Rechercher

USA : Un chasseur de nazi nommé pour enquêter sur les crimes de guerre en Ukraine

Eli Rosenbaum avait été impliqué dans plus de cent dossiers d'expulsion ou de révocation de citoyenneté des nazis

Eli Rosenbaum, ancien chef du Breau des enquêtes spéciales au ministère de la Justice, pose à côté d'une carte de l'Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale qui montre les lieux des camps de concentration à Washington, le 29 mars 1995. (Crédit : AP Photo)
Eli Rosenbaum, ancien chef du Breau des enquêtes spéciales au ministère de la Justice, pose à côté d'une carte de l'Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale qui montre les lieux des camps de concentration à Washington, le 29 mars 1995. (Crédit : AP Photo)

Le procureur général des États-Unis, Merrick Garland, a déclaré mardi que les États-Unis allaient mettre sur pied une équipe chargée d’aider les autorités ukrainiennes à poursuivre les crimes de guerre commis lors de l’invasion russe. Cette équipe sera dirigée par un célèbre chasseur de nazis.

Cette équipe qui examinera sur les crimes de guerre en Ukraine sera ainsi dirigée par Eli Rosenbaum, qui travaille au ministère de la Justice depuis 36 ans et qui, dans le passé, avait pris la tête des initiatives visant à retrouver les criminels de guerre nazis qui s’étaient réfugiés aux États-Unis et à les expulser du pays.

Considéré par certains comme ayant été le plus grand chasseur de nazis du département de la Justice, Rosenbaum avait été à la tête du Bureau d’enquête spéciales du département. Il avait été impliqué dans cent dossiers ayant permis de révoquer la citoyenneté ou d’expulser des nazis présumés, a fait savoir CNN.

Il a aussi été directeur du département de politique et stratégie dans le secteur de la défense des droits de l’Homme.

Garland a indiqué que son déplacement en Ukraine était une démonstration de soutien et il a promis que les criminels de guerre ne pourraient pas échapper à la justice.

Les membres du Bureau d’enquête spécial, de gauche à droite : Bill Kenety, Mike MacQueen, et Eli Rosenbaum, dans le bureau de Rosenbaum à Washington, le 12 septembre 1996. (Crédit : (AP Photo/Ron Edmonds)

Filmé près de la frontière polonaise par la chaîne Fox News, il a déclaré être « ici pour exprimer le soutien sans faille des Etats-Unis aux Ukrainiens face à l’invasion injuste et injustifiée de la Russie ».

Le ministre américain, qui se rendra dans la soirée à Paris pour rencontrer ses homologues européens, a été accueilli par la procureure générale ukrainienne Iryna Venediktova.

Les deux responsables doivent discuter « des actions entreprises par les Etats-Unis pour aider les autorités ukrainiennes à poursuivre les auteurs d’atrocités ou de crimes de guerre constatés par le monde entier », a précisé Merrick Garland.

« Les Etats-Unis leur envoient un message sans équivoque: il n’y a aucun endroit où se cacher », a-t-il ajouté.

Mme Venediktova a jugé son soutien « très important ». « Nous comprenons tous que nous faisons face à des ennemis très puissants », a-t-elle déclaré.

Le ministre de la Justice américain Merrick Garland et la procureure-générale ukrainienne Iryna Venediktova, Krakovets,à la frontière ukrainienne avec la Pologne, le 21 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Nariman El-Mofty)

Les enquêteurs ukrainiens disent avoir répertorié plus de 18 000 « crimes de guerre et agressions », dont des meurtres de civils, des viols, des attaques contre des infrastructures civiles, et identifié plus de 600 suspects depuis le début de l’invasion russe le 24 février.

Les Etats-Unis avaient annoncé en mai la création d’un « observatoire du conflit », doté initialement de six millions de dollars, pour « recueillir, analyser et partager largement les preuves des crimes de guerre » qu’ils imputent à la Russie en Ukraine.

Le président Joe Biden a personnellement qualifié son homologue russe Vladimir Poutine de « criminel de guerre » et de « boucher », et est allé plus loin que son propre gouvernement en estimant que Moscou perpétrait un « génocide » en Ukraine.

« Des civils exécutés de sang-froid, des corps jetés dans des charniers, ce sentiment de brutalité et d’inhumanité montré résolument au monde », avait commenté Biden au mois d’avril.

« Ce sont des crimes de guerre majeurs qui sont actuellement perpétrés, rien de moins », avait-il ajouté. « Les nations responsables se sont rassemblées pour faire prendre leurs responsabilités à leurs auteurs. »

La Russie affirme cependant que les allégations de crimes de guerre sont fausses et que les corps de civils, découverts après le retrait des troupes russes de la banlieue de Kiev, ont été mis en scène.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...