Yaalon: Israël conserve sa liberté d’action en Syrie
Rechercher

Yaalon: Israël conserve sa liberté d’action en Syrie

Le ministre de la Défense dit que l'Etat juif ne permettra pas que des armes russes sophistiquées arrivent entre les mains du Hezbollah

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon au tombeau des Patriarches, dans la ville d'Hébron le 11 août 2015 (Crédit photo: Ariel Hermoni / Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Moshe Yaalon au tombeau des Patriarches, dans la ville d'Hébron le 11 août 2015 (Crédit photo: Ariel Hermoni / Ministère de la Défense)

Israël n’a aucune intention de renoncer à sa liberté opérerationnelle en Syrie, a insisté mardi matin le ministre de la Défense Moshe Yaalon , un jour après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait déclaré que lui et le président russe Vladimir Poutine se soient entendus afin d’éviter des implications militaires entre leurs armées respectives si Israël devait agir pour contrecarrer les attaques contre son territoire depuis pays déchiré par la guerre.
 
Yaalon a déclaré à la radio israélienne que l’Etat juif est déterminé à ne pas laisser d’armes russes tomber entre les mains du Hezbollah, un allié islamiste basé au Liban du président syrien Bachar el-Assad.

« Nous avons notre mot à dire sur cette question. Nous n’avons pas l’intention de renoncer à notre liberté d’agir et devons défendre nos lignes rouges claires – ne pas permettre le transfert de systèmes d’armes sophistiquées au Hezbollah, [et] certainement pas des armes chimiques, » a-t-il dit, rappelant que Moscou a un attaché militaire ainsi que d’un ambassadeur en Israël.

Yaalon a également décrit une réalité dans laquelle le Moyen-Orient « change tous les jours, et l’un des principaux changements se passe en Syrie. »

Il a precisé qu’Assad ne contrôle aujourd’hui qu’environ 25 % du territoire syrien, principalement le long de la côte et à Damas, laquelle est menacée par l’État islamique. Poutine, a dit Yaalon, a décidé de soutenir Assad et de ne pas le laisser tomber.

« Tel est le contexte du déploiement militaire russe que nous voyons le long de la côte, dans la région de Lattaquié », a expliqué le ministre de la Défense.

La Russie a récemment envoyé 28 avions de combat en Syrie, selon des responsables américains, et une source à Moscou a annoncé que 2 000 militaires russes allaient arriver à la base aérienne près de Lattaquié.

Le renforcement militaire « ne peut pas être comparé à la guerre froide, quand des avions de chasse russes s’étaient battus aux côtés des armées arabes contre nous, et des missiles anti-aériens avaient été opérés avec les armées arabes contre nous – cette activité [d’aujourd’hui] vise juste à protéger Assad, » a dit Ya’alon.

Dans une telle situation, une coordination « au niveau opérationnel » est nécessaire, a déclaré le ministre de la Défense. « Tout le monde est actif dans ce théâtre, il y a des [missions] des forces de la coalition qui combattent l’État islamique et nous sommes actifs dans le théâtre – ce qui nécessite une coordination. »

Netanyahu était lundi à Moscou pour des entretiens avec Poutine concernant le récent remforcement des troupes russes en Syrie. Afin de marquer la gravité avec laquelle Israël considère la situation syrienne, le Premier ministre était accompagné par le chef d’état-major de Tsahal Gadi Eisenkot, qui a rencontré son homologue russe Valery Gerasimov.

Eisenkot et Gerasimov ont convenu de la création d’un groupe de travail conjoint dirigé par de très haut gradés – les chefs d’état major adjoints – afin d’éviter tout « malentendu » entre » Tsahal et les troupes russes en Syrie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...