Yom HaAtsmaout : la ministre de la Culture « éteint » la torche de la Diaspora
Rechercher

Yom HaAtsmaout : la ministre de la Culture « éteint » la torche de la Diaspora

A quelques semaines de l'élection, Miri Regev revient sur sa décision de 2017 d'inclure les Juifs du monde entier à l'événement annuel

La ministre de la Culture Miri Regev lors de l'événement annuel 'Likudiada' dans la ville d'Eilat, dans le sud d'Israël, le 10 janvier , 2018. (Crédit : Flash90)
La ministre de la Culture Miri Regev lors de l'événement annuel 'Likudiada' dans la ville d'Eilat, dans le sud d'Israël, le 10 janvier , 2018. (Crédit : Flash90)

La ministre de la Culture et des Sports Miri Regev aurait décidé d’annuler la participation des Juifs de la diaspora à la cérémonie annuelle d’allumage d’une torche marquant le début du Jour de l’Indépendance d’Israël,.

Après avoir instauré le rite il y a deux ans, Miri Regev fait marche arrière et fera appel à des personnalités israéliennes cette année, a rapporté lundi le quotidien Yedioth Ahronoth. La ministre est chargée de sélectionner les personnes qui auront l’honneur d’allumer les 12 torches lançant traditionnellement les festivités du Jour de l’Indépendance, qui commencera le 8 mai cette année.

D’après le bureau de la ministre, faire appel à un représentant de la diaspora chaque année n’a jamais été une décision permanente. En 2017, une torche avait été allumée conjointement par le fondateur de Birthright Michael Steinhardt et le rabbin Marvin Hier du Centre Simon Wiesenthal.

La star de « Big Bang Theory » Mayim Bialik y avait été conviée mais avait dû refuser l’offre en raison d’un emploi du temps chargé. Plusieurs autres noms avaient également été considérés et approuvés – parmi eux l’actrice et chanteuse Barbara Streisand, la philanthrope Lynn Schusterman et l’ancien rabbin britannique Jonathan Sacks – mais la commission a finalement décidé de ne pas faire appel à un représentant de la diaspora cette année.

Le président de la Knesset Yuli Edelstein, à droite, et le maire de Jérusalem, Nir Barkat, au centre, allument la torche lors de la cérémonie d’état marquant la 69ème journée de l’Indépendance d’Israël sur le mont Herzl, de Jérusalem, le 1er mai 2017 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

D’après une source gouvernementale anonyme chargée de la diaspora, cette décision, qui renforce le sentiment d’aliénation des Juifs de la diaspora, est une grave erreur.

« Regev a annulé car ça ne lui rapporte pas de sièges, » aurait déclaré cette source citée par Yedioth Ahronoth.

Même si les élections sont prévues le 9 avril, Miri Regev restera en poste jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement, probablement après le Jour de l’Indépendance.

Être désigné pour allumer une des torches est considéré comme un grand honneur en Israël. Il n’a pas été précisé quand la ministre annoncera les heureux élus de cette année.

Cette décision relevait « d’une manœuvre mesquine visant à gagner quelques points ou à empêcher quelqu’un d’autre d’en marquer, » aurait dénoncé une autre source gouvernementale d’après le quotidien. « Dans le fond, elle savait qu’elle blesserait les Juifs de l’étranger mais pas les électeurs israéliens, alors pourquoi s’en soucierait-elle ?  » La Diaspora ne rend pas aux urnes (en Israël). »

Jay Ruderman, à la tête de la Fondation de la famille Ruderman, une organisation philanthropique basée à Boston, a vivement critiqué la décision.

« L’État d’Israël a été établi pour constituer le foyer du peuple juif et continue d’être un flambeau pour les Juifs du monde entier, » a-t-il ainsi fait savoir dans un communiqué, ajoutant que les Juifs à l’étranger étaient un soutien clé du pays.

« La ministre Miri Regev a tort de manquer de respect à des millions de Juifs dans le monde à leurs liens vitaux à Israël en mettant un terme à la torche de la Diaspora lors de la cérémonie de Yom HaAtsmaout, » a-t-il ajouté. « La décision malavisée de Regev menace de faire reculer les relations entre Israël et les Juifs du monde entier. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...