Israël permettra à 5 000 ouvriers palestiniens supplémentaires d’entrer en Israël par la Cisjordanie dans le but de consolider les efforts de construction résidentielle, a décidé dimanche un groupe de ministres.

Cette décision vient s’ajouter aux 32 500 permis de travail déjà délivrés à des Palestiniens de Cisjordanie pour travailler dans la construction, l’agriculture, l’industrie et le secteur des services.

Le ministre du Logement et de la Construction Uri Ariel a proposé ce changement dans le cadre d’un plan visant à réduire les coûts du logement.

« L’entrée de 5 000 travailleurs palestiniens dans le secteur de la construction en Israël est nécessaire pour accroître l’offre de logements » a déclaré Ariel. « Les entrepreneurs en ont besoin, et nous veillerons à ce qu’ils aient plus de main-d’œuvre et ce au bénéfice du public dans son ensemble. »

Les permis doivent être approuvés par les autorités régissant la population, l’immigration et les frontières en coordination avec les ministères du Logement, de la Défense, de l’Economie, et des Finances.

Israël a été aux prises avec des prix galopants quant à l’immobilier résidentiel ces dernières années, avec de nouveaux projets visant à répondre à une demande en plein essor.

Ariel a noté que le ministère songeait également à faire venir des travailleurs étrangers en provenance de Chine et de Roumanie comme un « multiplicateur de forces » pour augmenter les mises en chantier dans un marché où la demande devrait augmenter après l’adoption d’une loi sur la « TVA zéro » pour les acheteurs.

La plupart des constructions en Israël se font par le biais de travailleurs étrangers ou de Palestiniens de Cisjordanie.

La décision du gouvernement a également inclus une recommandation au ministère des Transports afin d’accroître les services de transport public de Cisjordanie, de subventionner les routes existantes afin de faciliter le voyage des travailleurs en Israël.

Le ministère des Finances possède déjà un budget de 5 millions de shekels à cette fin.