Visite du Premier ministre hongrois : « C’est une honte ! » pour l’opposition
Rechercher

Visite du Premier ministre hongrois : « C’est une honte ! » pour l’opposition

Les députés protestent contre la visite en Israël de Viktor Orban, qui a honoré un ancien allié des nazis et lancé une campagne contre George Soros

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (G) et son homologue hongrois Viktor Orban donnent une conférence de presse conjointe au Parlement de Budapest, Hongrie, le 18 juillet 2017 (AFP PHOTO / HUNGARIAN PRIME MINISTER'S OFFICE AND POOL / KAROLY ARVAI).
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (G) et son homologue hongrois Viktor Orban donnent une conférence de presse conjointe au Parlement de Budapest, Hongrie, le 18 juillet 2017 (AFP PHOTO / HUNGARIAN PRIME MINISTER'S OFFICE AND POOL / KAROLY ARVAI).

Les députés de l’opposition ont protesté mercredi contre la visite prochaine du Premier ministre hongrois Victor Orban, reprochant au Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir embrassé l’homme d’État européen controversé qui a rendu hommage à un ancien allié nazi.

Sous la direction de Netanyahu, les liens avec Orban se sont réchauffés, ce qui a poussé la communauté juive locale à critiquer les attaques du Premier ministre hongrois contre le milliardaire juif George Soros, dont les critiques disent qu’elles ont un relent de stéréotypes antisémites.

Il y a un an, Orban a qualifié d’ “homme d’État exceptionnel” le chef de guerre du pays et allié des nazis, Miklos Horthy, qui a promulgué des lois anti-juives et sous la surveillance duquel plus d’un demi-million de Juifs ont été déportés à Auschwitz pendant la Shoah. Puis, il a initié et défendu une campagne d’affichage ciblant Soros, né en Hongrie, l’accusant de vouloir inonder le pays de réfugiés.

« Après avoir profané la mémoire des victimes de la Shoah avec son accord avec la Pologne, Netanyahu honorera aujourd’hui le Premier ministre hongrois Orban, qui a rendu hommage au leader antisémite qui a collaboré avec les Nazis dans l’extermination des juifs hongrois », a écrit sur Twitter Yair Lapid, le leader de Yesh Atid. « C’est une Honte ! »

M. Lapid faisait référence à une déclaration conjointe rédigée par la Pologne et Israël le mois dernier qui a incité Varsovie à modifier sa loi controversée sur la Shoah.

Le texte a été critiqué par le mémorial de la Shoah de Yad Vashem plus tôt ce mois-ci pour sa « formulation très problématique qui contredit les connaissances historiques existantes et acceptées dans ce domaine ».

Mercredi également, la dirigeante du parti Meretz, Tamar Zandberg, a tweeté en hongrois : « Ceux qui louent les dirigeants qui ont collaboré avec les nazis, qui persécutent les groupes de défense des droits de l’Homme et l’opposition dans leur pays, ne sont pas les bienvenus ici.

« Le sang des juifs hongrois crie depuis le sol », a crié le député Dov Khenin de la Liste arabe unie à la Knesset.

Orban doit arriver en Israël mercredi pour une visite de deux jours dans le pays, marquant sa première visite dans l’État juif, dans le prolongement du voyage de l’an dernier à Budapest de Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...