USA: la victime d’un attentat en 1999 retourne à l’hôpital où il a été a soigné
Rechercher

USA: la victime d’un attentat en 1999 retourne à l’hôpital où il a été a soigné

Ben Kadish, âgé de 25 ans, a retrouvé l'infirmière qui l'a réanimé à l'âge de 5 ans ; il condamne la violence des armes aux Etats-Unis

Ben Kadish, maintenant âgé de 25 ans, avait été gravement blessé dans une attaque terroriste à Los Angeles JCC. (Capture d'écran/KTLA news)
Ben Kadish, maintenant âgé de 25 ans, avait été gravement blessé dans une attaque terroriste à Los Angeles JCC. (Capture d'écran/KTLA news)

JTA — Ben Kadish, qui était âgé de 5 ans quand un suprémaciste blanc lui a tiré dessus et qu’il a frôlé la mort au centre communautaire juif de Los Angeles, s’est rendu à l’hôpital qui l’a sauvé pour marquer le 20e anniversaire de l’attaque.

« Ben était à la crèche quand il est arrivé chez nous il y a 20 ans. Aucun pouls, pas de pression sanguine – il s’accrochait à la vie », a raconté le Dr Richard More, du service de chirurgie traumatologique au Providence Holy Cross Medical Center à Mission Hills, à la chaîne locale KTLA mercredi.

Kadish, maintenant âgé de 25 ans, a rencontré l’infirmière et l’urgentiste qui lui ont sauvé la vie.

« Nous ne savons pas ce qu’ils deviennent… nous ne les revoyons jamais », a déclaré l’infirmière Carthy Carter. « C’est un tel plaisir ».

Cinq personnes, dont un autre enfant, avaient été blessées lors de l’attaque du centre communautaire juif de North Valley à Granada Hill en août 1999 par un suprémaciste blanc, Buford Furrow Jr de Tacoma, Washington.

Des membres de l’équipe SWAT de Los Angeles s’approchent du centre communautaire juif de North Valley à Granada Hills, le 10 août 1999, après qu’un tireur a ouvert le feu, tuant une personne et en blessant 5 autres. (Frederick Brown/AFP/Getty Images via JTA)

Kadish, qui étudie l’immobilier, dit qu’il pense à l’attaque à chaque fois qu’il voit ou entend une ambulance.

Il a contacté des victimes d’autres tueries pour offrir son soutien, tout récemment ceux qui ont été touchés dans les fusillades d’El Paso et de Dayton.

« C’est difficile de dire que tout va bien parce que rien ne change sur le problème des armes », a déclaré Kadish à l’Orange County Register. « Ce n’est pas un risque hypothétique, c’est une question de temps. Il y a 20 ans, quand ma tuerie a eu lieu, ce n’était pas un risque hypothétique, c’était une question de temps. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...