos, en particulier la Sénatrice Bariza Khiari », a déclaré Haïm Korsia sur Facebook.

Amine Benyamina, signataire de cette tribune, invité sur Europe 1, a déclaré qu’il s’agissait « d’un faux procès ».

Dans l’esprit des rédacteurs, les victimes de l’Hyper Cacher auraient été incluses dans les victimes de Charlie Hebdo sans d’autres précisions, rapporte l’Express.

Selon ce dernier les auteurs et signataires de ce texte « ne sont absolument pas attaquables, ils sont au-dessus de tout soupçon de choix des victimes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...