Virus : Le nombre de cas actifs supérieur au nombre d’Israéliens guéris
Rechercher

Virus : Le nombre de cas actifs supérieur au nombre d’Israéliens guéris

Le ministère de la Santé rapporte 749 nouvelles infections pendant la nuit et quatre décès liés à la COVID-19 ; quatre députés sont placés en quatorzaine

Un employé du Magen David Adom fait un test sur une femme dans un centre de dépistage au coronavirus de type drive-in, le 11 juillet 2020 (Crédit :  Chen Leopold/Flash90)
Un employé du Magen David Adom fait un test sur une femme dans un centre de dépistage au coronavirus de type drive-in, le 11 juillet 2020 (Crédit : Chen Leopold/Flash90)

Le ministère de la Santé a fait savoir, dimanche matin, que 749 nouveaux cas de coronavirus avaient été enregistrés pendant la nuit et que quatre personnes s’étaient éteintes des suites de la COVID-19. Le bilan des décès consécutifs à la maladie s’élève donc dorénavant à 358.

Selon les chiffres du ministère, il y a 18 940 cas d’infections actives – avec notamment 1 148 nouveaux cas qui ont été enregistrés samedi. Avec cette hausse la plus récente, le nombre de cas actifs de coronavirus dépasse à nouveau le nombre d’Israéliens guéris de la maladie, qui reste à 18 915.

Parmi les personnes infectées, 141 se trouvent dans un état grave, dont 48 sont actuellement placées sous respirateur. 109 sont dans un état modéré et les autres présentent peu de symptômes ou une forme asymptomatique de la maladie.

Le ministère de la Santé a fait savoir que 19 072 tests avaient été réalisés samedi, et qu’il y a eu un total de 38 213 infections au sein de l’Etat juif.

La députée Aida Touma-Sliman de la Liste arabe unie à la Knesset, le 8 juin 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Dimanche également, le ministère de la Santé a annoncé à la Knesset que trois députés avaient dû se placer en quarantaine suite à une enquête épidémiologique. Les trois législateurs concernés sont Aida Touma-Sliman, qui appartient à la Liste arabe unie, et Idan Roll et Orna Barbivai, issus des rangs de Yesh Atid.

Les députés Likud Nir Barkat et Tehila Friedman, parlementaire du parti Kakhol lavan, ont reçu pour leur part l’autorisation de sortir de quatorzaine.

Samedi dans la soirée, le ministre du Likud Zeev Elkin a annoncé que l’un de ses conseillers avait attrapé la COVID-19 et qu’il allait par conséquence se placer en quarantaine.

« Selon les règles mises en vigueur par le ministère de la Santé, je ne suis pas dans l’obligation d’entrer en quatorzaine dans la mesure où je n’ai pas été en contact avec mon conseiller au cours de ces dernières semaines. Toutefois, et par sûreté, j’ai demandé à effectuer un test demain matin et j’ai pris la décision de me mettre en quatorzaine jusqu’à l’obtention des résultats », a-t-il écrit sur Twitter.

Tandis que de nombreux députés se sont trouvés dans l’obligation de se placer à l’isolement – avec parmi eux le Premier ministre Benjamin Netanyahu – seuls Sami Abou Shehadeh, parlementaire pour le parti de la Liste arabe unie, et le ministre du Logement Yaakov Litzman ont été testés positifs au coronavirus depuis le début de la pandémie. Litzman, à la tête de la formation ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah, avait attrapé le virus alors qu’il était ministre de la Santé, après avoir apparemment contrevenu aux règles de distanciation sociale en se rendant à une prière de groupe.

Pour contenir cette recrudescence de nouveaux cas, le gouvernement a réimposé de nombreuses restrictions sur les rassemblements et les activités économiques et un certain nombre de confinements ont été mis en vigueur dans la journée de vendredi dans les quartiers de cinq villes et municipalités particulièrement frappées par cette reprise de l’épidémie.

Cette décision a été mise en oeuvre après avoir été approuvée par les ministres du cabinet, jeudi, dans un contexte de hausse continue de nouveaux cas de la maladie, qui s’élèvent dorénavant à plus de 1 000 par jour.

La police et la police des frontières israéliennes à un barrage routier installé dans les quartiers de Romema et de Kiryat Belz à Jérusalem, actuellement placés en confinement pour tenter d’empêcher la propagation du coronavirus, le 12 juillet 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ces dernières semaines, de nombreuses avancées qui avaient été réalisées dans la lutte contre le coronavirus ont été remises en question. Le pays avait imposé un confinement national, pendant plusieurs semaines, au début de l’épidémie, à la mi-mars, mais un grand nombre de restrictions avaient été levées au mois de mai pour tenter de rouvrir une économie mise à mal.

Vendredi, le ministère de la Santé a fait savoir qu’il allait introduire des changements significatifs dans ses politiques de quatorzaine et de suivi des contacts des porteurs du coronavirus, des initiatives qui devraient grandement réduire le nombre de personnes mises à l’isolement à un moment donné.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...