Rechercher

Voitures incendiées et graffitis anti-Arabes dans des villes proches de Jérusalem

Des véhicules ont été incendiés à Abu Ghosh et à Ein Naqquba ; la phrase raciste "Marre des attaques terroristes, expulsez les Arabes" a été taguée en hébreu sur un mur

La phrase "Marre des attaques terroristes, expulsez les Arabes" a été taguée en hébreu sur un mur, le 24 novembre 2022. (Crédit : Police israélienne)
La phrase "Marre des attaques terroristes, expulsez les Arabes" a été taguée en hébreu sur un mur, le 24 novembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Des extrémistes ont incendié plusieurs véhicules et ont tagué des slogans racistes lors d’attaques criminelles à caractère haineux à deux endroits près de Jérusalem dans la nuit, a indiqué la police vendredi matin.

Trois véhicules ont été incendiés à Abu Ghosh, et deux à Ein Naqquba, causant des dommages importants.

Aucun blessé n’a été signalé.

Des graffitis ont été peints à proximité avec les slogans « Marre des attaques terroristes, expulsez les Arabes » et « Am Yisraël Haï ».

La police a déclaré être à la recherche de suspects, affirmant qu’il s’agissait d’un incendie criminel à motif nationaliste.

Les actes de vandalisme anti-palestinien commis par des extrémistes juifs sont fréquents en Cisjordanie, mais un peu plus rares en Israël.

Voitures incendiées lors d’un incendie criminel anti-Arabe, le 24 novembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Les activistes ont exprimé leurs inquiétudes quant au fait que les extrémistes ont été enhardis par le succès des partis d’extrême-droite lors des récentes élections.

Les incidents de vandalisme contre les Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes sont communément appelés des attaques de type « prix à payer », les auteurs les qualifiant de représailles à la violence palestinienne ou aux politiques gouvernementales considérées comme hostiles au mouvement des implantations.

Les arrestations des auteurs sont extrêmement rares et les groupes de défense des droits déplorent que les condamnations le soient encore plus, la majorité des accusations étant abandonnées.

Cet épisode de violence est survenu deux jours après une attaque terroriste meurtrière à Jérusalem et dans un contexte de tensions accrues en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...