Yadlin : Trump devrait attaquer la Corée du Nord s’il peut le faire
Rechercher

Yadlin : Trump devrait attaquer la Corée du Nord s’il peut le faire

L’ex-chef du renseignement israélien a déclaré que Pyongyang dispose de la capacité nucléaire mais le pays n’est probablement pas préparé à lancer une attaque, il doute que Washington ait les renseignements nécessaires pour frapper efficacement

Amos Yadlin, ancien chef des Renseignements militaires (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Amos Yadlin, ancien chef des Renseignements militaires (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

L’ancien chef du Renseignement Militaire d’Israël a déclaré dimanche que les Etats-Unis devraient lancer une attaque préventive contre la Corée du Nord s’ils ont la capacité de le faire après un test présumé d’une bombe à hydrogène effectué le même jour par Pyongyang. Pourtant, il a déclaré qu’il n’était pas sûr, et ne savait pas si Washington était certain d’avoir la capacité de le faire.

Le général de réserve Amos Yadlin, qui a également servi comme attaché de Tsahal à Washington et qui est actuellement le directeur de l’Institut pour les Etudes de Sécurité Nationale, a déclaré à la Radio 130FM que l’option miliraire contre la Corée du Nord était très compliquée et risquée.

S’il a recommandé que le président américain Donald Trump « fasse une frappe préventive » pour empêcher la Corée du Nord de continuer à développer des capacités d’armes nucléaires, il a déclaré qu’une telle attaque exigerait des « renseignements excellents ».

« Si, après une telle attaque, un missile est lancé contre les Etats-Unis, alors il n’y a aucun intérêt à attaquer, a-t-il déclaré. La question est de savoir si les Etats-Unis ont les renseignements qui leur permettront de mener une frappe préventive qui détruira les capacités de la Corée du Nord ».

Yadlin a déclaré qu’il ne savait pas si les Etats-Unis disposaient des renseignements suffisants, et il n’était même pas sûr quant à savoir si Washington avait la réponse à cette question.

Il a ajouté que la situation en Corée du Nord était encore plus compliquée par le fait que la plupart des cibles potentielles d’une contre-attaque seraient en Corée du Sud et au Japon.

Dimanche, la Corée du Nord a déclaré avoir testé une bombe hydrogène dans son sixième test nucléaire qui, à en juger par le tremblement de terre qu’elle a déclenché, était l’explosion la plus puissante.

Pourtant, Yadlin a déclaré à la radio qu’il croyait qu’il y avait un grand fossé entre ce que disent les médias et la réalité de la technologie militaire de Corée du Nord.

« Il y a la réalité et il y a la guerre des mots, a-t-il déclaré. La réalité est que la Corée du Nord a des armes nucléaires. Ce n’est pas nouveau ».

Pourtant, il a déclaré avec prudence qu’il n’y avait pas de raisons de paniquer immédiatement, puisque la Corée du Nord n’avait pas encore atteint ses objectifs.

« Le pays veut avoir des capacités opérationnelles importantes qui dépendent de trois vecteurs, a-t-il expliqué. La capacité à lancer une arme nucléaire avec un missile, la capacité à survivre à une attaque et la capacité à transformer une bombe atomique en bombe hydrogène… la bombe hydrogène a beaucoup plus de puissance que la bombe atomique ».

Yadlin, qui aurait été choisi comme ministre de la Défense par l’Union Sioniste si le parti de centre gauche avait remporté les élections de l’année dernière, a déclaré que Pyongyang voulait que le monde pense qu’il avait atteint ses objectifs.

Il a également minimisé l’importance des ambitions nucléaires de Corée du Nord vis-à-vis de la situation en Iran.
« L’Iran est en retard de 20 ans par rapport à la Corée du Nord pour le développement nucléaire, a déclaré Yadlin. Les Iraniens « ont signé un accord avec le P5+1 qu’ils conservent… La question des armes iraniennes deviendra problématique à la fin de l’accord, ce qui permet à l’Iran d’avoir des capacités nucléaires en l’espace de peu de temps ».

Yadlin a déclaré que le plus grand danger de la part de l’Iran était qu’il pourrait profiter du vide laissé en Syrie après que les Etats-Unis et la Russie auront détruit l’Etat islamique.

Il a ajouté que c’était quelque peu embarassant qu’Israël se repose sur les Etats-Unis et la Russie pour faire le sale boulot en Syrie.

« Nous ne sommes pas un pays sans capacités, a-t-il déclaré. Israël a d’excellents renseignements et la capacité de frapper en Syrie ».

Prenant une perspective différente, l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon a averti sur Twitter qu’Israël devrait observer très attentivement la réponse américaine à la Corée du Nord.

« La réponse internationale, menée par les Etats-Unis, devant les provocations du régime nord-coréen, met en lumière comment il se comportera vers le régime iranien sur ses efforts nucléaires dans un futur proche, a-t-il tweeté. Même si le test nucléaire n’est pas notre problème, la tension devrait nous préoccuper ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...