Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Visant implicitement Trump, les Républicains accusent West et Fuentes d’antisémitisme

La résolution du Parti Républicain nomme le rappeur et le suprémaciste blanc et s'oppose à "toutes les formes d'antisémitisme", sans mentionner explicitement l'ex-président américain

L'ancien président américain, Donald Trump, rencontrant le rappeur Kanye West dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 11 octobre 2018. (Crédit : Sebastian Smith/AFP/Dossier)
L'ancien président américain, Donald Trump, rencontrant le rappeur Kanye West dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 11 octobre 2018. (Crédit : Sebastian Smith/AFP/Dossier)

WASHINGTON (JTA) – Le Parti Républicain américain a condamné à l’unanimité les antisémites Kanye West et Nick Fuentes, affirmant que leurs croyances n’ont leur place dans « aucun discours politique ».

La résolution officielle adoptée vendredi lors de la réunion d’hiver du Comité national républicain (RNC) représente un reproche implicite à l’ancien président américain Donald Trump, qui a récemment dîné et consulté les hommes, sans le mentionner.

La résolution s’oppose à « toutes les formes d’antisémitisme, aux déclarations antisémites et à tout élément antisémite qui cherche à infiltrer le Parti Républicain ». Elle nomme spécifiquement West, le rappeur et designer désormais connu sous le nom de Ye, en disant qu’il « a fait à plusieurs reprises des déclarations antisémites, honteuses, erronées, offensantes, sectaires et contraires aux principes américains et républicains ». Elle nomme également Fuentes, notant que c’est un suprémaciste blanc.

Trump a dîné avec West et Fuentes en novembre, peu de temps après que West a lancé un flot de déclarations antisémites sur les réseaux sociaux et dans différentes interviews. Fuentes est connu depuis longtemps comme un antisémite et un négationniste de la Shoah.

« Le Comité national républicain affirme que l’antisémitisme n’a pas sa place dans notre parti politique, dans la politique américaine ou dans tout discours politique », indique la résolution.

Trump n’a pas présenté d’excuses pour cette rencontre, même si elle a suscité de vives critiques de la part de certains de ses plus proches associés juifs. Trump a déclaré que West était un vieil ami en crise, et que West a amené Fuentes, que l’ancien président a affirmé ne pas connaître et dont il a condamné l’antisémitisme.

Nick Fuentes, militant d’extrême-droite, tenant un rassemblement au Capitole, à Lansing, dans le Michigan, le 11 novembre 2020. (Crédit : Nicole Hester/Ann Arbor News via AP/Dossier)

Politico, qui a rapporté en premier la planification de la résolution, a déclaré qu’elle avait été conçue par Shawn Steel, un membre du RNC. « Je veux créer une norme pour tous les partis politiques en Amérique, à savoir que nous ne tolérons pas le sectarisme, et dans ce cas particulier, l’antisémitisme », a-t-il déclaré à Politico.

La résolution vise également un certain nombre de Démocrates que les Républicains considèrent comme antisémites, en partie à cause de leurs critiques sévères d’Israël et, dans au moins trois cas, de leur soutien au mouvement de boycott (BDS) d’Israël.

La résolution reflète l’ambiguïté croissante du parti à l’égard de l’ancien président. Trump était considéré comme le leader du parti jusqu’en novembre, lorsque le Parti Républicain américain a enregistré de mauvais résultats lors des élections de mi-mandat qu’il était censé remporter. Le parti a imputé les pertes à l’obsession de Trump de prétendre à tort qu’il avait gagné l’élection de 2020, et aux mauvaises performances des candidats – dont un certain nombre étaient excentriques – que Trump avait soutenus.

Trump est toujours considéré comme un potentiel concurrent ; il est le seul candidat républicain déclaré pour l’élection présidentielle de 2024. Mais il y a une plus grande volonté de s’éloigner de son héritage. Un certain nombre de candidats, autrefois proches de Trump, signalent qu’ils annonceront bientôt leur propre participation à la course présidentielle, y compris trois d’entre eux qui bénéficient d’un soutien important parmi les conservateurs juifs : l’ancien vice-président Mike Pence, l’ancien secrétaire d’État, Mike Pompeo, et l’ancienne ambassadrice aux Nations unies, Nikki Haley.

Le RNC a réélu Ronna McDaniel en tant que présidente, bien qu’elle ait enregistré des résultats insuffisants depuis qu’elle a assumé ce rôle en 2017. McDaniel est considérée comme proche de Trump, un facteur qui l’a aidée à repousser les défis et un signal de son influence continue. Lee Zeldin, un Républicain juif qui a servi au Congrès et qui vient de perdre une course serrée inattendue pour le poste de gouverneur de New York, a brièvement envisagé de défier McDaniel.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.