Zeev Elkin se présente comme candidat du Likud à la mairie de Jérusalem
Rechercher

Zeev Elkin se présente comme candidat du Likud à la mairie de Jérusalem

Le ministre de Jérusalem et du Patrimoine se lance dans la course aux élections d'octobre, déclare qu'il abandonnera son poste ministériel s'il est élu

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Zeev Elkin, ministre de Jérusalem, pendant une cérémonie d'hommage aux vétérans de la guerre des Six Jours sur la Colline des Munitions de la capitale, pour le 50e anniversaire de la guerre de 1967, le 23 mai 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Zeev Elkin, ministre de Jérusalem, pendant une cérémonie d'hommage aux vétérans de la guerre des Six Jours sur la Colline des Munitions de la capitale, pour le 50e anniversaire de la guerre de 1967, le 23 mai 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministre de Jérusalem et du Patrimoine Zeev Elkin a annoncé jeudi qu’il se présentera aux prochaines élections pour le poste de maire de Jérusalem en tant que candidat du Likud.

« Chers habitants de Jérusalem, je viens de dire au Premier ministre que j’ai décidé de me présenter comme candidat à la mairie de Jérusalem », a-t-il déclaré dans une vidéo publiée sur ses comptes de réseaux sociaux. « Je vous demande votre confiance et votre soutien pour les élections. »

Une source du Likud a toutefois déclaré au Times of Israel que la décision avait été prise par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui considérait Elkin et le président de la coalition du Likud, David Amsalem, comme candidats.

Le cabinet du Premier ministre a refusé de commenter.

Ces dernières semaines, Elkin s’est entretenu avec Netanyahu et le maire sortant Nir Barkat au sujet de la candidature, et chercherait à maintenir sa place dans le cabinet de sécurité de haut niveau, même s’il obtenait le poste de maire.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (2G) vu avec le maire de Jérusalem Nir Barkat (C) et le ministre de Jérusalem Zeev Elkin (D) lors d’une réunion spéciale du cabinet à Jérusalem le 2 juin 2016. (Marc Israel Sellem/POOL)

Son annonce laissait entendre qu’il ne conserverait pas son poste ministériel s’il était élu le 30 octobre.

« Je suis prêt à renoncer au poste de ministre de haut rang et de membre du cabinet de sécurité pour le bien de Jérusalem parce que Jérusalem est un défi au niveau national de la plus haute importance », a déclaré M. Elkin, qui est également ministre de la Protection de l’environnement.

L’annonce intervient deux mois après que Barkat a déclaré qu’il ne briguera pas un troisième mandat et qu’il se présentera plutôt à la Knesset sous l’étiquette du Likud.

Elkin est proche des politiciens ultra-orthodoxes, ce qui pourrait être déterminant pour le vote dans la ville, et a vécu de nombreuses années dans la capitale avant de s’installer dans l’implantation de Kfar Eldad au sud-est de la ville. Il a également joué un rôle clé dans l’augmentation du financement public de la capitale à court d’argent en tant que chef du ministère de Jérusalem et du Patrimoine au cours des dernières années.

Moshe Lion, ancien candidat à la mairie de Jérusalem, vu lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 22 juillet 2013 (crédit photo : Miriam Alster/Flash90).

La candidature d’Elkin signifie que l’adjoint au maire Moshe Lion, un candidat indépendant qui avait le soutien d’une partie de la branche du Likud de Jérusalem lors des précédentes élections municipales, n’aura pas le même soutien cette fois-ci, a déclaré une source du Likud.

Deux politiciens ultra-orthodoxes de la ville ont manifesté leur intérêt pour les élections, espérant capitaliser sur les 32 % de la population de la ville qui s’identifie comme Haredi – et dont la part des électeurs est encore plus élevée puisque les résidents arabes de la ville boycottent généralement le vote municipal.

Le maire adjoint Yossi Deitsch du parti Yahadut HaTorah est considéré comme le principal candidat haredi, aux côtés de son collègue Yitzhak Pindrus, également adjoint au maire.

Elkin n’est pas le seul député à vouloir passer de la Knesset à l’hôtel de ville de Jérusalem. Le député de l’Union sioniste Nachman Shai serait également prêt à annoncer sa candidature à la course à la mairie dans les semaines à venir.

Nachman Shai, député de l’Union sioniste, assiste à une réunion du comité de la Knesset, le 13 novembre 2017. (Hadas Parush/Flash90)

Une autre candidate possible est Rachel Azaria, du parti Koulanou, qui a été adjointe au maire avant d’entrer à la Knesset en 2015.

Il y a aussi plusieurs candidats laïcs qui se disputent le soutien des jeunes générations, dont Ofer Berkowitz, 34 ans, chef du parti Hitorerut, qui bénéficie du soutien de certains des résidents religieux libéraux de la ville et qui est considéré par beaucoup comme un futur maire potentiel – même si ce n’est pas le cas cette fois-ci.

Un autre prétendant, Yossi Havilio, ancien conseiller juridique municipal devenu opposant de Barkat, s’adresse principalement à la population laïque.

Peu connu, Avi Salman a également annoncé qu’il se présentera sous l’étendard laïc.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...