USA: Un professeur dit que le sionisme « intoxique politiquement nos écoles »
Rechercher

USA: Un professeur dit que le sionisme « intoxique politiquement nos écoles »

Le centre Wiesenthal a dit que les propos de Dylan Rodriguez entraient dans le cadre d'une initiative visant à "diaboliser le sionisme" dans les universités

Le panneau de l'entrée du campus de Riverside à l'université de Californie. (Crédit : Wikimedia Commons)
Le panneau de l'entrée du campus de Riverside à l'université de Californie. (Crédit : Wikimedia Commons)

JTA — Un professeur de Riverside au sein de l’université de Californie qui avait récemment écrit que le sionisme avait « intoxiqué politiquement nos écoles » a dit que l’indignation exprimée par les groupes juifs suite à ces propos prouvaient leur justesse.

Dylan Rodriguez, professeur d’études culturelles et des médias à l’université, qui est actuellement président de l’American Studies Association – un groupe qui promeut la recherche sur la culture et sur l’Histoire – avait évoqué le sionisme sur Twitter en date du 12 janvier.

« Un certain nombre d’organisations sionistes veulent nous convaincre que les études américaines arabes sont ‘antisémites’. Ce n’est pas seulement insultant intellectuellement parlant mais c’est aussi un positionnement intrinsèquement raciste », avait-il aussi écrit dans le tweet.

La directrice-adjoint de la branche de Los Angeles de l’ADL (Anti-Defamation League), Ariella Lowenstein, a dit au Jewish Journal of Los Angeles dans une déclaration sur Rodriguez que « l’autodétermination des Juifs est ancrée dans le droit international, ce n’est pas un sujet toxique qui serait à éviter ».

Le rabbin Abraham Cooper, vice-doyen du centre Simon Wiesenthal, a pour sa part indiqué au journal que la publication de Rodriguez entrait dans le cadre d’une initiative plus large, dans les universités, qui vise à « diaboliser le sionisme » et qui demande aux Juifs d’abandonner le sionisme s’ils veulent s’engager dans des luttes relatives à la justice sociale.

StopAntisemitism.org, un groupe de veille sur internet, a qualifié le tweet de Rodriguez « d’antisémite ».

Rodriguez a évoqué le site sur Twitter, disant : « je rejette les prémisses qui permettent d’utiliser comme des armes les mots ‘antisémitisme’ et ‘haine’. De manière ironique, leur tweet est l’illustration exemplaire de la grande toxicité à laquelle j’ai fait référence dans mon premier post ».

L’université s’est refusée à tout commentaire, a fait savoir le Jewish Journal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...