Nir Barkat annonce sa candidature à la Knesset
Rechercher

Nir Barkat annonce sa candidature à la Knesset

Le Premier ministre a salué l'arrivée du nouveau-venu, qui est maire de Jérusalem depuis une décennie

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, lors d'une conférence de presse à la municipalité de Jérusalem au sujet de son différend avec le ministère des Finances sur le budget de la ville, le 1er janvier 2018 (Crédit : Flash90)
Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, lors d'une conférence de presse à la municipalité de Jérusalem au sujet de son différend avec le ministère des Finances sur le budget de la ville, le 1er janvier 2018 (Crédit : Flash90)

Le maire de Jérusalem Nir Barkat a officiellement annoncé dimanche qu’il ne tentera pas d’obtenir un troisième mandat de maire de Jérusalem et que, comme un grand nombre de personnes s’y attendaient, il se présentera à la Knesset sous l’étiquette du Likud.

Barkat, 58 ans, un soutien de longue haleine du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a rejoint le parti au pouvoir en 2015, a annoncé cette initiative après avoir adopté, avec succès, le budget municipal de sa ville dans la journée de jeudi.

« Maintenant que Jérusalem se trouve dorénavant sur la bonne voie, je ne me présenterai pas une troisième fois comme maire de la municipalité », a déclaré Barkat dans une vidéo publiée dimanche matin sur sa page Facebook. « A la fin du mandat actuel, je quitterai la municipalité mais je ne quitterai jamais Jérusalem ».

Soulignant son passé militaire et dans le monde des technologies, Barkat a expliqué croire « de tout mon coeur » dans le chemin choisi par le parti du Likud et qu’il demandera le soutien de ses membres lors des prochaines primaires pour être placé au meilleur niveau possible sur la liste des candidats à la Knesset.

Barkat a rencontré Netanyahu dimanche, qui a émis un communiqué saluant ce développement, « une contribution significative au plus important mouvement du pays ».

« Je vous accueille à bras ouverts dans notre mouvement et je suis heureux de la coopération entre nous », a dit Netanyahu. « Nous avons des choses à faire à partir de maintenant au bénéfice du pays ».

Après l’annonce de Barkat, son rival lors des élections municipales de 2013, Moshe Lion, a fait savoir qu’il se représenterait au poste de maire de Jérusalem.

Le ministre de Jérusalem Zeev Elkin, qui chercherait à inverser les rôles avec Barkat, l’a accueilli avec chaleur au Likud et a déclaré qu’il avait « grandement contribué à l’avancement de Jérusalem au cours de la dernière décennie ».

Elkin a ajouté qu’il n’a « aucun doute sur le fait que son arrivée au sein des responsables nationaux du Likud renforcera le parti, nous aidera lors des prochaines élections et stimulera les résultats du Likud lors du prochain scrutin ».

Confident du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Elkin est à la Knesset depuis 2006. Il était auparavant dans le parti Kadima et se trouve dorénavant au sein du Likud au pouvoir.

Prime Minister Benjamin Netanyahu (center) flanked by Communications Minister Moshe Kahlon (left) and Jerusalem Mayor Nir Barkat at the Menachem Begin Heritage Center. (photo courtesy of Benjamin Netanyahu's Facebook page)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) entouré du ministre de la Communication Moshe Kahlon (à gauche) et du maire de Jérusalem, Nir Barkat, au Menachem Begin Heritage Centre (Crédit : Autorisation/ Page Facebook de Benjamin Netanyahu)

Cela fait plusieurs mois que Barkat se querelle publiquement avec le ministre des Finances Moshe Kahlon à cause du budget de la ville.

Barkat affirme que le ministère des Finances retient des centaines de millions de shekels destinés à la municipalité parce que Kahlon voudrait régler ses comptes avec le maire qui a soutenu Netanyahu lors des dernières élections à son détriment.

Kahlon, ancien ministre du parti du Likud de Netanyahu, a créé le parti Koulanou, une version plus sociale du Likud, qui a remporté dix sièges lors des élections de 2015.

Dans le cadre d’une campagne visant à recevoir une « subvention capitale » plus élevée, Barkat a annoncé au début de l’année que la ville devrait réduire des services municipaux déterminants et licencier des milliers d’employés. Il a également lancé une campagne d’affichage financée par la ville pour amener Kahlon à augmenter les fonds versés à la municipalité, et a payé de son propre argent des publicités diffusées pendant le week-end dénonçant Kahlon.

Mardi, le quotidien Haaretz a fait savoir que Barkat a ordonné que les panneaux anti-Kahlon soient retirés en préparation de son annonce.

Barkat bénéficie d’une popularité relativement haute dans une ville qui comprend des Juifs religieux, ultra-orthodoxes et laïcs, ainsi que des résidents palestiniens à Jérusalem-Est. Les habitants laïcs auraient obtenu des gains récents dans la bataille culturelle en cours sur l’identité de la ville.

Major au sein de l’armée israélienne ayant fait fortune au début du boom économique causé par les hautes-technologies dans le pays dans les années 1990, Barkat est entré en politique en tant que candidat malheureux à la mairie de Jérusalem face à l’ultra-orthodoxe Uri Lupoliansky en 2003.

Après avoir été à la tête de l’opposition au cours du mandat de Lupoliansky, Barkat s’est présenté une fois encore en tant que candidat laïc lors des élections municipales de 2008, battant l’ultra-orthodoxe Meir Porush. Il a été réélu en 2013.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...