Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

USA : Tollé autour des monuments en mémoire de nazis ukrainiens

Ces monuments en hommage aux alliés ukrainiens des Nazis font grand bruit à Philadelphie et Detroit, suite à l'ovation malheureuse réservée à un ex-Waffen SS à Ottawa

Le monument à la mémoire d'une division SS ukrainienne, recouvert de plaques de bois, dans le cimetière catholique d'Elkins Park, en Pennsylvanie, le 12 septembre 2023. L'archidiocèse catholique ukrainien a recouvert le mémorial suite ànsa condamnation par des organisations juives. (Avec l'aimable autorisation de Lev Golinkin via la JTA)
Le monument à la mémoire d'une division SS ukrainienne, recouvert de plaques de bois, dans le cimetière catholique d'Elkins Park, en Pennsylvanie, le 12 septembre 2023. L'archidiocèse catholique ukrainien a recouvert le mémorial suite ànsa condamnation par des organisations juives. (Avec l'aimable autorisation de Lev Golinkin via la JTA)

JTA — Ces dernières semaines, les hommages rendus en Amérique du Nord aux Ukrainiens qui ont collaboré avec les Nazis ont fait grand bruit, aussi bien localement que sur la scène internationale.

Mardi, le président de la Chambre des communes du Canada a démissionné après avoir organisé une ovation, en présence du président ukrainien Volodymyr Zelensky, en l’honneur de Yaroslav Hunka, un homme aujourd’hui âgé de 98 ans qui avait combattu dans les rangs d’une unité militaire nazie, la division Waffen-SS Galicia.

A Philadelphie, une controverse autour de la même unité a défrayé la chronique, quoique à plus petite échelle : des organisations juives locales ont en effet protesté contre l’existence d’un monument en hommage à la division SS dans un cimetière catholique de la banlieue d’Elkins Park, que les autorités catholiques locales ont choisi de recouvrir.

Cette même unité SS fait l’objet d’hommages en d’autres lieux, avec des réactions plus modérées de la part des organisations juives. Informé de l’existence d’un mémorial en l’honneur de la SS Galicia dans la banlieue de Detroit, le Conseil des relations de la communauté juive de la ville a fait savoir à la Jewish Telegraphic Agency qu’il n’avait pas l’intention de prendre de mesures.

« C’est sans doute une bonne occasion de parler de manière constructive à nos voisins ukrainiens, pas de faire une déclaration pour condamner ce monument ou en demander le retrait », a déclaré Daniel Bucksbaum du Conseil des relations de la communauté juive de Detroit et de l’American Jewish Committee (JCRC / AJC) par courrier électronique.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le Premier ministre Justin Trudeau se joignant à une standing-ovation en l’honneur de Yaroslav Hunka, qui était présent à la Chambre des communes à Ottawa, dans l’Ontario, le 22 septembre 2023. (Crédit : Patrick Doyle/La Presse canadienne via AP)

L’affaire des monuments commémoratifs de Detroit et Philadelphie, tout comme le passé nazi du nonagénaire, ont été révélés par Lev Golinkin, journaliste au Forward. Il a dressé la liste des monuments élevés en l’honneur des nazis et de leurs collaborateurs partout dans le monde. Dans le cas de Detroit, il a parlé d’un mémorial « dédié aux anciens combattants ukrainiens et ukraino-américains » dans une banque privée de la banlieue de Warren. Les anciens combattants du SS Galicia, désignés par un autre nom sur la structure, sont crédités uniquement du financement du monument.

Le rabbin Asher Lopatin, qui dirige le JCRC / AJC de Detroit, a expliqué entretenir une relation avec la communauté ukrainienne locale et il a dit « qu’il évoquera sans doute de l’histoire et de l’antisémitisme passé ». Mais il a reconnu être hésitant à l’idée d’évoquer pour l’heure le sujet du mémorial SS Galicia, ne serait-ce qu’en raison de la guerre en Ukraine.

« Je crois que c’est le moment de soutenir l’Ukraine et de la défendre contre la Russie », a écrit Lopatin dans un courriel, ajoutant : « Il y a certainement beaucoup à faire, mais il y a un moment pour tout et de mauvais moments pour tout. »

Le vétéran nazi Yaroslav Hunka recevant une standing-ovation à la Chambre des communes à Ottawa, en Ontario, le 22 septembre 2023. (Crédit : Capture d’écran CBC ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Il existe des liens entre les communautés ukrainiennes et juives locales.

Lopatin a assisté à des cérémonies commémorant l’Holodomor, la famine causée par les Soviétiques, responsable de la mort par privation de nourriture de millions d’Ukrainiens dans les années 1930 (et que certains Ukrainiens d’extrême droite attribuent aux Juifs). Un musée ukrainien à Hamtramck, une banlieue de Detroit dotée d’importantes populations ukrainiennes, polonaises et yéménites, a également proposé d’accueillir une exposition d’art juif yéménite.

Lopatin a déclaré penser que l’intention à l’origine du mémorial de Warren n’était pas nécessairement mauvaise. « Il y a une différence entre rendre hommage à un régiment génocidaire et dire que d’anciens combattants ont versé des fonds pour ériger un mémorial général en l’honneur des anciens combattants ukrainiens », a-t-il déclaré à la JTA.

Ce qui n’a pas empêché Golinkin de qualifier de « honteux » le silence des organisations juives de Detroit.

« Il est surprenant qu’en plein regain du suprémacisme blanc et de la banalisation de la Shoah, les organisations juives de Detroit gardent le silence sur le monument aux SS qu’abrite leur ville », a déclaré le journaliste et auteur à la JTA.

Le maire de Warren, James Fouts, a déclaré au Forward que « sa réprobation ne faisait aucun doute », ajoutant : « Je ne pense pas que nous puissions faire grand-chose, ce monument est érigé sur une propriété privée ».

La diversité des réactions témoigne des difficultés auxquelles les Juifs américains sont confrontés vis-à-vis de leurs voisins ukrainiens, que ce soit dans le cadre de l’actuelle guerre contre la Russie ou même plus anciennement. De nos jours, les alliés occidentaux de l’Ukraine sont réticents à l’idée d’évoquer son passé nazi d’autant que la propagande russe a tenté de présenter son invasion du territoire ukrainien comme une guerre de « dénazification ».

Des manifestants brandissent les emblèmes de la 14e division de grenadiers Waffen de la SS à Kiev, en Ukraine, le 28 avril 2021. (AP Photo/Efrem Lukatsky)

Jonathan Sarna, professeur d’histoire juive américaine à l’Université Brandeis, très impliqué dans le mouvement pour la libération des Juifs soviétiques, a déclaré à la JTA que ces questions étaient déjà présentes à l’apogée de ce mouvement, dans les années 1970 et 1980.

« C’était gênant », se souvient Sarna, qui rappelle que les militants juifs de l’époque étaient proches des nationalistes ukrainiens dans leur opposition aux Soviétiques. Les militants juifs faisaient pression pour que l’URSS autorise les Juifs à émigrer, là où les militants ukrainiens reprochaient à l’Union soviétique d’avoir volé l’indépendance de leur pays.

« Un effort a été fait pour expliquer les choses, mais c’était difficile », affirme Sarna. Les Ukrainiens ont voulu faire participer la communauté juive aux célébrations en l’honneur du général Roman Shukhevych, combattant de l’armée insurrectionnelle ukrainienne aux côtés des forces nazies. « Cela a permis de rappeler qu’il y avait un ennemi commun à l’époque, l’Union soviétique, mais également une histoire divergente qui s’opposait aux rapprochements. »

La réaction des dirigeants juifs au monument de Philadelphie a été nettement plus virulente. Après la révélation, par le Forward, de l’existence d’un monument érigé il y a de cela une trentaine d’années, porteur des insignes de la division SS Galicia, dans un cimetière catholique de la banlieue d’Elkins Park, la fédération juive locale en a dénoncé l’existence.

Cela a conduit d’autres organisations juives, à commencer par l’American Jewish Committee et l’Anti-Defamation League, à émettre leurs propres condamnations. Les Ukrainiens devraient « reconnaître que cela ne peut pas rester en l’état », a déclaré l’AJC. (Le groupe de Lopatin est affilié à l’AJC mais, dans le cas présent, il s’est désolidarisé de l’approche de l’organisation nationale.)

L’archidiocèse catholique ukrainien de Philadelphie, qui gère le cimetière, a dissimulé le mémorial, annonçant par ailleurs sur Facebook son intention d’organiser des discussions communautaires « afin de prévenir le vandalisme et dans le but de mener un dialogue constructif et respectueux avec toutes les personnes concernées ».

S’agissant du mémorial de Philadelphie, tous les Juifs ne sont pas sur la même longueur d’onde. Une organisation communautaire juive ukrainienne sujette à controverse a ainsi exprimé son soutien au monument.

« Dire que le monument doit être démantelé ‘au plus vite’ contrevient à l’idée du débat à avoir sur les sujets historiques d’importance en ce 21e siècle », a déclaré Vaad of Ukraine par voie de communiqué, suggérant que certains « articles » à propos dudit monument « ressemblaient à des falsifications du KGB ».

Les dirigeants de cette organisation, qui travaille avec l’American Jewish Joint Distribution Committee, une organisation caritative, et dit représenter les intérêts de plus de 250 organisations juives ukrainiennes, disent ne pas avoir la preuve que « les soldats à la mémoire desquels ce monument a été érigé il y a trente ans » étaient impliqués dans des crimes de guerre.

Vaad of Ukraine a déjà fait l’objet de critiques pour avoir défendu des Ukrainiens qui avaient collaboré avec les Nazis et pour avoir affirmé en 2018 que la Russie faisait en sorte que les États-Unis condamnent l’Ukraine en raison des anciennes sympathies nazies de certains. Des dizaines d’organisations juives ukrainiennes ont fait savoir que ce groupe et ses dirigeants « ne représentaient pas l’intégralité des Juifs ukrainiens ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.