Zarif accuse Israël de frapper « l’armée officielle » d’Irak dans ses raids
Rechercher

Zarif accuse Israël de frapper « l’armée officielle » d’Irak dans ses raids

Le ministre des Affaires étrangères iranien a imputé à Jérusalem des attaques contre des sites d'alliés de Téhéran ; les autorités israéliennes n'ont pas commenté ces accusations

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif durant une session au forum de Doha, au Qatar, le 15 décembre 2018 (AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif durant une session au forum de Doha, au Qatar, le 15 décembre 2018 (AFP)

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a explicitement accusé Israël d’être à l’origine d’une série de frappes aériennes en Irak et a assuré que les cibles appartenaient à l’armée irakienne.

Depuis mi-juillet, huit entrepôts d’armes et camps de formation appartenant au groupe Hachd al-Chaabi soutenu par l’Iran ont été ciblées par la Syrie et l’Irak. Le groupe Hachd al-Chaabi, qui regroupe plusieurs milices soutenues par l’Iran, a accusé Israël et les Etats-Unis d’être à l’origine des attaques sur ses bases.

Les autorités israéliennes n’ont pas publiquement commenté ces accusations bien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait suggéré qu’il était possible qu’Israël ait frappé l’Irak.

Au cours d’une discussion sur les attaques ayant visé des installations pétrolières en Arabie saoudite le 14 septembre, attribuées à l’Iran et aux milices pro-Iran, Zarif a déclaré que les milices en Irak font partie de l’armée du pays.

« Les milices dont vous parlez font partie du gouvernement irakien. Les Israéliens attaquent des segments de l’armée irakienne, de l’armée officielle », a déclaré Zarif dans une interview accordée à CBS dimanche.

Illustration : des membres du groupe Hach al-Chaabi devant un camion en fin après une attaque de drone attribuée à Israël, en Irak, le 25 août 2019. (Crédit : AP)

Une frappe aérienne a été signalée dimanche après-midi dans l’ouest de l’Irak. Elle a ciblé une base appartenant au groupe Hachd al-Chaab. Il s’agit de la troisième attaque contre la milice en une semaine et la quatrième en un mois.

« Un avion non identifié a visé la région autour d’une base militaire près de l’aéroport [militaire] al-Murssinat dans l’ouest de la province d’al-Anbar », selon des sources rapportées par la chaîne de télévision libanaise al-Mayadeen.

Aucun blessé n’a été signalé, précise le reportage.

Jeudi, des médias arabes ont indiqué que des avions non-identifiés ont attaqué des positions de combattants soutenus par l’Iran dans l’est de la Syrie, à proximité de la frontière irakienne, tuant au moins cinq personnes et faisant neuf blessés.

Des médias syriens et israéliens ont imputé ces frappes à Israël. Les autorités syriennes et irakiennes n’ont pas commenté publiquement ces allégations.

Le 9 septembre, un avion a ciblé un dépôt d’armes et des positions des milices soutenues par l’Iran dans la région de Boukamal, tuant au moins 18 combattants et détruisant huit entrepôts. Un responsable syrien de la sécurité avait alors déclaré que des avions israéliens étaient derrière l’attaque, mais il avait démenti toutes victimes humaines.

Le réseau Al Arabiya, appartenant à l’Arabie saoudite, a annoncé que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah maintient également une présence dans la région de Boukamal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...