Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

World Central Kitchen salue les « 7 héros » tués par erreur par l’armée

Les bénévoles britanniques, polonais, australiens, palestiniens et américano-canadiens du WCK sont remerciés par leurs proches pour leur dévouement à la cause

Les victimes de la frappe israélienne non-intentionnelle sur un convoi de World Central Kitchen à Gaza (dans le sens des aiguilles d'une montre, en partant du haut à droite) : Saifeddin Issam Ayad Abutaha, Lalzawmi (Zomi) Frankcom, Damian Soból, Jacob Flickinger, James Kirby, James (Jim) Henderson et John Chapman. (Crédit : World Central Kitchen/X)
Les victimes de la frappe israélienne non-intentionnelle sur un convoi de World Central Kitchen à Gaza (dans le sens des aiguilles d'une montre, en partant du haut à droite) : Saifeddin Issam Ayad Abutaha, Lalzawmi (Zomi) Frankcom, Damian Soból, Jacob Flickinger, James Kirby, James (Jim) Henderson et John Chapman. (Crédit : World Central Kitchen/X)

La frappe aérienne israélienne qui a tué sept travailleurs humanitaires à Gaza a entraîné des réactions dans le monde entier mardi, alors que les amis et les familles pleuraient la perte de ceux qui assuraient la distribution de nourriture à Gaza au sein de l’organisation caritative World Central Kitchen (WCK).

On compte parmi les victimes trois ressortissants britanniques, un Australien, un Polonais, une personne ayant la double nationalité américaine et canadienne et un Palestinien. Certains d’entre eux avaient sillonné le monde dans le cadre d’opérations de secours à la suite de guerres, de tremblements de terre et d’incendies de forêt.

Le WCK a identifié les victimes comme étant Saifeddin Issam Ayad Abutaha, 25 ans, originaire des Territoires palestiniens ; Lalzawmi (Zomi) Frankcom, 43 ans, originaire d’Australie ; Damian Soból, 35 ans, originaire de Pologne ; Jacob Flickinger, 33 ans, originaire des États-Unis et du Canada ; John Chapman, 57 ans, originaire du Royaume-Uni ; James (Jim) Henderson, 33 ans, originaire du Royaume-Uni ; et James Kirby, 47 ans, originaire du Royaume-Uni.

Abutaha, Frankcom, Sobol et Flickinger faisaient partie de l’équipe chargée de la distribution de nourriture du WCK ; Chapman, Henderson et Kirby assuraient la sécurité.

« Ce sont les héros du WCK. Ces sept belles âmes ont été tuées par une attaque des Tsahal alors qu’elles rentraient chez elles après une journée de travail bien remplie. Leurs sourires, leurs rires et leurs voix sont à jamais gravés dans nos mémoires. Nous avons encore de nombreux souvenirs d’eux donnant au monde le meilleur d’eux-mêmes. Nous sommes, comme le reste du monde, profondément attristés par cette perte », a affirmé Erin Gore, PDG du WCK, dans un communiqué.

Le quotidien britannique, le Daily Mail, a rapporté que Henderson, originaire de Falmouth, en Cornouailles, était un ancien soldat des forces spéciales et avait servi dans la Royal Marines pendant six ans. Un ami proche a confié au quotidien que « tout le monde est dévasté, c’était un garçon adorable. Il n’était pas là depuis longtemps, quelques semaines à peine ».

Un autre quotidien britannique, le Telegraph rapporte lui que Chapman a lui aussi servi dans les Royal Marines et que sa famille le décrivait comme un « homme remarquable ». Il n’y a, à l’heure de publication de cet article, aucune autre information sur Kirby.

Le frère d’Abutaha, Ahmed, a confirmé qu’il travaillait pour le WCK comme chauffeur depuis le début de l’année.

« C’était un jeune homme dévoué », a affirmé son frère.

Un autre frère a décrit Taha au journal americain le New York Times comme un homme entreprenant qui parlait bien l’anglais et qui avait travaillé dans l’entreprise de son père.

Il a raconté au quotidien que la dernière fois qu’il avait vu son frère, celui-ci et d’autres étaient tellement excités à l’idée de pouvoir décharger la nourriture qui faisait cruellement défaut, que c’était « comme s’ils allaient à un mariage ».

Ses amis et sa famille se souviennent de Frankcom comme d’une femme courageuse et désintéressée, dont le souci des autres l’a amenée à voyager aux quatre coins du monde. Ces cinq dernières années, elle a travaillé pour le WCK, basé à Washington, qui l’a envoyée aux États-Unis, en Thaïlande et dans son pays d’origine, l’Australie.

« Nous pleurons cette Australienne extraordinaire qui n’a eu de cesse que de venir en aide à ses semblables, globalement ou localement lors des feux de brousse de l’été », a affirmé le Premier ministre australien, Anthony Albanese, à la chaîne Australian Broadcasting Corp. « C’était quelqu’un qui, de toute évidence, voulait aider ses semblables. »

Des parents et des amis pleurent la mort de Saif Abu Taha, un membre du personnel du groupe d’aide World Central Kitchen, basé aux États-Unis, qui a été tué lors d’une frappe israélienne, lors de ses funérailles à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 avril 2024. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Dans un communiqué, les proches de Frankcom l’ont décrite comme un « être humain exceptionnel », qui a été « tuée en faisant le travail qu’elle aimait : livrer de la nourriture à la population de Gaza ».

Née à Melbourne, elle était diplômée de l’université de technologie de Swinburne. Pendant huit ans, elle a travaillé pour la Commonwealth Bank of Australia, la plus grande banque du pays.

Sur ses réseaux sociaux, Frankcom a partagé ses missions humanitaires au Pakistan, au Bangladesh, en Roumanie et en Haïti.

Une de ses collègues au WCK, Dora Weekley, qui a rencontré Frankcom au lendemain de l’ouragan Dorian aux Bahamas en 2019, l’a décrite comme une personne « hors du commun ».

Elle a évoqué l’occasion où Frankcom a été invitée à fouler le tapis rouge d’Hollywood, pour un documentaire sur le WCK qui avait été nominé aux Emmy Awards.

« Je me souviens d’avoir reçu d’elle une photo en robe sur laquelle était écrit : ‘Garde-la pour toujours' », a déclaré Weekley à ABC. « ‘Parce que d’habitude, je suis en survêtement et en pantalon de jogging, au Pakistan ou en Afghanistan’. Elle pouvait être n’importe où, et ne se coiffait et se maquillait qu’en de très rares occasions. »

Sur cette photo non datée, Zomi Frankcom d’Australie, à droite, l’une des sept travailleurs humanitaires de World Central Kitchen tués par une frappe aérienne israélienne à Gaza lundi, pose pour une photo avec Mikolaj Rykowski, président de la Free Place Foundation. (Crédit : Free Place Foundation’s Facebook/AP)

« Elle ne s’arrêtait jamais de travailler, elle donnait tout, et elle avait à cœur de venir en aide aux moins fortunés ».

Soból, qui était un manager, etait connu pour sa bonne humeur, sa convivialité et sa débrouillardise, qui lui avaient permis de gravir rapidement les échelons de WCK.

Originaire de la ville de Przemyśl, dans le sud-est de la Pologne, où il a étudié l’hôtellerie, Soból a participé à des missions d’aide en Ukraine, au Maroc, en Turquie et, depuis six mois, à Gaza.

« C’était un homme vraiment extraordinaire », a déclaré Marta Wilczynska, de la Free Place Foundation (FPF), qui travaille avec le WCK. « Nous étions très fiers de lui. »

Wilczynska a rencontré Soból du côté polonais de la frontière avec l’Ukraine, quelques jours après l’invasion russe en février 2022. Il parlait bien l’anglais, faisait office de traducteur et était un manager compétent, un très bon organisateur capable de travailler dans n’importe quelles conditions », raconte-t-elle.

« Toujours souriant, toujours très serviable, il adorait ce travail. Il était comme un frère pour moi », a ajouté Wilczynska.

Mikolaj Rykowski, président du FPF, a pour sa part souligné que Soból était « l’homme de la situation, capable de surmonter toutes les difficultés ».

Dans une publication sur Facebook, le maire de Przemyśl, Wojciech Bakun, a indiqué que « les mots pour décrire ce que ressentent aujourd’hui les gens qui connaissaient ce fantastique jeune homme » lui manquaient.

Damian Sobol sur une photo non datée (Crédit : Free Place Foundation’s Facebook/AP)

Le chef du WCK, ancien défenseur d’Israël, fustige aujourd’hui l’État juif

Le fondateur de WCK, Jose Andres, a déploré l’assassinat de ses employés, tweetant que la frappe lui avait « brisé le cœur ».

« Ce sont des gens… des anges. Ils ne sont pas sans visage… ils ne sont pas sans nom », a-t-il ajouté.

Il a également accusé le gouvernement israélien de « tuer sans discernement ».

Jose Andres s’exprime sur scène lors du sommet Climate Forward 2023 du New York Times au Times Center, le 21 septembre 2023 à New York. (Crédit : Bennett Raglin / Getty Images/AFP)

« [Israël] doit cesser de restreindre l’aide humanitaire, de tuer des civils et des travailleurs humanitaires et d’utiliser la nourriture comme une arme », a-t-il ajouté.

Cette critique mérite d’être soulignée, étant donné que le chef d’origine espagnole s’était révélé, plus tôt dans la guerre, un fervent défenseur d’Israël. Le WCK avait mis en place des soupes populaires en Israël pour nourrir les personnes touchées par l’attaque du Hamas le 7 octobre. Il avait ensuite appelé à la destitution du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, qui avait accusé Israël de perpétrer un génocide à Gaza.

« En tant que ministre, vous devez d’abord admettre que l’attaque du Hamas contre Israël est une attaque terroriste et qu’Israël (…) défend ses citoyens – Ensuite, vous pourrez lui demander de la retenue et du respect pour les vies civiles à Gaza », avait-il alors publié sur X.

Des agences de presse ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.