Washington exhorte le Liban à empêcher les attaques du Hezbollah contre Israël
Rechercher

Washington exhorte le Liban à empêcher les attaques du Hezbollah contre Israël

Au total, 19 roquettes ont été tirées depuis le Liban vers Israël ; La Finul a estimé que cette escalade était "très dangereuse"

Le porte-parole du Département d'État américain, Ned Price, lors d'un point de presse au Département d'État à Washington, le 7 juillet 2021. (AP Photo/Alex Brandon, File)
Le porte-parole du Département d'État américain, Ned Price, lors d'un point de presse au Département d'État à Washington, le 7 juillet 2021. (AP Photo/Alex Brandon, File)

Les Etats-Unis ont exhorté vendredi le Liban à empêcher les terroristes du Hezbollah de tirer des roquettes vers Israël alors que la tension monte dans la région disputée du plateau du Golan.

« Nous appelons le gouvernement libanais à empêcher rapidement de telles attaques et à reprendre le contrôle de la région », a déclaré dans un communiqué le porte-parole du département d’Etat américain, Ned Price.

« Nous encourageons vivement tous les efforts visant à maintenir le calme », a-t-il ajouté.

Washington, allié historique d’Israël, a condamné « fermement » les attaques du Hezbollah.

Le Liban, en proie à une crise économique et sociale sans précédent, est toujours sans gouvernement depuis l’explosion au port de Beyrouth en août 2020. Le chef du groupe terroriste du Hezbollah libanais a mis en garde samedi contre une « politisation » de l’enquête sur l’explosion meurtrière de l’an dernier au port de Beyrouth, niant les accusations selon lesquelles le mouvement chiite serait impliqué dans l’acheminement d’engrais explosif sur le port.

Israël a dit vendredi ne pas vouloir d’ « escalade » à la frontière avec le Liban, se disant toutefois « prêt » à y faire face, après des tirs de roquettes depuis le pays voisin, auxquels l’armée israélienne a riposté par des frappes d’artillerie.

« Nous ne voulons pas d’une escalade en vue d’une véritable guerre, mais bien sûr nous sommes prêts à cela et nous ne permettons pas à ces actes terroristes de continuer », a déclaré à des journalistes Amnon Shefler, un porte-parole de l’armée israélienne. « Nous ferons ce qui est nécessaire », a-il ajouté.

L’armée avait auparavant indiqué dans un communiqué être « en train de frapper les sources de lancement (des roquettes) au Liban ».

Au total, 19 roquettes ont été tirées depuis le Liban vers Israël, a indiqué M. Shefler, sans faire état de victime. Trois projectiles sont tombés au Liban, 16 ont passé la frontière et 10 ont été interceptés par le système de défense aérienne israélien.

« Nous pensons que le Hezbollah veut montrer qu’il contrôle le sud du Liban » et qu’il « ne veut pas d’une guerre totale non plus », a affirmé le porte-parole militaire.

Selon M. Shefler, le fait que le mouvement armé a visé des zones non-habitées « est juste un signal » de sa part.

Fait rare, des habitants druzes du village de Hasbaya ont arrêté vendredi un camion transportant un lance-roquettes utilisé lors de l’attaque du Hezbollah, a indiqué à l’AFP une source militaire.

Une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux montre des villageois en colère bloquant le passage du camion et accusant le Hezbollah de mettre en danger des vies civiles.

« Une unité de l’armée (libanaise) dans le village de Chwayya a arrêté quatre personnes qui ont tiré les roquettes et a saisi le lance-roquettes », a indiqué de son côté l’armée dans un communiqué.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a averti le Hezbollah et le gouvernement libanais, vendredi, que si la situation au Liban était déjà dure, Israël était prêt à la rendre encore pire si le calme n’était pas maintenu sur la frontière nord après les tirs de roquette initiés par le groupe terroriste chiite en direction de l’État juif, survenus dans la même matinée.

« Nous n’avons pas l’intention de laisser le Hezbollah jouer avec nous et le Hezbollah le sait très bien. Nous pouvons encore rendre la situation plus instable qu’elle ne l’est », a déclaré Gantz devant les caméras de la Douzième chaîne en faisant référence au pays voisin d’Israël, actuellement en proie à l’effondrement économique et au chaos politique.

« Nous recommandons au Hezbollah, à l’armée libanaise et au gouvernement libanais de ne pas tester l’État d’Israël », a continué le ministre de la Défense.

« Nous n’avons aucun intérêt au Liban autre que le maintien de la sécurité et du calme », a-t-il ajouté, disant que le calme répondrait alors au calme.

« Israël demande à la communauté internationale et aux États-Unis en particulier d’exiger du gouvernement libanais la fin des tirs de roquettes sur Israël », a-t-il plaidé vendredi auprès de son homologue américain lors d’un entretien téléphonique. L’Etat hébreu « continuera d’opérer contre le Hezbollah » pour défendre sa population, a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense Benny Gantz rencontre le chef d’État-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi et d’autres officiers au siège militaire de Tsahal à Tel Aviv, le 6 août 2021. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Jeudi, l’aviation israélienne a revendiqué ses premiers raids aériens depuis des années au Liban, affirmant avoir visé des sites de lancement de roquettes après des tirs depuis le sud du Liban vers le nord d’Israël, qui n’ont pas été revendiqués.

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul) a estimé vendredi que cette escalade était « très dangereuse » et appelé à un cessez-le-feu « immédiat ».

En 2006, la dernière grande confrontation entre Israël et le Hezbollah avait fait plus de 1 200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, en majorité des militaires.

Les échanges de tirs à la frontière libano-israélienne coïncident avec une recrudescence des tensions entre l’Etat hébreu et l’Iran dans la foulée d’une attaque meurtrière contre un pétrolier géré par la société d’un milliardaire israélien, en mer d’Oman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...